Nordie, partie 2 : Deijan Cécile Ama Courtois

Auteur: Cécile Ama Courtois | Édition: L’ivre-book | Genre : romance | Pages : 250 | Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE Sortie en papier le 29 septembre. L’auteur sera présente aux Aventuriales, ce jour-là. Elle pourra envoyer des exemplaire dédicacés à partir du 1er Octobre.


ATTENTION, LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. JE RÉPÈTE : LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. SI VOUS N’AVEZ PAS LU LA PARTIE 1 AVEC GUILENDRIA, NE LISEZ PAS CETTE CHRONIQUE.

Après avoir failli périr dans l’incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d’abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout… la reconquérir.

Mais sera-t-il capable de s’affranchir du passé ? Car ce n’est pas l’amour, qui rend aveugle. C’est la peur de l’amour.

 

Un immense merci à l’auteur pour ce service presse que j’avais hâte de lire.

Je rappelle que la chronique contient du spoile.

Dans cette deuxième partie, nous retrouvons Deijan et les gens du château à l’instant où nous avons quitté Guilendria dans la première. Grâce à ses connaissances du château de Bucail, le valet du comte et Sauge la camériste de la comtesse, arrivent à libérer tous les domestiques des flammes. Puis nous suivons Deijan dans sa convalescence, mais aussi dans son impatience à retrouver et à sortir sa femme des griffes du Ciseleur.

Nous suivons également Guilendria dans son périple avec Ifhoras et ses hommes. Si le Ciseleur se montre « bienveillant » au vu des circonstances, il n’en est pas de même avec ses hommes. Guilendria subit humiliation sur humiliation et pourtant elle n’en reste pas moins digne d’une grande dame.

Dans la première partie de Nordie, nous avions découvert en Deijan, un homme implacable et froid envers sa femme. Nous avions également pu découvrir au fil des pages la raison de son comportement envers elle. Et bien, dans cette suite, Deijan est un homme nouveau. Guilendria a su briser son armure et cela nous le rend beaucoup plus appréciable. J’ai vraiment aimé la façon dont l’auteur amène naturellement le changement d’attitude du personnage. C’est donc avec le « vrai » Deijan et son véritable amour pour son épouse que nous vivons l’histoire de Nordie.

Quant à Guilendria, nous avions découvert précédemment qu’elle était une femme forte et loyale. Qu’elle était prête à supporter énormément pour les gens qu’elle aimait. Ici, l’auteur nous le démontre encore une fois. En effet, la comtesse de par ce qu’elle a vécu et de par ses rencontres bouleversantes, fait à nouveau preuve de grandeur et de bonté d’âme. Cette femme est incroyable, elle arrive à voir dans les gens ce qu’il y a de bon en eux.

Le comte et la comtesse de Bucail s’aiment et sont faits pour être ensemble, c’est indéniable. Toutefois, ça ne plaît pas à tout le monde et un grain de sel s’ajoutant à un autre peut avoir des conséquences désastreuses… Heureusement, Guilendria n’est pas la seule femme bienveillante dans cette histoire. Et même si Deijan peut-être borné, la confiance porte à ses serviteurs saura lui faire ouvrir les yeux afin d’arranger tout ce qui doit l’être.

Concernant le roman dans sa globalité, j’avais buté sur pas mal de mots dans la première partie et j’ai l’impression que l’auteur a simplifié son écriture. J’ai pris grand plaisir à plonger et à vivre chaque ligne de Nordie. La plume fluide de l’auteur nous aspire dans son univers et il est difficile de s’en défaire.
Si dans la première partie, les thèmes abordés étaient difficiles, ici l’auteur joue plus sur le mental, la rédemption, l’accord du pardon, la délivrance, le changement qui aide à atteindre le bonheur.
J’ai beaucoup aimé ce côté de l’histoire, enfin j’ai aimé l’histoire entièrement et je remercie l’auteur de l’avoir écrite.

Avec cet avis, j’ai l’impression de faire un comparatif, mais c’est juste que les deux parties sont complémentaires si bien, qu’elles me font penser au Yin et au Yang.

Je recommande à 200 % cette duologie qui a été un véritable coup de cœur.

 

 

Publicités

Myrihandes, tome 1 : Le secret des Âmes-Sœurs Guilhem Méric

Auteur: Guilhem Méric | Édition: Harmonia-Prod | Genre : Fantasy| Pages : 617| Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Arrachés brutalement l’un à l’autre quand ils étaient enfants, Sisam et Helya se retrouvent dix ans plus tard pour apprendre qu’ils sont des Âmes-Sœurs, capables de s’unir en un seul et même corps aux pouvoirs de légende : un Myrihande.

Leur existence, hélas, est hors-la-loi. Œuvrant sous l’autorité d’un lointain seigneur, les Gouverneurs des Trois Cités exercent depuis toujours une terrible oppression sur les Âmes-Sœurs, afin que nul Myrihande ne renaisse en ce monde.

Pour sauver leur amour, mais aussi libérer toutes les autres Âmes-Sœurs prisonnières des Cités, Sisam et Helya vont devoir tout apprendre du lien secret qui les unit, qui pourrait faire d’eux le plus sage et le plus puissant des Myrihandes…

 

Je remercie chaleureusement l’auteur pour le service presse.

Quand vivre libre est un combat…

Dans ce roman, nous faisons d’abord connaissance avec deux enfants, ils sont pleins de vie et unis par une amitié et par l’amour. Tous deux vivent heureux et libres, jusqu’à ce qu’Helya se fasse enlever sous les yeux de Sisam.
Chacun d’eux vivent séparé et ne se sont pas vu depuis des années, pourtant l’un comme l’autre vit dans l’ombre d’un amour inachevé.
C’est le courage d’Helya  et son refus de plier le genou qui va leur permettre de se retrouver. Hélas, cela ne sera pas sans conséquence et ces retrouvailles déboucheront sur quelque chose de bien plus grand…

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Helya. Elle est une jeune femme un brin rebelle, courageuse comme dit précédemment et surtout elle est ouverte d’esprit. Elle est également posée et réfléchit ce qui fait d’elle mon personnage préféré dans l’histoire.
Quant à Sisam, j’avoue être plutôt mitigée. C’est un jeune homme droit, tantôt passif, tantôt brave. Mais ce qui m’a le plus dérangé, je crois, c’est son scepticisme qui a causé quelques torts. Ma foi, j’ai également conscience que s’il avait tout accepté facilement l’histoire n’aurait pas été aussi rebondissante.
De plus, j’ai bien l’impression que dans la suite des aventures du Myrihande, Sisam saura me conquérir davantage.

Pour ce qui est des personnages secondaires, je les trouve très bien travaillés. Farf, Oros, Nisis et Oriance sont attachants. De plus, chacun a son propre caractère et est essentiel au déroulement de l’histoire.

Parlons du roman dans sa globalité :
L’histoire que nous livre Guilhem Méric est captivante et j’ai vite pris plaisir à vivre l’aventure de nos protagonistes. L’auteur a su donner un bon rythme d’action à son œuvre, ainsi qu’une dose de questionnement qui nous pousse à vouloir en savoir plus et donc à continuer la lecture. J’émets toutefois un léger bémol. J’ai attendu l’affrontement avec impatience et j’ai quelque peu été déçue dans le sens où j’ai trouvé la scène trop rapide par rapport au reste du roman. Évidemment, ça n’engage que moi et je pense que le prochain tome ne manquera pas d’affrontements comme je l’espérais, ici.

Concernant l’écriture, Guilhem Méric possède un style qui me plaît, soit une plume fluide et prenante. Lorsque j’ai vu le nombre de pages sur la liseuse, j’avoue avoir pris peur, mais finalement le roman se lit vite et bien puisque l’auteur nous plonge dans un univers maîtrisé et dépaysant.

Je vous recommande donc cette lecture.

À savoir: Myrihandes possède sa propre bande son  vous pouvez la retrouver ici.
Je vous invite également à visiter le site Harmonia Prod

Chroniques célestes, tome 1 : Les clés du paradis Marie-Sophie Kesteman

Auteur: Marie-Sophie Kestman | Édition: Éditions HJ | Genre : fantasy| Pages : 336 | Prix Papier: 18,45€ Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Eleanor menait une vie paisible jusqu’à ce qu’une mystérieuse missive fasse tout voler en éclat. La jeune fille se trouve alors projetée dans un monde qui lui est inconnu.

Le paradis, les enfers, les anges et les démons ébranlent ses croyances. Le roi des cieux lui fait alors une terrible demande : « Deviens le plus puissant guerrier que ce monde ait porté, et combats à nos côtés ». Ce choix changera sa vie à jamais.

Loin au nord, au cœur des Plaines sauvages, les grands maitres de l’Edénie demeurent, n’attendant que de lui enseigner ce qu’elle devra maitriser. Le voyage aurait été aisé, si le conseil des archanges ne lui avait imposé le pire compagnon qui soit : Abrahel. Un angelot aussi détestable qu’habile au combat. Mais pour la protéger, Eleanor ne peut compter que sur lui.

Plongée au cœur d’une bataille ancestrale, où s’affrontent les deux plus grandes puissances de ce monde, Eleanor devra transcender ses faiblesses. Et devenir celle que tous attendent.

Je remercie les éditions Hélène Jacob pour ce superbe service presse.

Dans ce récit, nous faisons la rencontre d’Eleanor, une jeune humaine au destin tracé et incroyable, mais surtout un destin des plus important. Sur ses épaules repose une lourde tâche.
Eleanor est celle qui doit sauver l’Edénie et notre monde des Enfers.
C’est avec l’aide d’Abrahel, un jeune ange (d’une centaine d’années, quand même^^) qu’elle part apprendre à combattre. Son voyage ne sera pas aisé, toutefois avec Abrahel à ses côtés, j’ai l’impression que rien ne pourra lui arriver…

J’ai énormément apprécié le personnage d’Eleanor. Elle est vraie et entière. J’ai aimé sa curiosité tout au long du roman, qui nous permet d’en apprendre davantage sur sa quête et sa mission. Eleanor n’a rien d’une combattante, elle est même froussarde (qui ne le serait pas lol), mais elle est courageuse et plus l’histoire se déroule plus elle prend confiance en elle.

Quant à Abrahel, il est si brut que parfois c’en est impressionnant. Il a tout du personnage que nous détestons en règle générale, il est : hargneux, agressif et sarcastique. Un angelot qui tient du démon. Et pourtant derrière tout cela nous percevons qu’il est plus que ça. Que ce côté néfaste n’est qu’une carapace. J’ai pour ma part adoré Abrahel au moins autant qu’Eleanor.

Concernant le roman, j’ai dévoré les pages qui le constituent et j’ai été déçue de devoir tourner la dernière page (heureusement que deux tomes suivent celui-ci). L’auteur a une écriture fluide et épurée qui nous rend ces chroniques célestes encore plus agréables à lire.

Les aventures d’Eleanor et Abrahel suivent un fil conducteur précis et les rebondissements qu’ils vivent rendent le récit addictif. Ajoutez à cela, un cliffhanger à en faire pleurer de frustration et vous obtenez un coup de cœur. (Enfin, ce dernier point ne concerne que moi ^^)

Il me tarde donc de retrouver nos protagonistes pour la suite de leur expédition. En attendant, je vous recommande vivement de lire ce roman.

Exomonde, tome 1 : Perle, le piège du temps Emma Cornellis

 

Auteur: Emma Cornellis | Édition: Éditions HJ | Genre : Science-fiction / fantasy | Pages : 338| Prix Papier: 19,45€ Prix numérique: 5,49€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Année 2323.
Lola est une adolescente comme les autres, qui approche de son dix-septième anniversaire. Elle est aussi l’unique enfant à avoir vu le jour sur Perle, exoplanète identique à la Terre.
Sa mère était membre de l’équipage de l’Explorer I, le tout premier vaisseau habité à s’aventurer hors du système solaire afin d’explorer et étudier ce nouveau monde. Mais à l’approche de leur destination, les astronautes ont été confrontés à une mystérieuse planète dont l’orbite a frôlé celle de Perle. Leur « aplanétage » d’urgence a coûté la vie à la mère de Lola.

Tout d’abord, je remercie les Éditions HJ de m’avoir permis cette découverte.

 

/!\Avertissements : Spoile dans la chronique, je n’ai pas vraiment le choix. /!\

 

Dans Exomonde, nous rencontrons une jeune femme, Lola, lors d’un rêve dans lequel elle retrouve un jeune homme qui était visiblement son ami imaginaire pendant l’enfance. Lola n’est pas une jeune femme comme les autres, elle est née sur Perle, une planète similaire à la Terre, bien que différente, toute sa vie Lola a grandi et vécue avec l’équipage sans rien connaitre d’autre que la vie qu’ils se sont construite en espérant que la Terre ne les a pas oubliés… Les rêves de Lola se font plus présents ces derniers temps, Zven insinue en elle le doute, en lui disant qu’il n’est pas le fruit de son imagination, qu’il est réel. La jeune femme confie ses doutes à ses six parents de substitutions, mais d’après eux, il n’y a aucune civilisation sur Perle. Lola est déterminée et elle se doit de vérifier leurs dires, elle-même. Je n’en dis pas plus ça serait dommage de gâcher toute l’histoire se trouvant derrière mon petit résumé.

 

J’ai vraiment apprécié les deux personnages principaux. Lola est incroyablement intelligente, les grands lui transmettent leur savoir et elle apprend énormément à leur côté. Elle devient une femme et comme toutes Terriennes, elle se pose quelques questions et encore une fois les grands sont présents pour l’accompagner, même si son regard sur eux change peu à peu. Comme dit précédemment, elle est déterminée, elle fait également preuve d’audace, j’ai trouvé le personnage de Lola fort de caractère et courageux. Une héroïne que j’ai pris grand plaisir à suivre.

 

ATTENTION ! ÇA SPOILE PAR ICI. Désolée, je ne pouvais pas écrire la chronique sans en faire…

 

Zven est un jeune homme rejeté par son peuple, il porte la marque du mal. Il est pour eux, l’annonceur du malheur. Fort heureusement, tous ne lui tournent pas le dos, n’ayant pas de parents, son vieil ami Lotte l’a pris sous son aile. Zven est un jeune homme qui n’a pas conscience de sa grandeur et de sa force et c’est bien dommage. Suite à ce rejet de la société, il aurait pu devenir néfaste et chercher à se venger et pourtant, il est un garçon plein de bonté.
Tout comme Lola, j’ai pris plaisir à le suivre.

 

Concernant le roman dans sa globalité, j’ai tout de suite était prise dans l’histoire. J’ai d’abord pensé à une histoire comme le film « The space between us » [superbe film], mais non, l’auteur m’a servi toute autre chose et j’en suis agréablement surprise. En fait, Exomonde renferme deux histoires qui s’entremêlent où science-fiction rencontre fantasy, en effet d’un côté, il y a Lola qui habite une autre planète que la notre, mais qui vit plus ou moins de la même manière que sur Terre. Et de l’autre côté, il y a Zven qui vit dans un monde de fantasy, entre prophétie, langue des âmes, capacités surnaturelles… C’est un cocktail détonnant, qui m’a beaucoup séduit d’autant plus que je n’ai pas vu venir la fin, je m’attendais à toute autre chose. Cette fin m’a perturbé et en même elle soulève la curiosité et le questionnement qu’il faut pour se jeter sur le deuxième tome. L’auteur a très bien su géré son univers, son intrigue nous tient en haleine du début à la fin, sa plume est agréable et fluide quant à cette histoire, elle est captivante.

J’ai passé un excellent moment en compagnie de ces personnages attachants et je vous recommande fortement cette lecture.

Tout en nuances, tome 1 : Hyacinthe Erika Boyer

Auteur: Erika Boyer | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 271| Prix Papier: 14,90€ Prix numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Site de l’auteur

Hyacinthe ne supporte pas de voir son reflet dans le miroir. Il vit loin de tout, isolé, reclus ; il se cache du regard des autres et consacre son existence à son art. Il n’entretient même plus l’espoir d’être un jour aimé.
Pourtant, quand Elea entre dans sa vie, il ne peut s’empêcher d’aspirer au bonheur. Ses regards sont des caresses, ses gestes des mots doux et l’artiste en vient à croire qu’il pourrait avoir un avenir différent de celui qu’il s’était toujours imaginé.
Peut-il être homme et non plus abomination à travers les yeux de cette femme ? Mieux, peut-il l’être à travers ses propres yeux ?

Je remercie infiniment Erika Boyer d’avoir accepté ma demande à chroniquer son roman.
Et quel roman ! Le résumé annonçait déjà une belle lecture et je n’ai pas été déçue bien au contraire. J’ai senti le coup de cœur arrivé dès le premier chapitre.

Dans ce roman, nous rencontrons Hyacinthe, un artiste reclus depuis plusieurs années parce qu’il ne veut pas imposer au gens sa « monstruosité » et parce qu’il ne supporte pas le regards des autres à son égard.  Étant un artiste de renom, Hyacinthe croule sous les commandes des joailliers, c’est pourquoi Alexa sa meilleure amie lui trouve une assistante. Bien qu’il ne veuille pas d’aide, il permet à Elea d’entrer dans sa vie en pensant qu’elle prendra peur et s’enfuira sans demander son reste en le voyant . Toutefois, la jeune femme va le surprendre et cela à maintes reprises…

Hyacinthe est un homme qui m’a énormément touché et ému de par son histoire et sa façon d’être. Au premier abord, il donne l’aspect d’un homme qui semble bourru et asocial,  un homme qui ne se laisse approcher par personne ou très peu. Pourtant il est simplement un homme brisé qui n’a pas confiance en lui par rapport à son physique. Plus encore nous découvrons qu’ilest un homme bon et qu’il a un cœur en or.

Quant à Elea, elle est une jeune femme passionnée manquant de confiance en elle. Elea passe plus ou moins à côté de sa vie, jusqu’à ce son amie Alexa  lui propose de devenir l’assistante de l’artiste qu’elle adule tant.  J’ai trouvé la jeune femme touchante et attachante, elle est de celles qui sont douces, sensibles et qui voient avec le cœur.

Parlons du roman dans son tout maintenant, les personnages  sont extrêmement émouvants, si bien que nous nous attachons à eux dès le début.  Ils ont également une grosse particularité, puisque l’auteur s’est inspirée  des divinités gréco-romaines pour les façonner eux et leur histoire à la sienne. D’ailleurs Erika Boyer allie mythes et réalité à la perfection.
La part de Mythologie est bien présente et pourtant je ne l’ai vue que lorsque l’auteur l’a mentionnée à la fin du roman. (Oui, je ne suis pas spécialement porté sur la Mythologie gréco-romaine) Après quelques recherches sur Wiki, j’ai pu faire le rapprochement de telle ou telle chose et j’’ai trouvé ça fascinant, l’auteur m’a bluffé par son travail.

Pour ce qui est de la plume d’Erika Boyer comme pour « Le langage des fleurs », je l’ai trouvé addictive et douce, mais les mots et l’histoire ont un fort impact sur le lecteur. Si les personnages de « Tout en nuances » m’ont touché, la plume de l’auteur m’a parfois émue aux larmes et je suis ressortie de cette lecture chamboulée par ce que deux êtres peuvent faire par amour.

Je n’ai pas trouvé de points négatifs à ce roman, il est un véritable coup de cœur et je vous le recommande vivement.

Dessine-moi… Ton monde idéal Victor de Coster

Auteure : Victor de Coster | Illustration : Maxim Savva| Date de parution : Mars 2018 | Genre : Album jeunesse | Prix : 7€ (ttc) | POUR ACHETER CET ALBUM, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Ils ont entre 5 et 10 ans et ne manquent pas
d’imagination quand il s’agit de dessiner la planète
qui les inspire. Voici leurs aspirations, le monde tel
qu’ils l’espèrent, eux qui le porteront bientôt.
Écologie, partage, famille… sont autant de
valeurs que les enfants ont naturellement mis
au cœur de leurs rêves. Si ce livre garde toute
la légèreté – et l’humour – d’une parfaite histoire
du soir, il est aussi plein d’espoir. Celui de voir
la bienveillance et la douceur de nos conteurs d’un
jour envahir pour de bon le monde de demain.

Pipine et moi remercions Les éditions du Rêve pour ce service presse très intéressant.

Cet album renferme le monde idéal de vingt enfants âgés de 6 à 10 ans. Je trouvais intéressant de partager avec Pipine la vision du monde idéal des autres enfants et surtout je trouvais intéressant de voir le monde à travers leur innocence.

Dans le monde idéal de ces enfants, plusieurs thèmes reviennent comme la pollution, l’écologie, le racisme, les voyages, l’entraide, le partage, la violence et la bienveillance.

Chaque enfant a un monde idéal bien à lui. Certains supprimeraient l’école, d’autres la laisseraient, mais iraient avec modération. Certains voudraient manger au fast-food tous les jours alors que d’autres voudraient manger plus sainement. Certains voudraient des voitures qui volent, tandis que d’autres préfèrent la marche et les vélos. Certains aimeraient que l’argent disparaisse et que tout soit gratuit, d’autres aimeraient que ceux qui ont le plus d’argent aident ceux qui n’en ont pas ou peu… Mais tous ou presque, souhaiteraient éradiquer la violence. Plus de méchants, mais des personnes qui s’aident. Plus d’attentats, plus de guerres, mais de la bienveillance.

Avec Pipine nous avons chacune un monde idéal préféré, pour elle c’est celui de Célia, fêter Noël trois fois par an, c’était sûr que ça lui parlerait à ma mini ^^ Pour ma part, je me vois bien dans celui de Blanche.

Concernant l’ouvrage dans sa globalité, c’est un album attrayant autant par les images que par les textes qu’il renferme. La retranscription des mondes est simple et il y a une illustration correspondante à chaque monde idéal.

Je recommande la lecture de cet album avec vos minis qui réagiront à coup sûr à chaque monde idéal 🙂

À la fin de notre lecture, j’ai demandé à Pipine de me dessiner son monde idéal… Voici le sien :

Dans mon monde idéal, on ramasserait les déchets dehors. Les SDF vivraient comme nous et plus dans la rue.

Dans mon monde idéal, je voudrais faire du vélo tout le temps et aller au parc. Je voudrais manger plein de glace et me faire un tatouage Mickey Mouse. Je voudrais lire des tonnes de livres comme maman et faire beaucoup de jardinage avec papa pour manger des fruits et des légumes meilleurs. J’aimerais jouer tous les jours avec mes copains après l’école et je voudrais que toutes les maîtresses soient comme maîtresse Céline et qu’elles apprennent toutes comme elle.

Par contre dans mon monde idéal, il n’y aurait plus d’insectes. Ils sont embêtants et ils me font peur. Je ne voudrais pas grandir, ni que mes parents vieillissent. Dans mon monde idéal, nous ne mourrions pas. Et puis, il n’y aurait pas de méchants, non plus et les gens s’aideraient et surtout il n’y aurait plus de guerres, je n’aime pas la guerre, ça fait peur.

Pipine, 6 ans

 

Avis Pipine et maman: 4/5

Damenndyn, tome 1 : Le grimoire d’Esklaroth Rose Berryl

Auteure: Rose Berryl | Édition: CKR Éditions | Genre : Fantasy | Pages : 467 | Prix Numérique: 3.99€ Papier: 17.96€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Et si tout ceci n’était que le commencement ?
Certains secrets ont été trop longtemps préservés, par peur ou par profit, ne laissant fuser parmi les royaumes qu’une infime partie de la vérité.
Le récit que vous allez découvrir prend son essor au cœur de Lythuste, l’une des cinq îles du Grand Monde. Damenndyn y mène une vie paisible, recluse dans l’enceinte d’un orphelinat où les prêtresses de la déesse Torgani l’ont recueillie enfant.
Poussée par la curiosité, elle découvrira, au fil des pages d’un énigmatique grimoire, l’histoire mystérieuse d’un château maudit, où les habitants vivent des heures sombres.
Très vite, de terribles événements viendront perturber la quiétude de ses journées, plongeant tout autour d’elle dans le chaos.
À dix-huit ans à peine, Damenndyn ne se doute pas encore qu’elle aura à jouer un rôle majeur dans le combat engagé contre les Ténèbres, et qu’elle devra affronter des forces inconnues, d’une puissance terrifiante…

 

Je remercie les éditions CKR pour le service presse et pour m’avoir permis ce début d’aventure.

Dans ce roman, nous rencontrons Damenndyn, une jeune orpheline, un brin rebelle. Un matin, la prêtresse mère la fait demander à son bureau, la jeune fille s’y rend à reculant et reçoit un grimoire, pas n’importe lequel, celui-ci conte l’histoire d’un groupe de chevaliers ainsi que celle du roi Valamdil dans l’affrontement des ténèbres. De retour dans sa chambre, la jeune orpheline se plonge immédiatement dans la lecture du grimoire.
Parallèlement à sa lecture, Damenndyn et ses camarades prennent conscience de certains changements dans l’enceinte de l’orphelinat. En effet, trois orphelins ont disparu, les prêtresses sont plus tendues et plus froides. Il se trame quelque chose et les orphelins comptent bien découvrir de quoi il retourne.

Au cours de notre lecture, nous rencontrons un certain nombre de personnages, mais il est aisé de se repérer. Les principaux étant Damenndyn et Daïron dans un premier temps, puis le groupe de chevaliers dans un deuxième temps.
Nous découvrons les protagonistes en surface, néanmoins j’ai apprécié le personnage de Damenndyn, son côté rebelle comme je le disais plus haut m’a plu et je sens qu’elle n’a pas fini de me plaire.

Dans ce premier tome, l’auteure met en place l’histoire et présente ses personnages. Dans une histoire ou dans l’autre, ils ont chacun leur importance. J’ai aimé l’univers et le décor que Rose Berryl nous livre, il y a un travail vraiment créatif que je salue puisqu’il permet de nous évader. En effet, la plume de l’auteure nous aspire instantanément dans le Grand Monde, et nous prenons plaisir à nous perdre dans ces aventures.

Concernant Damenndyn, je me pose mille et une questions à propos d’elle, tantôt je me dis qu’elle est la fille d’untel, puis je reviens sur mes suppositions en me disant qu’elle est plus susceptible d’être la fille d’un autre… En tout cas, ce que je pense et qui ne change pas, c’est que ce n’est pas un hasard si elle fait ces rêves bizarres et qu’elle entend cette voix. Je pense qu’elle est la fille d’un personnage important et donc qu’elle est destinée à accomplir de grandes choses pour sauver le grand monde. Je recommande cette fantasy et il me tarde de découvrir ce qu’il en est réellement. Cette histoire m’intrigue et je veux savoir si mes suppositions sont bonnes où si je suis à côté de la plaque^^

Avis 4/5 Très bon

 

Galatéa, tome 1: Évanescence Monia Sommer

Auteure:Monia Sommer | Édition: Anyway Edition | Genre : Fantasy | Pages : 412 | Prix Numérique: 6.99€ Broché: 18.90€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Sur une planète de glace et d’hiver éternel. Galatéa, la princesse guerrière apprend à maîtriser ses pouvoirs.
Jeune et un peu naïve, elle se retrouve livrée à elle-même au cœur d’un monde inconnu.
Lorsqu’une guerre éclate, menée par une ennemie puissante à la tête d’une redoutable armée d’Enchantombres dotés de pouvoirs défiants toute logique, le monde de Galatéa bascule. Galatéa comprend que ses actions peuvent sauver ou condamner de nombreuses vies. Malgré tous ses efforts, le danger se referme sur elle comme un étau.

 

Je remercie chaleureusement Monia Sommer pour le service presse et donc de m’avoir permis de découvrir Galatéa.

Dans ce roman, nous faisons la connaissance d’une jeune princesse guerrière, Galatéa. Elle et ses amies s’entraînent chaque jour au combat afin de maîtriser leurs pouvoirs et de les faire évoluer en cas de guerre . La princesse ne prend pas ses entrainements au sérieux ce qui lui vaut d’ailleurs quelques remontrances de sa mère.
Arrive un jour, où l’univers est menacé par une nouvelle planète dont les habitants sont maléfiques, les Enchantombres et Cosmica, l’Ultime Puissance veulent conquérir chaque planète, chaque royaume, mais surtout ils veulent Galatéa

Parlons des personnages, de Galatéa pour commencer,  je n’ai pas vraiment accroché avec elle, pourtant c’était bien parti, mais au fur et à mesure de l’histoire, j’ai ressenti trop de contradictions par rapport à elle. Tantôt guerrière et battante, tantôt faible et pas vraiment à sa place, comme si elle avait toujours besoin de quelqu’un pour la diriger. Il en va de même pour ses amies et guerrières, je les ai souvent trouvé trop peu sûres d’elles. J’ai trouvé ça dommage, mais peut-être est-ce dû à leur jeune âge et aux entrainements pas pris au sérieux, où peut-être, est-ce moi qui en attendais trop de l’héroïne…
Galathée, la reine et mère de Galatéa est une femme qui fait preuve de sagesse et de bravoure. Elle est tendre avec sa fille et ses guerrières, mais se montre impitoyable avec ses ennemis. J’ai vraiment apprécié son personnage.
Sao, ce jeune guerrier et amoureux de Gala, s’est toujours montré valeureux, prêt à combattre et à apporter son aide aux guerrières même sans aucun pouvoir. J’ai beaucoup aimé ce début histoire entre notre princesse de glace et lui.
Quant à Arusune et Uptanne, princesses guerrières et cousines de Gala, je les ai appréciées aussi, les voir combattre aux côtés de Galatéa, Naiad, Larissa et Despina a été fort attrayant.

 

Concernant le roman dans sa globalité, il est découpé en cinq livres (cinq parties) j’ai pris beaucoup de plaisir à lire les deux premiers. J’ai tout de suite été emportée, l’auteure m’a happé dans son histoire et je me voyais déjà avoir un coup de cœur, malheureusement il n’est pas venu.
Je m’explique, à partir du livre trois, j’ai trouvé certains passages plus longs toutefois d’autres passages sont vraiment intéressants, comme les flashbacks de la reine par exemple, sur le coup nous nous demandons pourquoi ils sont présents et puis au fil de l’histoire, ça se met en place et nous soupçonnons donc le pourquoi du comment. J’ai également beaucoup apprécié l’action soutenue du roman, même si je m’attendais à une héroïne plus « badass ».
Je tiens vraiment à souligner un point qui me semble important, à savoir la créativité de l’auteure. Elle nous offre tout au long de son roman, un décor époustouflant ainsi qu’une histoire travaillée et recherchée. En effet, les noms des personnages ne sont pas choisis à la légère et les paysages sont tellement bien décrits qu’on en oublie l’endroit où nous nous trouvons réellement et Galatée m’a envoyé du rêve à foison. ❤
Quant à la plume de Monia Sommer, elle est fluide et captivante, l’auteure nous plonge dans un univers qu’elle gère avec brio et j’ai tout de même passé un bon moment en compagnie de tout ce monde et j’ai hâte de les retrouver surtout après la que l’auteure nous livre. :O

 

Avis j’hésite entre 3 et 4 alors va pour un 3.5 😉

Le secret du vent Mélanie De Coster

 

Auteure: Mélanie De Coster | Édition: Books On Demand | Genre : Fantasy | Pages : 192 | Prix Numérique: 1.99€ Broché: 9.50€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Comment survivre sur une petite île de Bretagne quand on est une sorcière ? En refusant d’accepter ses pouvoirs. C’est le choix que Gwenaëlle a fait des années plus tôt.
Mais le vent souffle, les légendes se réveillent… Et le passé de Gwenaëlle et de celles qui l’ont précédée la rattrape. Alors que les éléments se déchaînent et que les événements se précipitent, comment assumera-t-elle son héritage ?

Je remercie chaleureusement Mélanie De Coster de m’avoir proposé son roman en service presse. J’ai adoré vivre son histoire.

Dans ce roman, nous rencontrons Gwenaëlle à sa naissance pour la retrouver des années plus tard, elle est devenue l’a guérisseuse de cette petite île qui la vu grandir et une part de mystère l’entoure. Aussi les habitants sont mitigés, certains sont bons et soutiennent Gwenaëlle, tandis que d’autres, la considère comme une sorcière malfaisante et lui mettent sur le dos tous les malheurs de l’île. Quand un inconnu débarque et s’installe dans une maison dite hantée, les langues se délient, les rumeurs sur Gwenaëlle vont bon train surtout quand ils apprennent que l’inconnu n’est pas si inconnu. Le passé refait surface, des révélations sont faites, des actions sont menées. Qui est-elle vraiment et échappera-t-elle à son destin ?

Gwenaëlle est une jeune femme forte à la douceur inouïe, elle est agréable, compréhensive, toujours prête à apporter son aide. Elle est aussi une jeune femme mise à l’écart et seule parce que les gens ont peur de sa magie. J’ai beaucoup aimé son personnage, je l’ai trouvé très attachante.
Quant à Maël, j’avoue que lorsqu’il a commencé à tourner autour de Bénédicte, il m’a agacé, néanmoins, j’ai apprécié son personnage. S’il est vrai qu’il ne comprend pas toujours tout à ce qu’il se passe avec Gwenaëlle, il a su être présent pour elle quand tous ont commencé à lui tourner le dos, et l’aide qu’il lui apporter n’est pas négligeable. J’ai apprécié leur lien et leur rapprochement…

Concernant le roman dans sa globalité, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette histoire, plus les pages se tournent, plus nous voulons découvrir ce qui se trame sur cette île et sur le passé de Gwenäelle. L’auteure nous tient en haleine tout du long et la plume de Mélanie De Coster est prenante, addictive et fluide. Je recommande bien évidemment ce roman qui nous transporte tranquillement.

Avis: 5/5 coup de coeur

Les méditations des super-héros Louis Legrand & Bettina Braskó

Auteur: Louis Legrand | Illustratrice: Bettina Braskó| Auto-édité | Genre : Album jeunesse (5 ans et +)| Pages : 60| Prix Numérique: 6.22€ Broché: 12.93 € Audible: 6.88€ | Siteweb de l’auteur: ICI | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Les Méditations des super-héros » est un parcours de méditation à destination des plus jeunes. Celui-ci comprend 16 méditations enchantées sur le thème des super-héros. Il permet aux enfants de comprendre toutes les choses dont ils sont capables dès lors qu’ils portent une attention consciente à eux et au monde.

Avec Pipine, nous remercions Louis Legrand pour ce service presse ainsi que pour sa confiance.

Je cherchais des idées de temps calmes pour Pipine et elle-même me propose parfois de faire de la relaxation, donc même si ce n’est que par période, nous faisons du yoga et, écoutons des vidéos de relaxation sur Youtube, l’heure précédant le couché. C’est un moment mère/fille tranquille et nous adorons ça. C’est donc tout naturellement que j’ai fait une demande de SP pour ce livre.

Plus qu’un livre, c’est un guide qui apaise et détend aussi bien les enfants que les parents. (Du moins ça a été le cas pour moi) Ici, l’auteur, propose plusieurs chapitres, donc plusieurs scripts sous forme de super-pouvoirs et quel enfant ne rêve pas d’en avoir ? Nous retrouvons donc des pouvoirs comme « La connexion » pour sentir et nous connecter avec ce qui nous entoure, « Le contrôle du temps » pour gagner et apprendre la patience ou encore « Le champ de protection magnétique » pour trouver le calme pendant une tempête. Le self-control et savoir reconnaître ce que nous ressentons est important pour un adulte, alors pour un enfant ça l’est encore plus et la méditation aide beaucoup à cela.

Concernant les illustrations, nous tombons une nouvelle fois, sous le charme du coup de crayon de Bettina Braskó, quant aux étapes des scripts, elles sont très bien décrites et simples à comprendre. Néanmoins, Pipine a parfois eu du mal à se concentrer, mais c’est assez nouveau et elle est assez jeune, donc même si elle ne visualise pas toujours les étapes et sort de sa méditation rapidement, elle aime tout de même cela et je me dis que ça viendra au fil du temps et en grandissant (bien que le papa n’arrive pas à se concentrer non plus, maman quant à elle, est plus réceptive ^^)

Suivre les méditations de ce guide a été une belle aventure que nous allons continuer de vivre. Merci à l’auteur et à l’illustratrice pour tous ces moments de partages. Je recommande évidemment Les méditations des super-héros.

P.-s N’hésitez pas à lire l’instruction aux enfants : D

— NAMASTÉ —

Avis: 5/5 Super guide