Les Vents de l’Existence Wendy Baqué

Autrice : Wendy Baqué | Édition: Auto-Édition | Genre : Littérature générale / Feel Good | Pages : 347| Prix Numérique: 2.99€ Broché: 13.19€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Proche de la trentaine, Joanne, sociologue émérite, est de ces personnes dont on pourrait dire qu’elles ont réussi leur vie. Et pourtant… Tout s’écroule pour la jeune femme le jour où elle apprend brutalement le suicide de Lucas, son parrain. En héritage, il lui laisse l’Ultimo Respiro, la maison qu’il avait achetée et rénovée afin de finir ses jours à La Turballe, en Loire Atlantique. Elle y retourne alors, d’abord pour des raisons administratives, puis se questionne sur les circonstances du décès de son parrain. Ses vieux démons refont surface, l’interrogeant tant sur la mort que sur la vie, et mettent à mal le sens que l’endeuillée avait attribué à son existence. Elle fait la connaissance de Damien Lasareigne qui, avec ses idées artistiques et révoltées, lui fera voir la vie sous d’autres facettes. Ces événements de vie la forceront à affronter ses peurs, ses proches et à faire valoir qui elle est réellement. Alors qu’autour d’elle, tout est question de mort et de finitude, pour elle, tout commence, tout est renouveau.

Je remercie chaleureusement Wendy Baqué pour le service presse ainsi que pour sa confiance.

Dans Les Vents de l’Existence, nous rencontrons Joanne, une jeune enseignante en sociologie. Sa vie est loin d’être trépidante et on le ressent bien. Enlisée dans sa routine, Joanne va recevoir un appel qui va bouleverser sa vie et la pousser à quitter Aix-en-Provence pour la Loire-Atlantique. Et par bouleverser, j’entends tout changer…

Parlons un peu des personnages, je vais commencer par Lucas. Bien qu’il soit décédé, il tient une place importante dans l’histoire. Nous apprenons à le connaître au travers des souvenirs de Joanne. Elle nous le décrit comme un homme formidable. Lucas a pris soin d’elle, il n’a jamais cherché à la changer, au contraire, lui seul la comprenait et l’acceptait comme elle était. La bienveillance et l’ouverture d’esprit de ce protagoniste me l’ont rendu agréable et sympathique.

Joanne… Elle est sans aucun doute mon personnage favori. Cette femme m’a touchée, son histoire m’a émue et je trouve sa personnalité incroyable. La vie n’a pas toujours été tendre avec elle. Souvent, on s’est moqué de son physique, ses parents l’ont délaissée au profit de leurs carrières, mais ils se permettent d’interférer dans sa vie. Martin son ex-conjoint était trop centré sur lui-même pour se préoccuper d’elle. Eric, son frère est un idiot de première qui ne connaît pas sa sœur, ou du moins si peu. Et enfin, cette société et ses jugements qui l’ont persécutée. À aucun moment, Joanne n’est prise en considération, seul Lucas le faisait.

Malgré tout cela, et malgré son histoire, j’ai vu en elle, une femme pétillante, forte au caractère bien trempé. Elle a su rester debout et elle a fait ce qu’il fallait pour reprendre sa vie en main, de la façon qui lui faisait envie. J’ai adoré la voir agir, j’ai adoré la découvrir.

Eric, bien qu’il soit le frère de Joanne, ils sont aux antipodes l’un de l’autre. Si j’ai aimé Joanne, je l’ai détesté, lui. Il a cette façon de dénigrer sa sœur qui m’insupporte. C’est un monsieur « Je-sais tout » qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. Il est un personnage exécrable, pensant avoir la science infuse, mais cet idiot ne connaît rien à la vie. (On ressent bien mon aversion, non ? ^^)

Caroline, elle est la meilleure amie de Joanne et j’avoue que son grain de folie apporte la touche de légèreté à la fiction qui permet de souffler entre deux réflexions.

Et je termine par Damien. Il est un homme discret au physique peu avantageux de ce que j’ai compris, mais il se démarque par sa façon d’être. Il est patient et à l’écoute, il est doux et attentionné. Il a ce petit côté gauche qui le rend craquant et surtout, de mon point de vue, il a une belle ouverture d’esprit. De plus, il fait du bien à Joanne, il lui correspond et rien que pour ça, je tombe sous le charme.

Passons maintenant au roman dans sa globalité.
La fiction de Wendy Baqué traite de plusieurs sujets. On y trouve : la mort et ses tabous, le deuil, la non-considération d’autrui, la société et ses diktats, les jugements, l’amour, la liberté et la vie. Me concernant, je trouve que l’autrice a mêlé le tout avec brio. De plus, elle prend le temps de développer et d’argumenter les dialogues et les points de vue de ses personnages. Le récit est réfléchi et il donne à réfléchir sur les thèmes abordés. J’aime ces romans qui me poussent à m’interroger sur telles ou telles choses, ou encore ceux dans lesquels, je me retrouve. C’est ce que m’a offert « Les Vents de l’existence ». Je vois en ce roman une façon de faire une analyse profonde de moi-même, ainsi qu’un rappel quant au fait que ma vie m’appartient et que j’en suis le seul maître à bord.

J’ai pris un grand plaisir à découvrir la plume riche de l’autrice, elle m’a transportée. Parce que oui, si les sujets sont sérieux, le fond de romance qui se déroule au milieu des falaises et de l’océan m’a fait rêver. La romance n’arrive pas dans la minute, on la voit se tisser avec douceur et légèreté ce qui nous fait tomber en amour pour les protagonistes.

En bref, « Les Vents de l’Existence » est un roman qui ne nous laisse pas indifférents, aussi je tiens à féliciter Wendy Baqué pour cela. Et si les romans qui nous bousculent et qui nous poussent à l’introspection vous tentent, n’hésitez surtout pas à lire celui-ci.

La petite renarde et le peuple des cendres Héloïse Dalle

Autrice: Héloïse Dalle | Édition: Auto-Édité| Genre : jeunesse| Pages numérique : 7 Pages papier: 26| Prix numérique : 0.99e Prix papier: 8.99€ | POUR ACHETER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Une petite histoire du soir,

Une petite renarde malicieuse s’introduit dans une cuisine pour voler une tourte bien juteuse, mais la cuisinière veille au grain. Dans sa fuite, elle dérange une petite famille qui vivait bien cachée dans les cendres près de la cheminée.
La petite renarde va apprendre une leçon d’une grande importance.

Nous remercions Héloïse Dalle pour le service presse

J’ai lu l’histoire à ma Pipine et nous avons passé un agréable moment.

Dans ce récit, nous suivons l’aventure d’une renarde gourmande, peut-être un peu trop pour le coup, ou pas…

Alors qu’elle s’apprête à voler dans un poulailler, la renarde est attirée par une odeur alléchante qui vient d’une cuisine. La tourte dorée qu’elle découvre est bien plus appétissante qu’une poule et elle se laisse tenter, mais la cuisinière ne l’entend pas de cette oreille… Une aventure qui aurait pu mal finir, mais qui au final profite à la petite renarde. 🙂

Bien qu’il s’agisse d’une histoire pour enfant, Pipine (8 ans) n’a pas pu la lire seule. Mis à part ça, tout est réuni pour capter l’attention des plus jeunes (et des moins jeunes^^) et le plonger dans l’univers de cette renarde gourmande.

Le récit permet d’assimiler que lorsque nous prenons une décision, tout ne se passe pas toujours comme prévu et que nos actes peuvent avoir des conséquences graves, ou non sur les autres.

Pour ce qui est de la plume d’Héloïse Dalle, elle est fluide douce et elle rend la lecture agréable, malgré un vocabulaire trop riche parfois.

En bref, Pipine et moi avons beaucoup aimé cette petite histoire et nous avons passé un excellent moment.

Si j’avais un ami lama… Jeanne Sélène et Chloé Harrand

Si j'avais un ami Lama Jeanne Sélène Chloé Harrand Sheonandbooks
Autrice: Jeanne Sélène |Illustratrice: Chloé Harrand | Édition: LEFEBVRE | Genre : jeunesse| Pages : 40| Âge: 4 – 8 ans | Prix papier: 8€ | POUR ACHETER CE LIVRE, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Et si ton meilleur ami était un lama ? Que ferais-tu avec lui ?

Pour les enfants qui commencent à déchiffrer, une histoire à lire seul ou accompagné. Le texte écrit en attaché est conçu pour faciliter l’autonomie des jeunes lecteurs avec notamment un codage couleur des sons.

Tout d’abord, nous remercions Jeanne Sélène pour le service presse.

Pipine a beaucoup apprécié sa lecture. En effet, les termes des jeux d’enfants comme « lama touche-touche » l’ont bien fait rire, surtout qu’elle adore jouer au « loup touche-touche » avec les copains/copines. Il en a été de même avec les constellations, les comptines, je ne vous parle même pas de ce lama qui publie des vidéos sur internet, sans oublier le passage des toilettes.

Pipine a également trouvé la relation des protagonistes très jolie, une amitié pleine de vie et de rebondissements. De plus, l’album est aussi doux et attrayant que les illustrations de Chloé Harrand qui transmettent le bonheur dans chaque page.

Me concernant, j’aime beaucoup ce rappel du quotidien avec un lama pour acolyte. Le système de couleur mis en place est facile à comprendre et le marquage des liaisons appréciable. Pipine valide également ce point, même si elle n’en a plus besoin, le seul bémol selon elle, c’est la police d’écriture. Toutefois, ça reste personnel, elle n’est tout simplement pas habituée aux textes écrits en attaché. =)

 

 

 

 

Jolyse Alisson Carleaux

JoLyse

À 30 ans, Lyse en paraît bien plus. Elle vit dans l’angoisse, celle du retour de Charles à la maison, de ses accès de colère, de ses coups qui tombent… Ce soir-là, il l’emmène danser, une première depuis des années. Mais elle a dû commettre une erreur, car bientôt, un coup de poing lui coupe le souffle, puis un autre, et elle perd connaissance. À son réveil, elle découvre celui qui l’a sauvée des griffes de son agresseur : Joe. Qui est cet inconnu et pourquoi met-il un point d’honneur à la protéger ? Malgré les risques qu’il semble encourir, il fera tout pour la libérer de son carcan conjugal. Entre danger et passion, découvrez une romance bit-lit torride !

Tout d’abord, je remercie Librinova pour le service presse. Je suis ravie de notre échange.

Dans Jolyse, nous rencontrons Lyse, une trentenaire qui vit sous le joug d’un homme violent, Charles. Lyse n’a pas de famille et pas d’amis, ou du moins Charles l’a éloignée de l’unique amie qu’elle avait. Alors, comment fuir son tyran quand on est seule au monde ? Le soir de l’anniversaire de Lyse, alors que le couple fête l’événement dans un bar, Charles s’acharne sur sa compagne dans une rue sombre à l’abri des regards, mais c’est sans compter sur Joe. Cet homme (pas si homme) lambda suit le couple et intervient avant de ramener Lyse chez lui pour la soigner…

Dans ce roman, l’autrice nous plonge dans deux univers, la romance (même si avec Charles on en est loin) et l’aventure fantastique.

Je pense que Jolyse a beaucoup de potentiel, seulement la romance entre Joe et Lyse et le premier « Je t’aime », arrivent trop rapidement selon moi, même si je comprends l’attirance qu’ils éprouvent.

La disparition de Charles me pose problème aussi, elle donne un côté : « Hop ! Lui, il disparait comme ça, les deux autres sont tranquilles. ». Et en même temps, le roman laisse présager une suite et certains événements sont étranges, alors j’attends de lire la suite pour savoir si la disparition est voulue et travailler.

Pour ce qui est des personnages, je les ai beaucoup aimés que ce soit les principaux comme les secondaires, sauf Charles évidemment. Ils ont tous une place et un rôle spécifique dans l’histoire.

Concernant le roman, l’autrice a très bien su intégrer l’aventure fantastique à la romance, j’ai pris plaisir à suivre Joe dans son enquête et son nouveau travail, ainsi que les révélations qu’il apprend à propos de son père. J’ai également adoré découvrir Lyse dans sa nouvelle vie.

Et pour finir, je félicite Alisson Carleaux pour son cliffangher. Il donne vraiment envie d’enchaîner avec la suite pour découvrir la réaction complète de Lys devant la véritable nature de Joe. (Comme le résumé n’en parle pas, je n’en dis pas plus ^^)

 

 

 

 

Reviens-moi Tome II Amandine Mataga

Auteure: Amandine Mataga | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 312 | Prix Numérique: 4,99€ Broché: 17,50€| POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Elena avait coutume de dire que j’étais la lumière dans ses ténèbres. Elle n’avait rien compris. C’est ensemble qu’on s’illuminait, se guidant l’un l’autre vers la clarté.

J’ai cru qu’enfin elle me revenait, qu’elle m’appartenait. Je me trompais. Mais rien ni personne ne pourra m’empêcher de la récupérer, car je ne l’abandonnerai plus, je serais là.

Ethan a lutté. Contre elle, contre ses sentiments jamais effacés. Mais comment délier deux âmes résolues à s’aimer ? Aujourd’hui, alors que le cœur d’Elena a sombré dans l’oubli, Ethan est bien décidé à se battre pour la faire sienne à jamais. Sur son chemin se dresseront de nombreux ennemis, des vérités depuis longtemps tues, des trahisons au goût amers, mais le plus dangereux sera les ombres enfouies au fond de lui.

Pourra-t-il renier ce qu’il est ? Sera-t-il capable de faire ce que l’on attend de lui ? Jusqu’où sera-t-il prêt à aller pour elle ? Et ça, sans se perdre au passage.

Êtes-vous prêt pour cet ultime combat ?

 

Tout d’abord, je remercie Amandine Mataga pour le service presse et sa confiance. Ensuite, je vous invite à lire : mon avis sur le premier tome et ma semaine découverte concernant ce deuxième tome.

Dans cette suite, nous retrouvons un Ethan effaré, un Ethan enragé, mais aussi un Ethan anéanti. Et pour cause, le beau aux iris orageux encaisse coup après coup et ses émotions ne cessent de le tourmenter. Entre les souvenirs de notre Rose Noire défaillants et ce soldat qu’il ne supporte pas, sa vie est sens dessus dessous. Rongé par la colère, bouffé par la rage et impuissant face à ce monde dont il ne fait pas partie, Ethan doit apprendre à se canaliser s’il veut  pouvoir retrouver sa belle et lui offrir la vie qu’elle mérite.

Parlons des personnages…

Elena, cette femme est juste incroyable. Elle est une héroïne badass à souhait. Une femme aux multi facettes, mais qui sont toutes réelles et qui font un tout qui l’a font, elle. Reine d’un monde noir où règnent le mal et la souffrance, elle sait se montrer impitoyable quand il le faut et son instinct ne la trompe JAMAIS, peu importe la situation dans laquelle elle se trouve. En parallèle, elle sait être une femme douce, aimante et bienveillante, toujours prête à donner sa vie pour ceux qui lui sont chères. Elena est un oxymore, elle est forte et fragile à la fois. Son personnage est mon favori, elle m’a conquise dès les premières lignes du tome précédent.

Ethan ! Ah Ethan… Je reste mitigée encore une fois. Il a sa part d’ombre et c’est quelque chose que j’ai aimé chez lui. Il pénètre dans un univers qu’il ne connaît pas, ou chaque homme et femme croisés est capable de le tuer à mains nues et en moins de temps qu’il faut pour le dire. Et pourtant, il ne se démonte pas, même s’il est parfois effrayé, il ne recule jamais, surtout lorsque la vie de son amour est en jeu. En ça, je l’ai apprécié, vraiment. (Et encore plus à la fin, mais je ne dirai rien d’autre : p) Et puis, il est parfois à côté de ses pompes et là, j’avoue, je le giflerai bien. Ethan fonctionne aux émotions, il les laisse prendre le pas sur ses actions et bien souvent ça se retourne contre lui. Dans ces moments là, il m’a agacé, mais en même temps c’est ce qui le caractérise et c’est comme ça qu’Elena l’aime alors bon…

Alessio, mon chouchou ! Cet homme est impressionnant, même au travers des mots de l’autrice. J’aime particulièrement son dévouement envers Elena. En effet, il est le bras droit de cette dernière, peu importe le sang qui doit couler sur ses mains, ou s’il met sa vie en danger, seule la protection de sa Reine compte. D’apparence impassible, il est un homme d’action à qui rien n’échappe. Il contrôle tout, notamment ses émotions, pourtant quand Elena se retrouve en péril, sa carapace se fêle parfois et nous permet d’apercevoir l’affection et toute l’estime qu’il porte à la jeune femme. Il est certes un homme dangereux, mais surtout il est loyal.

J’ai beaucoup apprécié la relation d’Ethan et Alessio, il y a tout un monde qui les sépare et pourtant pour Elena, ils coopèrent. Bon, c’est souvent électrique, mais qu’ils deviennent les meilleurs amis n’aurait vraiment pas été cohérent. D’ailleurs, chaque personnage a un rôle précis et justement chacun agit avec cohérence que ce soit les principaux comme les secondaires.

Parlons maintenant du roman dans son ensemble… Et commençons avec le prologue qui d’entrée de jeu annonce la couleur. Une couleur que nous ne pouvons pas accepter, qui nous amène tout de suite au questionnement, du genre : « Quoi ? =o Qu’est-ce que c’est ce délire ? Mais, non, je ne peux pas y croire, pas elle… » Voilà ma réaction à ce prologue. L’autrice pique instantanément notre curiosité et nous pousse à lire la suite sans attendre.

L’intrigue, elle tient en haleine tout du long. Nous nous demandons ce qu’il va advenir d’Elena ? Comment Alessio, Ethan et Sophia (la meilleure amie d’Elena, une nana badass aussi ^^) vont réussir à la sortir de sa situation ? Si le cœur de la Reine des Glaces a réellement sombré dans l’abîme de l’oubli ? Petit à petit, les pièces du puzzle s’assemblent, d’autres questions surviennent et Amandine y répond en temps et en heure avec des révélations et des réactions surprenantes parfois.

La plume de l’autrice, qu’on se le dise, elle est addictive ! Commencer à lire Amandine, c’est ne plus pouvoir s’arrêter et je n’exagère pas. Le vocabulaire simple et varier rend son récit fluide, si bien qu’à aucun moment, je n’ai dû reprendre une phrase ou un passage pour le comprendre. De plus, se mettre dans la peau des personnages est facile, tant Amandine retransmet les leurs émotions avec brio. Tourner (glisser) les pages de ce deuxième tome a été pour moi un plaisir.

 

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré retrouver Elena et les autres et je vous recommande vivement cette duologie où l’autrice mêle action et romance à la perfection.

Brisés, tome1: In The Darkness Koko Nhan

Brisé: Inthe darkness koko nhan sheonandbooks
Auteure: Koko Nhan | Édition: Cherry Publishing| Genre : Romance | Pages : 255 | Prix Numérique: 4,99€ Papier: 14,77€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

« Tu le sais, non ? Qu’il va te détruire ? Pas aujourd’hui, probablement pas demain, mais il finira par le faire.

— Et alors ? De toute façon je suis presque déjà morte. »

Depuis qu’elle a perdu son meilleur ami, Clara n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle affronte la vie en mode automatique, imperméable aux petites joies du quotidien. Tout lui est indifférent, même les bras de Paul, avec qui elle sort depuis deux ans. Pourtant, lorsqu’elle rencontre Chris, un beau brun ténébreux qui sillonne la ville sur sa moto vrombissante, son corps semble sortir de sa torpeur. En entrant dans son univers, Clara découvre un homme aussi brisé qu’elle. Un lien puissant se noue entre eux, mais la jolie blonde est loin de se douter du lourd secret qu’il lui dissimule…

Peut-on émerger des ténèbres quand on a touché le fond ? En s’en remettant aux mains d’un homme aussi torturé qu’elle, Clara ne commet-elle pas l’erreur de sa vie ?

Je remercie l’auteure pour le service presse ainsi que pour sa confiance.

Dans ce roman, nous rencontrons Clara et Sam, son meilleur ami. Clara doit faire face à la mort de ce dernier et plonge pour un aller simple dans les méandres du deuil. Les études de la jeune femme la poussent à rejoindre Paris où elle habite avec Paul son petit ami. Leur relation n’est pas saine, malheureusement Clara ne le voit pas immédiatement et ne prend pas en compte les mises en garde des personnes qui l’entourent, dont Chris…

Parlons des personnages principaux de cette histoire.

Tout d’abord, il y a Clara, c’est une jeune femme brisée par la mort de Sam, elle survit depuis qu’il n’est plus de ce monde. Elle est parfois naïve et souvent elle fait passer les autres avant elle. J’ai apprécié son personnage, il est vrai et réel.
Elle est émouvante et on aimerait la prendre sous nos ailes pour la protéger et la porter vers le haut.

Parlons maintenant de Paul, mon Dieu, Paul ! J’ai déjà rencontré ce personnage, il m’avait plu… Ici, il est ignoble. Il peut bien être torturé, ne pas avoir eu une vie facile, ça n’excuse pas ses actes. Je ne suis pas indulgente avec lui, pas dans ce tome-ci. C’est clairement un personnage que je n’ai pas aimé et à qui j’aurais voulu coller des coups de coude. Paul est tout ce que je déteste chez un « homme » (je ne le considère pas comme tel, d’ailleurs).

Et finissons avec Chris. Il est un jeune homme assez difficile à suivre par moment, mais dans l’ensemble, j’ai bien accroché avec lui (malgré une certaine révélation). Il est aussi brisé que les deux autres personnages et on comprend assez vite le « pourquoi du comment ». J’ai trouvé Chris charmant, il apparaît comme quelqu’un de prévenant et protecteur envers Clara, ce qui nous le rend sympa. La relation qui le lie à la jeune femme est pour moi, la touche de douceur du roman.

Il est temps d’aborder le roman dans sa globalité. Dès le premier chapitre, l’auteure m’a fait verser quelques larmes (On n’oublie pas que je suis une chouineuse^^). La plume de Koko Nhan est belle, fluide et simple, elle nous transporte dans l’histoire à l’instant même où nous commençons la lecture.

Le fond traite de plusieurs sujets difficiles comme le deuil, la dépression, la violence… J’ai eu beaucoup de mal avec ce dernier point (entre autres), ça a réveillé en moi ces sentiments d’impuissance et de colère que je rencontre à chaque lecture dans ce genre là. Et je félicite l’auteure d’avoir réussi à me faire passer des larmes à la colère en passant par l’attendrissement. Koko Nhan a su jouer avec les émotions et les transmettre dans ses mots, elle a également su me rendre curieuse de l’histoire de ses personnages et j’ai pris grand plaisir à découvrir son roman.

Et puis, il y a cet épilogue, mon petit cœur tout mou a fait BOUM, mais pour en connaitre la raison, vous devrez lire ce premier tome de la duologie : Brisés.

Vous l’aurez compris, In The Darkness ne m’a pas laissé indifférente et je le recommande vraiment.

 

 

Black Rose, Livre 3 : Le sang du grimoire

Auteur: Faë Storm | Édition: Flamme bleue | Genre : fantastique | Pages : 59| Prix Numérique:2,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

(Photo à venir)

Dans ce troisième livre, nous retrouvons une Alice chamboulée par tout ce qu’elle découvre du monde surnaturel. J’ai aimé suivre le personnage dans ses interrogations, les révélations qui lui sont faites et également dans son conflit avec Lucifer. Alice lui tient tête tant bien que mal et la façon dont elle le fait me plaît.

L’auteure nous dévoile l’intrigue de son histoire, ce qui permet au lecteur de s’immerger dans l’ambiance fantastique et elle nous offre également un joli cliffhanger.
Bien que je ne sache réellement que penser de la tournure qu’à pris les événements, une chose est sûr, j’ai hâte de connaitre la suite et j’avoue avoir été quelque peu frustrée de ne pas l’avoir ^^

Concernant la plume de l’auteure, je suis maintenant une adepte de Faë Storm et j’aime toujours autant me plonger dans son univers détaillé et travaillé qui nous emmène ailleurs.

Je recommande Black Rose, toutefois, si vous êtes du genre impatient, je vous conseille d’attendre l’intégrale.

 

Avis du livre 1 

Avis du livre 2

Azmel, tome 1 : La porte du temps Laura Wilhelm

Auteur: Laura Wilhelm | Édition: Publilivre et Sudarènes Éditions| Genre : Romance fantastique | Pages : 172 | Prix Numérique: 7,99€ Papier: 18€  | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

« Imaginez-vous perdre vos deux parents en même temps ? Imaginez que vous soyez obligé de recommencer votre vie à zéro, nouvelle ville, nouveau lycée, nouvelle famille…
Imaginez ensuite que vous découvriez dans un excès de colère que vous avez la faculté de déplacer les objets avec la seule force de votre pensée et que vous n’êtes pas seul à faire partie des forces supérieures.
Imaginez que vous ressentiez les battements de cœur d’une personne inconnue dans votre poitrine lorsque vous la croisez… Comment réagiriez-vous si au premier contact physique, une douleur terrible vous plongeait dans l’inconscience ? Comment feriez-vous pour gérer un amour interdit, renforcé d’un sortilège par vos ancêtres des centaines d’années avant votre venue au monde ?
Imaginez-vous que la vie que vous meniez jusqu’ici n’était qu’une illusion destinée à cacher votre vraie nature des forces du mal… »
Deux familles que tout oppose. Un sortilège prononcé il y a plus de 400 ans par les Chefs de Clan de l’une d’elle afin de ne jamais se mélanger… « Azmel », créé pour se protéger fini par devenir un calvaire lorsque Léna et Rick, issus de ces clans, tombent amoureux.
Mais leur histoire de famille est bien plus compliquée que ce qu’ils savent déjà. Ils vont découvrir des forces qu’ils n’imaginaient pas exister et se heurter à la frustration la plus violente qui soit : ne pas pouvoir se blottir dans les bras de l’amour de sa vie. Car, ils en sont conscients, au plus profond de leur âme : ils sont faits l’un pour l’autre, que leur famille le veuille ou non.
Leur amour va subir bien des épreuves, des histoires de lycée en passant par les drames familiaux, sans oublier la Porte du Temps qui rappelle à Léna que ses pouvoirs ne font que grandir et qu’elle ne sera peut-être pas capable de gérer la puissance qu’elle lui insuffle.
Les démons et les élus devront s’unir contre d’autres forces plus violentes. Seulement y arriveront-ils ? L’amour de Léna et Rick sera-t-il assez fort ?

Tout d’abord, je remercie l’auteur pour sa confiance et  pour le service presse de son œuvre.

Dans ce premier tome, nous rencontrons Léna, jeune femme qui vient d’enterrer ses parents et qui a emménagé chez sa tante et ses cousines qu’elle ne connaît pas. Léna a du mal à aller de l’avant, mais heureusement elle peut compter sur sa nouvelle famille. Plus encore lorsqu’elle découvre qu’elle n’est pas qu’une simple humaine… En effet, la jeune femme ainsi que les autres avec qui elle vit sont des Élues et leur mission est de protéger La Porte Du Temps, mais c’est sans compter sur certaines révélations et l’amour de Léna pour Aymerick, un hybride mi-Élu, mi-Démon…

Parlons des personnages, dans l’ensemble, je les ai appréciés. Léna est très attachante et l’on se glisse facilement dans sa peau. Bien qu’il soit déstabilisant et lunatique, Aymerick « Rick » m’a beaucoup plu, lui aussi. En revanche, je regrette de ne pas avoir vu plus les frères de Rick ou encore Eléonore qui semble puissante, mais peut-être que nous aurons le plaisir de les voir plus présent dans la suite de l’histoire. Du reste, chaque personnage à sa petite personnalité, peu importe son rôle.

Concernant le roman dans sa globalité, maintenant. Ce premier tome met en place l’histoire et j’ai pris un grand plaisir à suivre Léna et Rick, même si je trouve que l’on ne voit pas assez l’amour entre eux. Je m’explique, nous savons que leur attachement est immense et c’est indéniable. Au passage, je félicite l’idée des battements de cœur que Léna ressent, mais il manque à mon sens quelques scènes dans lesquelles on les voit passer du bon temps ensemble par exemple des promenades à deux, des discussions… cela aurait encore plus renforcé leur lien.

Pour ce qui est de la plume de l’auteur, elle est simple et fluide quant au vocabulaire utilisé, il est juste et rend la lecture agréable.

L’auteur nous entraîne dans une histoire attractive qui nous tient en haleine de par le don de Léna, mais aussi par sa rythmique. De plus, Laura nous offre un univers maîtrisé, je n’ai pour ma part pas trouvé d’incohérences et elle pose un décor ainsi que des descriptions qui nous immergent totalement dans son récit.

En somme, il me tarde de lire la suite, d’autant que la fin de ce premier tome nous laisse avec un événement intriguant.

 

Nordie, partie 2 : Deijan Cécile Ama Courtois

Auteur: Cécile Ama Courtois | Édition: L’ivre-book | Genre : romance | Pages : 250 | Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE Sortie en papier le 29 septembre. L’auteur sera présente aux Aventuriales, ce jour-là. Elle pourra envoyer des exemplaire dédicacés à partir du 1er Octobre.


ATTENTION, LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. JE RÉPÈTE : LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. SI VOUS N’AVEZ PAS LU LA PARTIE 1 AVEC GUILENDRIA, NE LISEZ PAS CETTE CHRONIQUE.

Après avoir failli périr dans l’incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d’abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout… la reconquérir.

Mais sera-t-il capable de s’affranchir du passé ? Car ce n’est pas l’amour, qui rend aveugle. C’est la peur de l’amour.

 

Un immense merci à l’auteur pour ce service presse que j’avais hâte de lire.

Je rappelle que la chronique contient du spoile.

Dans cette deuxième partie, nous retrouvons Deijan et les gens du château à l’instant où nous avons quitté Guilendria dans la première. Grâce à ses connaissances du château de Bucail, le valet du comte et Sauge la camériste de la comtesse, arrivent à libérer tous les domestiques des flammes. Puis nous suivons Deijan dans sa convalescence, mais aussi dans son impatience à retrouver et à sortir sa femme des griffes du Ciseleur.

Nous suivons également Guilendria dans son périple avec Ifhoras et ses hommes. Si le Ciseleur se montre « bienveillant » au vu des circonstances, il n’en est pas de même avec ses hommes. Guilendria subit humiliation sur humiliation et pourtant elle n’en reste pas moins digne d’une grande dame.

Dans la première partie de Nordie, nous avions découvert en Deijan, un homme implacable et froid envers sa femme. Nous avions également pu découvrir au fil des pages la raison de son comportement envers elle. Et bien, dans cette suite, Deijan est un homme nouveau. Guilendria a su briser son armure et cela nous le rend beaucoup plus appréciable. J’ai vraiment aimé la façon dont l’auteur amène naturellement le changement d’attitude du personnage. C’est donc avec le « vrai » Deijan et son véritable amour pour son épouse que nous vivons l’histoire de Nordie.

Quant à Guilendria, nous avions découvert précédemment qu’elle était une femme forte et loyale. Qu’elle était prête à supporter énormément pour les gens qu’elle aimait. Ici, l’auteur nous le démontre encore une fois. En effet, la comtesse de par ce qu’elle a vécu et de par ses rencontres bouleversantes, fait à nouveau preuve de grandeur et de bonté d’âme. Cette femme est incroyable, elle arrive à voir dans les gens ce qu’il y a de bon en eux.

Le comte et la comtesse de Bucail s’aiment et sont faits pour être ensemble, c’est indéniable. Toutefois, ça ne plaît pas à tout le monde et un grain de sel s’ajoutant à un autre peut avoir des conséquences désastreuses… Heureusement, Guilendria n’est pas la seule femme bienveillante dans cette histoire. Et même si Deijan peut-être borné, la confiance porte à ses serviteurs saura lui faire ouvrir les yeux afin d’arranger tout ce qui doit l’être.

Concernant le roman dans sa globalité, j’avais buté sur pas mal de mots dans la première partie et j’ai l’impression que l’auteur a simplifié son écriture. J’ai pris grand plaisir à plonger et à vivre chaque ligne de Nordie. La plume fluide de l’auteur nous aspire dans son univers et il est difficile de s’en défaire.
Si dans la première partie, les thèmes abordés étaient difficiles, ici l’auteur joue plus sur le mental, la rédemption, l’accord du pardon, la délivrance, le changement qui aide à atteindre le bonheur.
J’ai beaucoup aimé ce côté de l’histoire, enfin j’ai aimé l’histoire entièrement et je remercie l’auteur de l’avoir écrite.

Avec cet avis, j’ai l’impression de faire un comparatif, mais c’est juste que les deux parties sont complémentaires si bien, qu’elles me font penser au Yin et au Yang.

Je recommande à 200 % cette duologie qui a été un véritable coup de cœur.

 

 

Myrihandes, tome 1 : Le secret des Âmes-Sœurs Guilhem Méric

Auteur: Guilhem Méric | Édition: Harmonia-Prod | Genre : Fantasy| Pages : 617| Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Arrachés brutalement l’un à l’autre quand ils étaient enfants, Sisam et Helya se retrouvent dix ans plus tard pour apprendre qu’ils sont des Âmes-Sœurs, capables de s’unir en un seul et même corps aux pouvoirs de légende : un Myrihande.

Leur existence, hélas, est hors-la-loi. Œuvrant sous l’autorité d’un lointain seigneur, les Gouverneurs des Trois Cités exercent depuis toujours une terrible oppression sur les Âmes-Sœurs, afin que nul Myrihande ne renaisse en ce monde.

Pour sauver leur amour, mais aussi libérer toutes les autres Âmes-Sœurs prisonnières des Cités, Sisam et Helya vont devoir tout apprendre du lien secret qui les unit, qui pourrait faire d’eux le plus sage et le plus puissant des Myrihandes…

 

Je remercie chaleureusement l’auteur pour le service presse.

Quand vivre libre est un combat…

Dans ce roman, nous faisons d’abord connaissance avec deux enfants, ils sont pleins de vie et unis par une amitié et par l’amour. Tous deux vivent heureux et libres, jusqu’à ce qu’Helya se fasse enlever sous les yeux de Sisam.
Chacun d’eux vivent séparé et ne se sont pas vu depuis des années, pourtant l’un comme l’autre vit dans l’ombre d’un amour inachevé.
C’est le courage d’Helya  et son refus de plier le genou qui va leur permettre de se retrouver. Hélas, cela ne sera pas sans conséquence et ces retrouvailles déboucheront sur quelque chose de bien plus grand…

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Helya. Elle est une jeune femme un brin rebelle, courageuse comme dit précédemment et surtout elle est ouverte d’esprit. Elle est également posée et réfléchit ce qui fait d’elle mon personnage préféré dans l’histoire.
Quant à Sisam, j’avoue être plutôt mitigée. C’est un jeune homme droit, tantôt passif, tantôt brave. Mais ce qui m’a le plus dérangé, je crois, c’est son scepticisme qui a causé quelques torts. Ma foi, j’ai également conscience que s’il avait tout accepté facilement l’histoire n’aurait pas été aussi rebondissante.
De plus, j’ai bien l’impression que dans la suite des aventures du Myrihande, Sisam saura me conquérir davantage.

Pour ce qui est des personnages secondaires, je les trouve très bien travaillés. Farf, Oros, Nisis et Oriance sont attachants. De plus, chacun a son propre caractère et est essentiel au déroulement de l’histoire.

Parlons du roman dans sa globalité :
L’histoire que nous livre Guilhem Méric est captivante et j’ai vite pris plaisir à vivre l’aventure de nos protagonistes. L’auteur a su donner un bon rythme d’action à son œuvre, ainsi qu’une dose de questionnement qui nous pousse à vouloir en savoir plus et donc à continuer la lecture. J’émets toutefois un léger bémol. J’ai attendu l’affrontement avec impatience et j’ai quelque peu été déçue dans le sens où j’ai trouvé la scène trop rapide par rapport au reste du roman. Évidemment, ça n’engage que moi et je pense que le prochain tome ne manquera pas d’affrontements comme je l’espérais, ici.

Concernant l’écriture, Guilhem Méric possède un style qui me plaît, soit une plume fluide et prenante. Lorsque j’ai vu le nombre de pages sur la liseuse, j’avoue avoir pris peur, mais finalement le roman se lit vite et bien puisque l’auteur nous plonge dans un univers maîtrisé et dépaysant.

Je vous recommande donc cette lecture.

À savoir: Myrihandes possède sa propre bande son  vous pouvez la retrouver ici.
Je vous invite également à visiter le site Harmonia Prod