Les Vents de l’Existence Wendy Baqué

Autrice : Wendy Baqué | Édition: Auto-Édition | Genre : Littérature générale / Feel Good | Pages : 347| Prix Numérique: 2.99€ Broché: 13.19€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Proche de la trentaine, Joanne, sociologue émérite, est de ces personnes dont on pourrait dire qu’elles ont réussi leur vie. Et pourtant… Tout s’écroule pour la jeune femme le jour où elle apprend brutalement le suicide de Lucas, son parrain. En héritage, il lui laisse l’Ultimo Respiro, la maison qu’il avait achetée et rénovée afin de finir ses jours à La Turballe, en Loire Atlantique. Elle y retourne alors, d’abord pour des raisons administratives, puis se questionne sur les circonstances du décès de son parrain. Ses vieux démons refont surface, l’interrogeant tant sur la mort que sur la vie, et mettent à mal le sens que l’endeuillée avait attribué à son existence. Elle fait la connaissance de Damien Lasareigne qui, avec ses idées artistiques et révoltées, lui fera voir la vie sous d’autres facettes. Ces événements de vie la forceront à affronter ses peurs, ses proches et à faire valoir qui elle est réellement. Alors qu’autour d’elle, tout est question de mort et de finitude, pour elle, tout commence, tout est renouveau.

Je remercie chaleureusement Wendy Baqué pour le service presse ainsi que pour sa confiance.

Dans Les Vents de l’Existence, nous rencontrons Joanne, une jeune enseignante en sociologie. Sa vie est loin d’être trépidante et on le ressent bien. Enlisée dans sa routine, Joanne va recevoir un appel qui va bouleverser sa vie et la pousser à quitter Aix-en-Provence pour la Loire-Atlantique. Et par bouleverser, j’entends tout changer…

Parlons un peu des personnages, je vais commencer par Lucas. Bien qu’il soit décédé, il tient une place importante dans l’histoire. Nous apprenons à le connaître au travers des souvenirs de Joanne. Elle nous le décrit comme un homme formidable. Lucas a pris soin d’elle, il n’a jamais cherché à la changer, au contraire, lui seul la comprenait et l’acceptait comme elle était. La bienveillance et l’ouverture d’esprit de ce protagoniste me l’ont rendu agréable et sympathique.

Joanne… Elle est sans aucun doute mon personnage favori. Cette femme m’a touchée, son histoire m’a émue et je trouve sa personnalité incroyable. La vie n’a pas toujours été tendre avec elle. Souvent, on s’est moqué de son physique, ses parents l’ont délaissée au profit de leurs carrières, mais ils se permettent d’interférer dans sa vie. Martin son ex-conjoint était trop centré sur lui-même pour se préoccuper d’elle. Eric, son frère est un idiot de première qui ne connaît pas sa sœur, ou du moins si peu. Et enfin, cette société et ses jugements qui l’ont persécutée. À aucun moment, Joanne n’est prise en considération, seul Lucas le faisait.

Malgré tout cela, et malgré son histoire, j’ai vu en elle, une femme pétillante, forte au caractère bien trempé. Elle a su rester debout et elle a fait ce qu’il fallait pour reprendre sa vie en main, de la façon qui lui faisait envie. J’ai adoré la voir agir, j’ai adoré la découvrir.

Eric, bien qu’il soit le frère de Joanne, ils sont aux antipodes l’un de l’autre. Si j’ai aimé Joanne, je l’ai détesté, lui. Il a cette façon de dénigrer sa sœur qui m’insupporte. C’est un monsieur « Je-sais tout » qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. Il est un personnage exécrable, pensant avoir la science infuse, mais cet idiot ne connaît rien à la vie. (On ressent bien mon aversion, non ? ^^)

Caroline, elle est la meilleure amie de Joanne et j’avoue que son grain de folie apporte la touche de légèreté à la fiction qui permet de souffler entre deux réflexions.

Et je termine par Damien. Il est un homme discret au physique peu avantageux de ce que j’ai compris, mais il se démarque par sa façon d’être. Il est patient et à l’écoute, il est doux et attentionné. Il a ce petit côté gauche qui le rend craquant et surtout, de mon point de vue, il a une belle ouverture d’esprit. De plus, il fait du bien à Joanne, il lui correspond et rien que pour ça, je tombe sous le charme.

Passons maintenant au roman dans sa globalité.
La fiction de Wendy Baqué traite de plusieurs sujets. On y trouve : la mort et ses tabous, le deuil, la non-considération d’autrui, la société et ses diktats, les jugements, l’amour, la liberté et la vie. Me concernant, je trouve que l’autrice a mêlé le tout avec brio. De plus, elle prend le temps de développer et d’argumenter les dialogues et les points de vue de ses personnages. Le récit est réfléchi et il donne à réfléchir sur les thèmes abordés. J’aime ces romans qui me poussent à m’interroger sur telles ou telles choses, ou encore ceux dans lesquels, je me retrouve. C’est ce que m’a offert « Les Vents de l’existence ». Je vois en ce roman une façon de faire une analyse profonde de moi-même, ainsi qu’un rappel quant au fait que ma vie m’appartient et que j’en suis le seul maître à bord.

J’ai pris un grand plaisir à découvrir la plume riche de l’autrice, elle m’a transportée. Parce que oui, si les sujets sont sérieux, le fond de romance qui se déroule au milieu des falaises et de l’océan m’a fait rêver. La romance n’arrive pas dans la minute, on la voit se tisser avec douceur et légèreté ce qui nous fait tomber en amour pour les protagonistes.

En bref, « Les Vents de l’Existence » est un roman qui ne nous laisse pas indifférents, aussi je tiens à féliciter Wendy Baqué pour cela. Et si les romans qui nous bousculent et qui nous poussent à l’introspection vous tentent, n’hésitez surtout pas à lire celui-ci.

Reviens-moi Tome II Amandine Mataga

Auteure: Amandine Mataga | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 312 | Prix Numérique: 4,99€ Broché: 17,50€| POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Elena avait coutume de dire que j’étais la lumière dans ses ténèbres. Elle n’avait rien compris. C’est ensemble qu’on s’illuminait, se guidant l’un l’autre vers la clarté.

J’ai cru qu’enfin elle me revenait, qu’elle m’appartenait. Je me trompais. Mais rien ni personne ne pourra m’empêcher de la récupérer, car je ne l’abandonnerai plus, je serais là.

Ethan a lutté. Contre elle, contre ses sentiments jamais effacés. Mais comment délier deux âmes résolues à s’aimer ? Aujourd’hui, alors que le cœur d’Elena a sombré dans l’oubli, Ethan est bien décidé à se battre pour la faire sienne à jamais. Sur son chemin se dresseront de nombreux ennemis, des vérités depuis longtemps tues, des trahisons au goût amers, mais le plus dangereux sera les ombres enfouies au fond de lui.

Pourra-t-il renier ce qu’il est ? Sera-t-il capable de faire ce que l’on attend de lui ? Jusqu’où sera-t-il prêt à aller pour elle ? Et ça, sans se perdre au passage.

Êtes-vous prêt pour cet ultime combat ?

 

Tout d’abord, je remercie Amandine Mataga pour le service presse et sa confiance. Ensuite, je vous invite à lire : mon avis sur le premier tome et ma semaine découverte concernant ce deuxième tome.

Dans cette suite, nous retrouvons un Ethan effaré, un Ethan enragé, mais aussi un Ethan anéanti. Et pour cause, le beau aux iris orageux encaisse coup après coup et ses émotions ne cessent de le tourmenter. Entre les souvenirs de notre Rose Noire défaillants et ce soldat qu’il ne supporte pas, sa vie est sens dessus dessous. Rongé par la colère, bouffé par la rage et impuissant face à ce monde dont il ne fait pas partie, Ethan doit apprendre à se canaliser s’il veut  pouvoir retrouver sa belle et lui offrir la vie qu’elle mérite.

Parlons des personnages…

Elena, cette femme est juste incroyable. Elle est une héroïne badass à souhait. Une femme aux multi facettes, mais qui sont toutes réelles et qui font un tout qui l’a font, elle. Reine d’un monde noir où règnent le mal et la souffrance, elle sait se montrer impitoyable quand il le faut et son instinct ne la trompe JAMAIS, peu importe la situation dans laquelle elle se trouve. En parallèle, elle sait être une femme douce, aimante et bienveillante, toujours prête à donner sa vie pour ceux qui lui sont chères. Elena est un oxymore, elle est forte et fragile à la fois. Son personnage est mon favori, elle m’a conquise dès les premières lignes du tome précédent.

Ethan ! Ah Ethan… Je reste mitigée encore une fois. Il a sa part d’ombre et c’est quelque chose que j’ai aimé chez lui. Il pénètre dans un univers qu’il ne connaît pas, ou chaque homme et femme croisés est capable de le tuer à mains nues et en moins de temps qu’il faut pour le dire. Et pourtant, il ne se démonte pas, même s’il est parfois effrayé, il ne recule jamais, surtout lorsque la vie de son amour est en jeu. En ça, je l’ai apprécié, vraiment. (Et encore plus à la fin, mais je ne dirai rien d’autre : p) Et puis, il est parfois à côté de ses pompes et là, j’avoue, je le giflerai bien. Ethan fonctionne aux émotions, il les laisse prendre le pas sur ses actions et bien souvent ça se retourne contre lui. Dans ces moments là, il m’a agacé, mais en même temps c’est ce qui le caractérise et c’est comme ça qu’Elena l’aime alors bon…

Alessio, mon chouchou ! Cet homme est impressionnant, même au travers des mots de l’autrice. J’aime particulièrement son dévouement envers Elena. En effet, il est le bras droit de cette dernière, peu importe le sang qui doit couler sur ses mains, ou s’il met sa vie en danger, seule la protection de sa Reine compte. D’apparence impassible, il est un homme d’action à qui rien n’échappe. Il contrôle tout, notamment ses émotions, pourtant quand Elena se retrouve en péril, sa carapace se fêle parfois et nous permet d’apercevoir l’affection et toute l’estime qu’il porte à la jeune femme. Il est certes un homme dangereux, mais surtout il est loyal.

J’ai beaucoup apprécié la relation d’Ethan et Alessio, il y a tout un monde qui les sépare et pourtant pour Elena, ils coopèrent. Bon, c’est souvent électrique, mais qu’ils deviennent les meilleurs amis n’aurait vraiment pas été cohérent. D’ailleurs, chaque personnage a un rôle précis et justement chacun agit avec cohérence que ce soit les principaux comme les secondaires.

Parlons maintenant du roman dans son ensemble… Et commençons avec le prologue qui d’entrée de jeu annonce la couleur. Une couleur que nous ne pouvons pas accepter, qui nous amène tout de suite au questionnement, du genre : « Quoi ? =o Qu’est-ce que c’est ce délire ? Mais, non, je ne peux pas y croire, pas elle… » Voilà ma réaction à ce prologue. L’autrice pique instantanément notre curiosité et nous pousse à lire la suite sans attendre.

L’intrigue, elle tient en haleine tout du long. Nous nous demandons ce qu’il va advenir d’Elena ? Comment Alessio, Ethan et Sophia (la meilleure amie d’Elena, une nana badass aussi ^^) vont réussir à la sortir de sa situation ? Si le cœur de la Reine des Glaces a réellement sombré dans l’abîme de l’oubli ? Petit à petit, les pièces du puzzle s’assemblent, d’autres questions surviennent et Amandine y répond en temps et en heure avec des révélations et des réactions surprenantes parfois.

La plume de l’autrice, qu’on se le dise, elle est addictive ! Commencer à lire Amandine, c’est ne plus pouvoir s’arrêter et je n’exagère pas. Le vocabulaire simple et varier rend son récit fluide, si bien qu’à aucun moment, je n’ai dû reprendre une phrase ou un passage pour le comprendre. De plus, se mettre dans la peau des personnages est facile, tant Amandine retransmet les leurs émotions avec brio. Tourner (glisser) les pages de ce deuxième tome a été pour moi un plaisir.

 

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré retrouver Elena et les autres et je vous recommande vivement cette duologie où l’autrice mêle action et romance à la perfection.

Tout en nuances, tome 1 : Hyacinthe Erika Boyer

Auteur: Erika Boyer | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 271| Prix Papier: 14,90€ Prix numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Site de l’auteur

Hyacinthe ne supporte pas de voir son reflet dans le miroir. Il vit loin de tout, isolé, reclus ; il se cache du regard des autres et consacre son existence à son art. Il n’entretient même plus l’espoir d’être un jour aimé.
Pourtant, quand Elea entre dans sa vie, il ne peut s’empêcher d’aspirer au bonheur. Ses regards sont des caresses, ses gestes des mots doux et l’artiste en vient à croire qu’il pourrait avoir un avenir différent de celui qu’il s’était toujours imaginé.
Peut-il être homme et non plus abomination à travers les yeux de cette femme ? Mieux, peut-il l’être à travers ses propres yeux ?

Je remercie infiniment Erika Boyer d’avoir accepté ma demande à chroniquer son roman.
Et quel roman ! Le résumé annonçait déjà une belle lecture et je n’ai pas été déçue bien au contraire. J’ai senti le coup de cœur arrivé dès le premier chapitre.

Dans ce roman, nous rencontrons Hyacinthe, un artiste reclus depuis plusieurs années parce qu’il ne veut pas imposer au gens sa « monstruosité » et parce qu’il ne supporte pas le regards des autres à son égard.  Étant un artiste de renom, Hyacinthe croule sous les commandes des joailliers, c’est pourquoi Alexa sa meilleure amie lui trouve une assistante. Bien qu’il ne veuille pas d’aide, il permet à Elea d’entrer dans sa vie en pensant qu’elle prendra peur et s’enfuira sans demander son reste en le voyant . Toutefois, la jeune femme va le surprendre et cela à maintes reprises…

Hyacinthe est un homme qui m’a énormément touché et ému de par son histoire et sa façon d’être. Au premier abord, il donne l’aspect d’un homme qui semble bourru et asocial,  un homme qui ne se laisse approcher par personne ou très peu. Pourtant il est simplement un homme brisé qui n’a pas confiance en lui par rapport à son physique. Plus encore nous découvrons qu’ilest un homme bon et qu’il a un cœur en or.

Quant à Elea, elle est une jeune femme passionnée manquant de confiance en elle. Elea passe plus ou moins à côté de sa vie, jusqu’à ce son amie Alexa  lui propose de devenir l’assistante de l’artiste qu’elle adule tant.  J’ai trouvé la jeune femme touchante et attachante, elle est de celles qui sont douces, sensibles et qui voient avec le cœur.

Parlons du roman dans son tout maintenant, les personnages  sont extrêmement émouvants, si bien que nous nous attachons à eux dès le début.  Ils ont également une grosse particularité, puisque l’auteur s’est inspirée  des divinités gréco-romaines pour les façonner eux et leur histoire à la sienne. D’ailleurs Erika Boyer allie mythes et réalité à la perfection.
La part de Mythologie est bien présente et pourtant je ne l’ai vue que lorsque l’auteur l’a mentionnée à la fin du roman. (Oui, je ne suis pas spécialement porté sur la Mythologie gréco-romaine) Après quelques recherches sur Wiki, j’ai pu faire le rapprochement de telle ou telle chose et j’’ai trouvé ça fascinant, l’auteur m’a bluffé par son travail.

Pour ce qui est de la plume d’Erika Boyer comme pour « Le langage des fleurs », je l’ai trouvé addictive et douce, mais les mots et l’histoire ont un fort impact sur le lecteur. Si les personnages de « Tout en nuances » m’ont touché, la plume de l’auteur m’a parfois émue aux larmes et je suis ressortie de cette lecture chamboulée par ce que deux êtres peuvent faire par amour.

Je n’ai pas trouvé de points négatifs à ce roman, il est un véritable coup de cœur et je vous le recommande vivement.

N’oublie pas que tu m’aimes, tome 2 : Kiss & Love Elisa Avrain

Auteure: Elisa Avrain | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 386 | Prix Papier: 14,76€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Blog de l’auteure

Grande-Bretagne, 2012.

Son histoire d’amour avec lui n’a été qu’un échec. Il avait réussi à la faire souffrir plus qu’elle ne l’aurait imaginé. Et pourtant, il restait encore au d’elle un espoir, un petit espoir pour qu’il soir encore amoureux d’elle…

Voici le deuxième tome de la saga sentimentale N’oublie pas que tu m’aimes, où romance et amitié se mêlent de nouveau autour d’Aly, Dylan et leur entourage, au fin fond des terres britanniques.

Je remercie encore une fois Elisa Avrain pour sa confiance et pour ce service presse. Merci aussi de m’avoir fait découvrir tes personnages et ton univers.

Après le cliffhanger de folie dans le tome précédent, nous découvrons le dénouement dans celui-ci.
Les vacances d’été arrivent et la bande d’amis part ensemble pour deux mois. Si au début l’ambiance est assez tendue, peu à peu elle s’allège. Nos jeunes ont passé de bons moments et l’heure de reprendre les cours sonne rapidement.(Ça arrive toujours trop vite les rentrées scolaires^^) La rentrée ne se passe pas tout à fait comme prévu. Et quelques tensions réapparaissent, toutefois tout reviendra à la normale et la bande sera de nouveau aussi soudée qu’avant.
Pour beaucoup, c’est la dernière année de lycée,  donc exams pour conclure le tout et questionnement sur l’avenir seront de la partie. Et comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, certains événements vont venir perturber cette dernière année scolaire et une fois encore nous verrons que ces jeunes peuvent compter les uns sur les autres…

Concernant les personnages, nous découvrons un peu plus Lily qui est une jeune femme loyale au caractère bien trempé. Lily est une très bonne amie et prend soins des siens surtout d’Aly.
Passons à Candice, je l’ai trouvé assez détaché de la bande, mais j’ai tout de même apprécié son personnage et j’ai hâte de la retrouver. (Vraiment hâte.)
Diego, bien que Dylan soit son meilleur ami, il n’a pas hésité à lui mettre les points sur les I. Et j’ai beaucoup aimé le fait qu’il soit présent pour Aly, d’autant que son soutien a été bénéfique pour la jeune femme.
Là, où j’ai coincé pas mal, c’est encore avec Dylan. Il a souvent bon fond, je ne peux pas le nier, mais son attitude entre Abby et Aly m’a fortement agacé. L’effet girouette m’a agacé. Moi qui le pensais fort de caractère, je me suis rendu compte que non et en plus, il se permet des réactions inappropriées. Au final, la cote de Dylan a beaucoup baissé et j’avoue me méfier de lui.
Je n’oublie pas les autres personnages, qui me paraissent sympathiques et toujours présents en cas de coup dur.
En ce qui concerne Aly et Oliver, mon avis sur eux est toujours le même. Le frère et la sœur sont mes chouchous.

Parlons du roman dans sa globalité, j’ai de nouveau été prise dans les aventures de ces jeunes gens et j’ai dévoré ce tome 2. L’auteure prend toujours son temps dans l’écriture et encore une fois sans langueurs, au contraire, c’est fluide et très prenant.
J’avais trouvé certaines réactions démesurées dans le premier tome, ça n’a pas été le cas dans celui-ci.
En somme, j’ai pris énormément de plaisir à retrouver la bande et il me tarde de pouvoir lire le tome 3. (prévu pour cette année si j’ai bien compris)
Je me pose beaucoup des questions sur le futur de la bande. Notamment comment va évoluer la relation fraternelle d’Aly et Oliver où à propos du futur de Candice, surtout qu’Elisa Avrain nous laisse encore une fois sur une fin mystérieuse… 🙂

Avis: 5/5 Vraiment très bon

Compass, tome 1 : Heaven Soleano Rodrigues

Auteure: Soleano Rodrigues | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 362 | Prix Numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

« Fuir pour dissimuler ses secrets, il n’y avait que ça à faire… »

À 17 ans, Heaven est une adolescente comme les autres, amoureuse et heureuse malgré ce lourd secret qui pèse sur ses épaules. Mais un jour, tout bascule, la forçant à fuir tout ce qui la définit, y compris celui qui fait battre son cœur.
Sept ans plus tard, elle n’est plus la même, et elle se reconstruit jour après jour auprès de Drew, sans jamais y parvenir complètement.

Il est toujours présent, là, quelque part dans ses rêves.

Alors, à l’heure où le jour et la nuit se croisent, son passé et son présent se heurtent violemment lorsque ses yeux rencontrent à nouveau les siens. Le retour de cet homme va raviver de bien vieilles et douloureuses blessures, mettant en péril le fragile équilibre de cette nouvelle vie…
Amour ou désir ? Raison ou folie ? Heaven va devoir faire des choix, qui s’avéreront bien plus compliqués qu’elle ne le pensait.
Rien n’est simple lorsque les sentiments ressurgissent. Encore moins quand ces sentiments menacent de révéler au grand jour des secrets qu’elle s’efforce de garder enfouis depuis tant d’années…

« Un premier amour ne se remplace jamais… »
Honoré de Balzac.

 

Pour commencer, je remercie chaleureusement Soleano pour le service presse et surtout pour sa confiance. Environ 488 jours après avoir dévoré Compass sur Wattpad, j’ai eu le plaisir de l’avoir dans les mains quelques jours avant sa sortie et j’ai adoré retrouver ses personnages.

Dans ce roman, nous rencontrons Heaven, une jeune femme plutôt tranquille (du moment qu’on ne la cherche pas). Elle a une vie rangée et file un bel amour avec Drew, cet homme parfait qui pourtant ne fait pas battre son cœur comme cet autre homme qu’elle a connu dans son passé… Par amour pour Drew, Heaven accepte de loger « Jacks » pour quelque temps, mais qu’on se le dise, elle le fait à contrecœur. Lorsqu’elle rencontre son nouveau colocataire, Heavy n’en revient pas, alors qui est cet homme qui va vivre sous son toit ? Arrivera-t-elle à le supporter ? (Je vous vois venir, là…)

Heaven est une femme torturée par un passif extrêmement lourd, néanmoins cette dernière camoufle tout ça sous un masque et ne laisse rien entrevoir. J’ai trouvé en Heaven, une femme forte et courageuse. Certains penseront peut-être qu’elle a été lâche, mais ce n’est pas mon cas. J’aime son personnage, elle est à la fois posée et rentre dedans. Une femme de caractère. En général dans ce genre de situation, j’ai du mal avec l’indécision du personnage féminin, mais là encore Heaven fait exception. Peut-être parce que dès le départ nous connaissons ses sentiments et qu’un amour inachevé et fort ne s’oublie pas.

Drew est un homme doux et attentionné avec Heaven, il est un homme à l’image de son côté calme. Il la rend plus ou moins heureuse dans cette nouvelle vie qu’elle se construit, mais selon moi, il n’est pas et n’a jamais été l’homme qu’il fallait à notre petite tornade. Aussi parfait soit-il, il ne lui correspond pas et ils sont aux antipodes sur bien des points. En fait avec lui, elle n’est pas totalement elle et elle brime certains de ses côtés.

Quant à Jared, Bordel, Jared ! Ce gars est un sacré phénomène. Il m’a parfois tapé sur les nerfs notamment au début avec son comportement de nana et ses sautes d’humeur. Mais j’avoue aussi que tout en lui m’attire, même ça. C’est contradictoire, j’en ai bien conscience et pourtant c’est bien le cas. Il a mauvais caractère, il monte très vite en pression, un simple mot peut le faire partir en vrille (il est moi au masculin, c’est tout), il a tout du typique BAD BOY, mais derrière cette facette ce cache un homme blessé et un homme qui cache lui aussi quelque chose qui le ronge.

Concernant le roman dans sa globalité, je l’avais dévoré en 2016 sur Wattpad, j’avais été bluffée par l’auteure que je découvrais. Il y a quelques jours, je replongeais dans Compass comme si je ne l’avais jamais lu. J’ai dévoré chaque page même en connaissant les secrets de nos deux torturés. L’écriture de Soleano est fluide et captivante, elle mène l’intrigue de son histoire à la perfection. Elle joue avec les sentiments de ses personnages comme ceux de ses lecteurs pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin où elle nous offre un cliffhanger à hurler de frustration. Si ce premier tome nous livre beaucoup sur Heaven, des questions concernant nos deux protagonistes persistent et nous poussent à en vouloir plus et pour cela, il faudra attendre le tome 2 😉

 

Avis 5/5 Le coup de cœur est toujours présent  ❤

N’oublie pas que tu m’aimes, tome 1 : Love & dream Elisa Avrain

Auteure: Elisa Avrain | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 252 | Prix Papier: 13.50€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Blog de l’auteure

Sheffield, Grande-Bretagne, 2011.

Lorsqu’elle le rencontra, elle ne pensait pas tomber amoureuse de lui. Jamais elle ne s’était imaginé qu’une simple rencontre pouvait tout bouleverser. Et surtout, qu’elle se serait autant attachée à lui…

Mélange de récits d’amitié et d’amour, voici le premier tome de la saga N’oublie pas que tu m’aimes, racontant l’histoire d’Aly et Dylan, deux jeunes gens totalement différents, mais complémentaires…

Tout d’abord, je tiens à remercier Elisa pour sa proposition et pour sa confiance en moi. Merci de m’avoir fait découvrir cette petite bande.

Dans ce roman, nous rencontrons Alisson, jeune lycéenne ainsi que son entourage, amis et famille confondus. Au début de l’histoire, Aly fait un rêve étrange. Ce dernier met en scène un jeune homme qu’elle n’a jamais rencontré. Ce jeune homme, c’est Dylan, un nouvel élève…

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Aly, elle est douce, gentille et bonne élève. C’est une jeune femme appréciée de tous et il est vrai qu’elle est attachante. Aly n’a jamais eu de petit ami, mais a tout de même déjà fait les frais d’une déception amoureuse. Nous aurions pu penser que sa sensibilité l’aurait freinée par rapport à Dylan, mais non. Nous suivons Aly et découvrons ses sentiments pour ce nouvel élève, posément au fil des pages.

J’ai également apprécié le personnage de Dylan (enfin jusqu’à un certain point). Il est un jeune homme agréable, souriant, toujours de bonne humeur et taquin. Il est attentionné avec Aly, et nous comprenons aisément pourquoi elle craque pour lui.

Concernant le roman dans sa globalité, j’ai tout de suite été prise dans cette histoire destiné à un public assez jeune. Nous vivons les premiers sentiments, les premiers flirts et l’amitié. Je pense que l’auteure a bien su faire ressentir les émotions et les sentiments de ses personnages au travers de sa plume fluide douce et tranquille. D’ailleurs, Elisa Avrain prend son temps dans la narration de son histoire et pourtant je n’ai pas ressenti de langueurs dans les chapitres. En revanche, je décèle un bémol dans certaines réactions que j’ai parfois trouvé surdimensionnées, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture.

Je tiens aussi à parler de la relation d’Aly et son frère Oli, j’ai adoré les voir interagir, ils s’entendent vraiment bien, ils sont très protecteurs l’un envers l’autre et ça fait plaisir à lire. Oli va se montrer d’un soutien sans failles pour son aînée, nous prouvons par la même occasion sa maturité pour un jeune homme de 16 ans. Parce qu’en effet, Elisa Avrain nous laisse sur un cliffhanger surprenant. Et je dois bien avouer que je ne pensais pas Aly capable de faire une telle chose… (J’ai profité d’avoir le tome 2 pour me spoiler un peu avant de le lire haha)

Avis 4/5

 

☆INTERVIEW☆ Elena Guimard

Coucou les livrovores 🙂

J’espère que vous allez bien? Aujourd’hui je vous retrouve pour l’interview d’Elena Guimard.  L’auteure de la saga « Les Farkasok »  que j’ai découvert sur Simplement.pro.Je suis vraiment très contente d’avoir pu la lire, j’ai aimé plonger dans son univers et il me tarde de le refaire avec « Le sang de la lignée » (Non, je ne t’ai pas oublié ^^)  et ses romans M/M sous le nom de H. Auriel

I. Entre-nous :
Elena Guimard, parle-nous un peu de toi !
Qui es-tu, quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Waouh ! Tu veux vraiment tout savoir. (En vrai, je suis une grosse curieuse xD) Alors pour faire assez bref, car autrement il faudrait un roman (lol) j’ai atteint la soixantaine, j’habite en Provence, j’aime le soleil, le mistral.

Mariée depuis 43 ans (oui, j’ai une auréole) trois grands fils adorables, quatre chattes, deux chiennes et des pigeons (reste de mon ancienne activité agricole). De plus jeune, j’ai longtemps travaillé dans le bar-restaurant de mes parents, serveuse, cuisinière, etc… Ce qui m’a amené à une certaine philosophie et… à la compréhension de la vie. Ensuite, je suis restée un bon moment femme au foyer, moment où l’on a construit notre première maison (j’adore les magasins de bricolage.) Puis j’ai eu envie de changer de vie et nous avons opté pour une activité agricole (élevage de volailles – terminé depuis quatre ans) et les oliviers pour l’huile d’olive que je vends sur Internet.

Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?
J’adore cuisiner, par contre ne JAMAIS me parler de ménage MDR, heureusement que mes gars donnent un coup de main pour cela 🙂 (Je me sens moins seule^^)

Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?
J’en ai tellement que l’énumération serait trop longue. Mon dernier livre, un MM : Quand les mers s’embrasent de L.A WITT (magnifique)

 

II.L’écriture :
Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Hum ! J’ai lu depuis que j’ai appris, c’est-à-dire très tôt. Écrire : j’en ai toujours eu envie, mais comme j’ai quitté le système scolaire à dix-sept ans pour me marier, j’avais de grosses lacunes en français, de plus écrire sur cahier ne me convenait pas, il a fallu que je me mette à l’ordinateur pour y parvenir. Cinq ans plus tard, j’ai osé mettre en ligne mon premier livre : Le Sang de la lignée (que je suis en train de remanier) j’ai depuis repris toutes les bases de grammaire, d’orthographe, je cafouille encore un peu avec les conjugaisons et la syntaxe, mais j’ai une super team de bêtas et correctrices qui font un travail fabuleux pour traquer ce que je laisse passer.

À quand remonte cette passion ?

Toute ma vie… j’ai eu envie de raconter des histoires et… j’y suis arrivée. 🙂

Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Pour ce qui est des horaires, je n’en ai pas. C’est quand, et comme ça vient, actuellement, je suis un peu au creux de la vague, il faut dire que j’ai pas mal donné cette dernière année avec le tome 3 des Farkasok et les deux MM que j’ai sorti sous le pseudo de H. Auriel.

Si tu écris sous un pseudo, pourquoi et comment l’as-tu choisi ?

Elena n’est pas vraiment un pseudo, c’est le petit nom que ma mère utilisait pour me différencier de ma grand-mère Hélène.

Pour H. Auriel au hasard, sauf le H qui représente mon vrai prénom et Henri le surnom que me donne parfois mes garçons lorsque je ne suis plus du tout féminine dans mes expressions MDR

À travers tes romans, quels messages souhaites-tu délivrer ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

La seule envie que je veuille transmettre est le plaisir de la lecture et j’essaie de véhiculer des valeurs primordiales : la famille, l’amitié, la tolérance.

 

III. L’envers du décor :
Dis-nous d’où te vient l’histoire des Farkasok et où puises-tu ton inspiration?

Les Farkasok viennent de mon enfance, des vacances avec mes cousins dans les Alpes dans la propriété de mes grands-parents qui a servi d’écrin à l’intrigue.

Que préfères-tu dans ton activité d’auteur ? L’avant, le pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ?

J’aime quand j’écris que l’histoire se déroule peu à peu dans ma tête et devant mes yeux comme si j’y étais.

Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après la sortie, appréhendes-tu les retours ou autres choses ?

Impatience, c’est le maître mot qui résume ma vie, rien ne va jamais assez vite pour moi, sauf le temps qui court. MDR. Après la sortie, je suis assez confiante, j’ai tout de même cinq relectrices ( bêtas) assez différentes pour me dire ou ça coince, chacune d’elle à son mot à dire et rendent mes livres meilleurs.

Ensuite, on ne peut pas plaire à tout le monde, faut se faire une raison.

Si tu écris uniquement dans un genre précis, es-tu attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?

J’aime varier les styles, je suis heureuse d’y être parvenue avec mes deux MM.

J’aimerais écrire une SF, cela se fera peut-être un de ces jours.

D’autres projets d’écriture en cours (un tome 4 peut-être ^^) ? Si oui, peux-tu en parler ?

Le tome 4 des Farkasok est en cours d’écriture, même si je n’avance qu’à la vitesse d’un escargot. (Peu importe la vitesse, tu fais de moi une fille heureuse 😉 )

J’ai aussi deux autres projets, mais ils ne sont pas assez avancés pour que j’en parle.

Merci Elena d’avoir pris le temps de répondre à ces questions qui nous permettent d’en apprendre plus sur toi, j’ai adoré te découvrir 😀


A savoir: Vous pouvez retrouver les romans d’Elena sur ICI, et ICI
Je vous invite à lire mes avis sur la saga  « Les Farkasok » (saga que j’ai aimé dévorer ❤ )  Tome 1, Tome 2, Tome 3

Questions mes livrovores, avez-vous lu un des romans de cette auteure ? Qu’en avez vous pensé ?

 

Friend Zone Mickaël Parisi

Auteure: Mickaël Parisi | Auto-édité | Pages : 328| Prix Numérique: 4.99€ Broché: 13.98€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Thomas Grant est un détective privé, n’existant plus légalement aux yeux du monde, et offrant ses services sur le « Dark Web ». En plus d’être intolérant et misogyne, son addiction à l’alcool et aux armes à feu font de lui un être ingérable dans chaque situation impliquant un quelconque rapport social. Sa route va croiser celle d’Opaline, jeune fille Végan, dont le frère s’est retrouvé embrigadé dans une secte intitulée « Les trentenaires ». Persuadé de pouvoir sauver facilement le frère d’Opaline, Grant se lance dans une mission sauvetage sans plan et sans idée. Tout ne se passera évidemment pas comme prévu…

Je remercie Mickaël Parisi  pour ce SP qui m’a permis de retrouver Grant le personnage mythique de Néant.

Dans ce tome nous retrouvons Grant pour une mission qui a eu lieu avant sa rencontre avec Marlon (Marion). Il est contacté par Opaline, qui a besoin de lui pour faire revenir son frère à la raison et comme d’hab rien ne se passe comme prévu.

Dans ce spin-off de Néant, Grant nous prouve qu’il est d’une patience et d’une gentillesse extrême, surtout quand Sylvain, Yilmaz ou Guillermin sont de la partie x) quant à Opaline, aux premiers abords elle parait posée, mais elle devient vite aussi tarée que Grant. L’auteur nous offre un duo de folie avec moult péripéties. J’ai beaucoup aimé leur relation de chien et chat toujours à se provoquer et en même temps ils ont cette espèce de complicité qui les rend complémentaires dans cette aventure.

Concernant le roman dans sa globalité, je l’ai trouvé peut-être moins horrifique que le premier tome, mais ne vous méprenez pas, il l’est quand même. Quant à la plume de l’auteur elle est toujours aussi crue, aussi provocante et parfois même loufoque notamment avec Cannelle ^^ J’ai aimé ça pour le premier tome et j’aime toujours autant pour le deuxième. Alors, c’est évidemment un roman qui ne peu pas plaire à tout le monde, parce que l’humour noir, la violence, la vulgarité ne plaisent pas toujours, mais perso, j’ai été dans mon élément (certains propos m’ont rappelé mon frère et nos délires), je me suis donc tapée quelques barres et je suis ravie d’avoir pu vivre cette mission sauvetage ratée ou pas…

Avis 4/5

 

Les méditations des super-héros Louis Legrand & Bettina Braskó

Auteur: Louis Legrand | Illustratrice: Bettina Braskó| Auto-édité | Genre : Album jeunesse (5 ans et +)| Pages : 60| Prix Numérique: 6.22€ Broché: 12.93 € Audible: 6.88€ | Siteweb de l’auteur: ICI | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Les Méditations des super-héros » est un parcours de méditation à destination des plus jeunes. Celui-ci comprend 16 méditations enchantées sur le thème des super-héros. Il permet aux enfants de comprendre toutes les choses dont ils sont capables dès lors qu’ils portent une attention consciente à eux et au monde.

Avec Pipine, nous remercions Louis Legrand pour ce service presse ainsi que pour sa confiance.

Je cherchais des idées de temps calmes pour Pipine et elle-même me propose parfois de faire de la relaxation, donc même si ce n’est que par période, nous faisons du yoga et, écoutons des vidéos de relaxation sur Youtube, l’heure précédant le couché. C’est un moment mère/fille tranquille et nous adorons ça. C’est donc tout naturellement que j’ai fait une demande de SP pour ce livre.

Plus qu’un livre, c’est un guide qui apaise et détend aussi bien les enfants que les parents. (Du moins ça a été le cas pour moi) Ici, l’auteur, propose plusieurs chapitres, donc plusieurs scripts sous forme de super-pouvoirs et quel enfant ne rêve pas d’en avoir ? Nous retrouvons donc des pouvoirs comme « La connexion » pour sentir et nous connecter avec ce qui nous entoure, « Le contrôle du temps » pour gagner et apprendre la patience ou encore « Le champ de protection magnétique » pour trouver le calme pendant une tempête. Le self-control et savoir reconnaître ce que nous ressentons est important pour un adulte, alors pour un enfant ça l’est encore plus et la méditation aide beaucoup à cela.

Concernant les illustrations, nous tombons une nouvelle fois, sous le charme du coup de crayon de Bettina Braskó, quant aux étapes des scripts, elles sont très bien décrites et simples à comprendre. Néanmoins, Pipine a parfois eu du mal à se concentrer, mais c’est assez nouveau et elle est assez jeune, donc même si elle ne visualise pas toujours les étapes et sort de sa méditation rapidement, elle aime tout de même cela et je me dis que ça viendra au fil du temps et en grandissant (bien que le papa n’arrive pas à se concentrer non plus, maman quant à elle, est plus réceptive ^^)

Suivre les méditations de ce guide a été une belle aventure que nous allons continuer de vivre. Merci à l’auteur et à l’illustratrice pour tous ces moments de partages. Je recommande évidemment Les méditations des super-héros.

P.-s N’hésitez pas à lire l’instruction aux enfants : D

— NAMASTÉ —

Avis: 5/5 Super guide

La femme de l’ombre Maude Perrier

Auteure: Maude Perrier | Auto-édité | Genre : Romance| Pages : 358| Prix Numérique: 2.99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Garce. Traînée. Briseuse de ménage.
Des mots qu’Alysson employait fréquemment pour parler des femmes qui couchent avec un homme marié. Jusqu’à Luc. Il est son patron. Il est marié. Et la jeune femme en est éperdument amoureuse. Pour lui, elle renonce à tous ses principes.
Mais est-elle prête à faire tous les sacrifices ?
Audrey a tout pour être heureuse. Un mari qu’elle aime énormément, un emploi qu’elle adore, une vie où elle ne manque de rien. Ou de presque rien. Chef d’entreprise, Luc passe tellement d’heures à son bureau que son épouse se sent délaissée, invisible. Et leur couple en souffre.
Lorsqu’un nouveau collègue entre dans sa vie, si séduisant et plein d’attentions à son égard, Audrey manque de vaciller. Osera-t-elle céder à la tentation du beau Karim ? Et si à cause de cet homme, tout volait en éclat ?

Une lecture qui ne me laisse pas indifférente.

Je remercie chaleureusement Maude Perrier pour le service presse et une fois de plus je suis sous le charme de sa plume.

Dans ce roman, nous rencontrons Alysson, une jeune femme brillante dans son travail. Alysson, s’est éprise de Luc, son patron et se fait violence chaque jour pour ne pas craquer, il est marié, elle ne peut l’avoir. Nous rencontrons également Audrey, la femme de Luc, elle est maîtresse en maternelle et se voit confronter à la tentation de Karim, ce remplaçant qui charme tout le monde…

Concernant les personnages, je ne sais pas vraiment qui je ne dois pas aimer, mais pourquoi vouloir en détester un après tout ?
D’un côté, il y a Alysson qui bien qu’elle soit amoureuse de Luc, s’en tient à son rang d’employée. Au fil de l’histoire, nous voyons que ses sentiments sont sincères, qu’ils existent vraiment et que ce n’est pas une lubie. Aly subit son amour pour Luc.
De l’autre côté, il y a Audrey, qui se plain de son couple et du fait que Luc travail toujours tard, elle voudrait plus de moments avec son mari et ce sent invisible. Je la comprends, mais par moment elle abuse et tape sur les nerfs.
Et au milieu, il y a Luc, un homme accro à son travail, qui veut faire le bonheur de sa femme et qui essuie reproche sur reproche, il aime sa femme, mais il trouve en Aly se qu’il ne trouve pas chez Audrey et cède à la tentation qu’est Alysson sans qu’elle ait réclamé quoi que ce soit.

Pour ce qui est du roman dans sa globalité, je dois dire que je suis vraiment surprise. En règle générale, je me serais rangée du côté d’Audrey, mais dans ce roman ce n’est pas tout blanc ou tout noir et j’ai vraiment aimé ça. Le sujet que traite Maude Perrier, m’est intolérable et pourtant je n’arrive pas à ne pas aimer les personnages, c’est même tout le contraire je me suis prise d’affection pour chacun, surtout (et c’est là que c’est ouf) pour Alysson.
Comme toujours, la plume de l’auteure me transporte dans une histoire que je vis et ressens pleinement, elle est aussi fluide et addictive que dans les romans que j’ai déjà lus. L’auteure a le don de me captiver de par les thèmes qu’elle aborde et la façon qu’elle a de le faire, ses personnages qui sont toujours bien travaillés et surtout par les émotions qu’elle me transmet à travers ses pages.

Quand je termine ses romans, je ne reste jamais insensible à l’histoire de ses héroïnes.

Si vous ne connaissez pas cette auteure, je vous la recommande vivement.

Avis 5/5 Vraiment très bon