La légende des deux loups Louis Legrand & Bettina Braskó

Auteur: Louis Legrand | Illustratrice: Bettina Braskó| Auto-édité | Genre : Album jeunesse (5 ans et +)| Pages : 34| Prix Numérique: 2.99€ Broché: 13.54 € | Siteweb de l’auteur: ICI | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Prenez un moment pour vous assoir avec le grand-père de Jules, car il prodigue à ce dernier une leçon de vie précieuse sur un conflit intérieur universel : la bataille incessante entre les pensées négatives, nourries de peur, et les pensées positives, nourries d’amour.

Nous remercions Louis Legrand pour cette belle découverte et aussi pour sa confiance.

Je suis une grande amoureuse des loups et des Amérindiens, c’est une culture et des animaux qui me fascinent, alors quand j’ai vu cet album sur Simplement.pro, je n’ai pas hésité une seule seconde et j’en suis ravie.

Avec Pipine, nous avons beaucoup aimé « La légende des deux loups », c’est une belle piqûre de rappel pour nous les adultes, et une belle leçon pour nos minis.
Louis Legrand et Bettina Braskó, adapte une légende amérindienne d’auteur inconnu en histoire pour enfant et je dois dire que c’est réussi.

En effet, Pipine a bien compris l’histoire de fond, même si certains mots lui étaient inconnus, ce qui est bon puisque son vocabulaire s’enrichit au fil de nos lectures ^^
Quant aux illustrations, Pipine les a adorées, elles ont elles aussi étaient comprises et l’ont aidées à comprendre la légende.

En tant que maman, je ne peux que recommander ce genre de lectures, qui apprennent en douceur et qui aident également les parents à inculquer les valeurs qu’ils souhaitent, je trouve que c’est un très bon support et du coup les enfants sont plus réceptifs.
La vie est un combat permanent envers soi et les autres. Ma Pipine a compris que la haine ne mène à rien et elle ne veut pas « nourrir » le loup noir qui n’est pas « gentil du tout ».

Un bel album, une belle adaptation, un coup de cœur pour toutes les deux qui aura sa place dans notre bibliothèque.

Avis Pipine & maman 5/5 || Pipine : J’aime trop !

Publicités

Le sourire d’Ange tome 2 Leslie Feather

Auteure: Leslie Feather | Auto-édité | Genre : Romance| Pages : 195 (epub)| Prix Numérique: 3.99€ Broché: 16.87 € | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Souvenez-vous… Ange et Amy ont décidé de quitter Berlin pour retrouver New York, ville natale des deux amies. Mais que sont-elles devenues ? Alors qu’Amy a vu sa vie prendre un tournant inattendu mais dans laquelle elle s’épanouit, Ange est victime d’un accident. Sa meilleure amie prend alors une décision qui s’apprête à chambouler à nouveau la vie de la jolie blonde. Des questions et des sentiments refont surface, réveillant peu à peu un secret douloureux qu’Ange a gardé caché de tous pendant plusieurs années.

Bordel !!

Tout d’abord, je remercie Leslie Feather pour le service presse de ce deuxième tome ainsi que pour sa confiance.

Dans ce deuxième tome, cinq années sont passées et nous retrouvons Ange, Amy et Damien dans leur nouvelle vie, du moins dans un premier temps, en effet après un accident Ange se retrouve plongée dans le coma et Amy contacte une personne de leur passé, une personne qui a beaucoup compté pour Ange et vise versa…

Pour rappel, j’avais eu beaucoup de mal avec Ange dans le premier tome, elle m’avait fortement agacé, je l’avais trouvé égoïste et puérile, ça m’avait valu un avis mitigé en fin de lecture. (Chronique Le sourire d’Ange tome 1)

Et bien dans ce tome-ci, c’est une nouvelle Ange que nous découvrons, elle est plus posée, plus mature et en commençant ce roman c’est vraiment ce que j’espérais.
J’ai trouvé notre belle blonde grandi par ce qu’elle avait vécu avec les membres du groupe qu’elle adorait, mais aussi par ce qu’elle avait dû affronter en revenant à New York. J’ai beaucoup plus apprécié son personnage, je l’ai trouvé adorable et douce, tel un ange, et mieux encore elle m’a touché.
Amy a toujours un fort caractère, mais elle est aussi plus mature et moins étouffante qu’avant. Elle s’épanouit dans sa vie auprès de Damien et ses deux enfants, quant à sa relation avec Ange, elle est toujours aussi forte : D
Quant à la personne de leur passé qui refait surface, je l’ai trouvé plus sage et lui aussi plus mature. Nous le découvrons plus en profondeur et nous nous rendons compte qu’il est vraiment une belle personne.
Vous l’aurez compris, les personnages se sont bonifiés avec l’âge et c’est plaisant de les retrouver.

Concernant le roman et l’écriture… et bien, je l’ai dévoré, j’ai eu ce que j’espérais par rapport à Ange et ma lecture s’est quasiment faite d’une traite, l’histoire entre Ange et cet autre du passé (non je ne dirai pas qui c’est ^^) est complètement différente de celle qu’ils avaient eue, elle est plus calme, plus posée et réservée, ils se cherchent sans savoir ce qu’ils ressentent vraiment et en même temps ils savent, l’un comme l’autre ce qu’il en est réellement, la peur du rejet les freine, mais quand les sentiments sont là au bout d’un certain temps les questions s’envolent.
Dans cette suite, il n’y a pas que les personnages qui ont mûri, la plume de l’auteur aussi, elle est plus douce ce qui la rend encore plus agréable qu’auparavant et elle s’est révélée addictive aussi.

Je me rends compte que dans ma chronique, la douceur, la maturité et la tranquillité reviennent souvent et c’est exactement comme ça que je ressens ce deuxième tome de Leslie Feather.
Je suis vraiment contente de ne pas m’être laissée décourager par mon ressenti concernant le premier tome, je serais passé à côté d’une belle suite…

Avis 5/5 Vraiment très bon

La quête de Lya Tristan Valure

Auteur : Tristan Valure | Auto-édité | Genre : Fantasy, Fantastique, Young Adult | Pages : 300 | Prix Numérique: 2.99€ Broché: 9.90 € | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Fougueuse et insouciante, Lya ne peut se résoudre à se laisser bercer par la douce vie de Salinar. Après avoir découvert la trace d’une communauté disparue appelée « les Voyageurs », elle n’aura de cesse d’en savoir davantage sur l’histoire de son peuple : « le peuple des étoiles ».
Sa quête la mènera, au gré des rencontres et de ses voyages à travers les provinces, à découvrir des aspects insoupçonnés du monde qui l’entoure.
Partie dévoiler un fragment de son histoire, elle pourrait bien élucider l’un des plus grands mystères que son peuple ait jamais connus.

Je remercie chaleureusement Tristan Valure de m’avoir permis cette superbe aventure aux côtés de Lya via le site Simplement.pro

Je ne m’attendais pas à cela et cette fin… j’ai envie de pleurer de frustration, mais pas que !

Dans ce roman, nous rencontrons Lya, une jeune varlane qui a soif de connaissance. Elle souhaite en savoir plus sur les Avens, ces voyageurs qui ont quitté Salinar pour retourner vivre dans leur habitat d’origine, Lya veut en apprendre davantage sur ses origines les plus lointaines. Pour se faire, elle doit se rendre sur Gyt, l’île des taurusques où elle rencontre Tchak et Lenan, qui l’aideront dans sa quête ou pas…

Lya est une jeune elfe que j’ai apprécié. Sa soif de connaissance, ses recherches sa fougue et sa vivacité, je les comprends, elle est passionnée et bienveillante parfois insouciante et naïve, mais j’ai aimé sa personne (peut-être parce qu’elle me rappelle ma propre personne quand quelque chose m’intéresse ^^)
Lenan… Dès le début, je n’ai pas accroché avec lui, je l’ai senti calculateur derrière son « humour » et il représente bien les humains dans ce roman.
Quant à Tchak, j’ai eu un énorme coup de cœur pour son personnage. Ce taurusque est vrai, loyal, il est gentil et peut se montrer impitoyable quand il le faut, et surtout il est toujours présent pour Lya sans que se soit par intérêt. J’ai beaucoup aimé la relation de Lya et Tchak, chacun veille l’un sur l’autre. La varlane est aussi loyale et soucieuse envers le taurusque qu’il l’est envers elle. Leur amitié est vraiment belle et apporte au roman une touche de douceur dans toutes ces aventures.

Concernant le roman et l’écriture, j’ai eu un coup de cœur pour cette histoire et j’en suis agréablement surprise, je ne m’attendais pas a aimé autant.
Je m’explique, en règle générale pour la fantasy et le fantastique, j’ai une préférence pour les plumes féminines, alors MERCI à l’auteur de me démontrer que je peux également aimer et avoir des coups de cœur pour la plume des hommes^^
Ce roman est fait d’aventures, de rebondissements et de questionnement, impossible de s’ennuyait dans la quête de Lya , les pages se tournent seules et la fin du roman arrive vite, trop vite! (Oui j’en voulais encore 🙂 )
Avec ce premier tome, l’auteur pose la base de l’histoire et nous offre un décor travaillé en plus de l’histoire et des personnages, quant à sa plume elle est fluide, créative, addictive et pleine de suspens surtout à la fin, c’est donc avec un beau cliffhanger que Tristan Valure achève son roman et me laisse au bord de la syncope…

J’ai vraiment hâte de découvrir la suite parce que là… Mon petit (lol) Tchak   😮 😥
Non je ne me fiche pas du sors de Lya, mais Tchak quoi…

Avis 5/5 coup de coeur

Galénor, tome1 : Le livre des portes Audrey Verreault

Auteure : Audrey Verreault | Genre : Fantasy, Young Adult | Pages : 358 | Prix Numérique: 2.99€ Broché: 11.04€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Et si vous étiez liés à quelqu’un… quelque part…
Dans un monde où cohabitent humains, elfes et inferniths – des êtres hybrides mi-humains, mi-démons comme des muses, des vampires, des chimères… la guerre fait rage. Mené par un mage noir nommé Kendrick, un groupe d’inferniths terrorise Galénor depuis des décennies – meurtres, maisons incendiées et disparitions s’enchaînent… JudyAnn, une jeune paysanne, voit sa vie changée à jamais lorsque le célèbre Edgar Grimm Mérindol lui apprend qu’elle est une géminie, sorte de magicienne qu’elle croyait pourtant disparue… Elle partira pour la grande cité de Godwynn où elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs avec Vincent, un professeur et un vampire pas comme les autres…
Amitié, amour, trahisons, surprises et dangers mortels l’attendent, dans un monde où il est parfois difficile de différencier le vrai du faux et où de vieilles craintes et superstitions se sont installées…

 

Et bien quelle aventure…

Je remercie chaleureusement Audrey Verreault de m’avoir permis d’entrer dans l’univers de Galénor et de vivre l’aventure de JudyAnn.

Dans ce roman nous découvrons JudyAnn, une jeune fille de 18 ans à l’existence plus ou moins banale, du moins jusqu’à la veille de ses 19 ans où elle rencontre Mérindol, un grand magicien vieux de presque neuf-cents ans. Ce dernier lui apprend qu’elle est une sorcière et pas n’importe laquelle, une géminie, ils ne sont plus que quatre et une prophétie dit qu’ils apporteront la paix dans leur monde… JudyAnn reste perplexe face à ces révélations, mais se rendra vite compte qu’elle est en effet une géminie, mais pas que… Je n’en dis pas plus.

Parlons des personnages, JudyAnn est une jeune fille qui a soif de savoir, elle s’interroge, s’informe, elle est aussi une personne qui n’a pas vraiment confiance en elle et elle est peut-être un peu perdue avec tout ce qui lui arrive. Elle a souvent eu des préjugés concernant les inferniths, mais ceux-ci s’évaporeront peu à peu… Qu’on se le dise, elle est l’héroïne de ce roman et j’ai pris grand plaisir à la suivre dans ses aventures.
Vincent, l’assistant de Mérindol, je reste un brin déçu de lui, je l’ai adoré dès le départ, je l’apprécie et je le trouve adorable même, mais certains de ses choix m’ont hérissés les poils, du coup je suis mitigée par rapport à lui.
Les autres personnages bien qu’importants dans l’histoire ne m’ont pas semblés aussi présent et développé que JudyAnn et Vincent. Cela dit, Calchas se révèle plein de surprises, Mérindol quant à lui fait toujours preuve de sagesse et JudyAnn peut toujours compter sur lui. Quant aux trois autres géminis, Daphnée est plus enthousiaste, plus réceptive et semble être dans son élément, Tom est celui qui à toujours le nez fourrer dans un livre en quête de savoir quant à Kyle, il semble prendre l’histoire à la légère, du moins je l’ai ressenti comme ça ^^

Concernant, l’écriture de l’auteur et le roman en général, j’ai aimé me perdre dans les lignes de cette histoire, la plume d’Audrey Verreault est simple, agréable et créative. Les descriptions faites sont facilement imaginables si bien qu’on se plonge rapidement dans Galénor. Ce premier tome pose l’histoire, il explique les choses en répondant aux questions des géminis et les nôtres, l’intrigue et les rebondissements se mêlent à tout cela et fait que le lecteur ne s’ennuie pas.
À peine, les personnages ont réglé une première mission que déjà, ils repartent pour de nouvelles aventures. Si j’avais un petit reproche à faire, ça serait concernant l’action se déroulant sur les plaines de Vigrid, je l’ai trouvée trop rapide, j’aurais apprécié un peu plus de détail. Ma foi, ça ne m’a pas empêché d’apprécier le dénouement : D

Je recommande ce roman et j’ai hâte de découvrir la suite, je me demande ce que l’auteure mijote à nos quatre sorciers…

Avis 4/5 Très bon

 

La nébuleuse d’Héra, tome 1: La toile du destin Lydie A. Wallon

Site de l’auteure: ICI | Auteure : Lydie A. Wallon | Genre : Science-fiction (space opera)| Pages : 466 | Prix Numérique: 4.99€ Broché: 16€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

En 3602, la Terre n’est plus qu’une planète à l’abandon. Trois races distinctes, issues des humains, ont colonisé de nouveaux systèmes.
Kendalh, une scientifique « homogène » — l’espèce dite supérieure — rejoint sa planète après une mission de plus d’un an. Sa vie extrêmement réglée prend un virage inattendu lorsque son vaisseau s’écrase sur un territoire hostile, envahi de créatures monstrueuses.
Quel choix lui reste-t-il quand celui qui lui sauve la vie est un de ces détestables humains, et qu’il tire des pouvoirs étranges de cristaux que tous pensaient disparus ?

 

Une fin comme je les aime !

Je remercie Lydie A. Wallon d’avoir accepté ma demande de service presse et donc permis de plonger dans son univers. Je découvre, par ailleurs, ce qu’est le space opera, du coup, ça en fait un peu plus dans ma petite tête et ce n’est pas négligeable. lool

Il est difficile de vous faire mon propre résumé sans trop en dire alors je change légèrement mon schéma de chronique pour ce roman.

Dans ce premier tome, nous rencontrons plusieurs personnages, notamment Magnus, Cassandre, Riah, Rajan, Kendalh, Mé-Boh, Amir, Grant et d’autres encore, je vous vois déjà prendre peur avec tous ces prénoms, mais je vous rassure, vous ne vous perdrez pas.
En effet, l’auteure pose au départ quatre histoires qui vont nous amener à la découverte d’autres personnages et de vivre d’autres aventures pour ensuite toutes se rejoindre, tout est lié et je vois le fil conducteur de l’histoire comme un arbre généalogique ^^

Concernant les personnages, j’ai eu un coup de cœur pour Mé-Boh, Abigail, Kendalh et Rajan.
Mé-boh, même si au final n’est pas énormément présent, je le trouve adorable et attachant.
Je vois Abigail comme une warrior et elle fait preuve de loyauté, elle est donc une amie précieuse.
Kendalh est une warrior à sa façon, elle ne se laisse pas faire et a du répondant.
Quant à Rajan… ce taciturne m’a conquise. (Bien qu’au départ je me l’étais imaginé un poil plus… « agressif »).
Les personnages secondaires comme principaux sont tous différents et ont leur importance dans l’histoire. Ils ont chacun un rôle à jouer.
Dernier point sur les personnages, j’ai beaucoup aimé que dans cet univers où le racialisme est mis en avant, certains remettent tout en questions et passe au-dessus des différences.

Parlons du roman dans sa globalité et de l’écriture, j’avoue avoir trouvé la mise en place un peu longue, mais une fois que l’action commence, elle ne s’arrête plus, ce roman est rempli de rebondissements et l’intrigue nous tient en haleine tout du long, d’ailleurs je ne m’attendais pas à un tel dénouement. Quant à l’écriture, elle est fluide, agréable et créative, l’auteure sait où elle nous mène et son décor est incroyable. Parce que OUI, en plus d’une histoire travaillée nous avons un vrai décor qui varie d’une planète à une autre et j’ai vraiment aimé imaginer tout cela.

Je recommande vivement ce roman et j’ai hâte de découvrir la suite 🙂

Avis 4/5

Les Farkasok, tome 3 : Sacrifices Elena Guimard

La meute de la Lune rouge se concerte en vue de déterminer l’évolution de leur futur domaine.
Mais quelques-uns de leurs frères de meute sont perturbés, à commencer par Hugo.
Mady l’acceptera-t-elle ?
De leur côté, Lucille et Adam filent le parfait amour jusqu’à l’arrivée de l’ex d’Adam…
Quant à Tim et Bart, leur relation exclusive menace d’exploser pour une raison que ni l’un ni l’autre n’avaient envisagée.
Beaucoup de sacrifices sont demandés aux membres de la meute de la Lune rouge.
L’union de certains est assez perturbée.
Entre excitation et regrets, les cœurs fluctuent.
Le domaine de la Hongrie les accueillera pour le Solstice d’été, où l’impossible sera tenté pour donner un véritable Alpha à cette meute qui nous tient tant à cœur.

 

Je remercie une nouvelle fois Elena Guimard d’avoir accepté ma demande pour ce service presse.

C’est avec plaisir et impatience que j’ai retrouvé la meute de la Lune Rouge et celle de la Bastide aux loups. Autant vous dire que les 515 pages affichées sur ma Kobo n’ont pas fait long feu. : )

Nous retrouvons donc Morgan et Manon, toujours en quête d’un remède pour Morgan, cet Alpha hors pair, bien qu’il en doute.
Pour Hugo et Amandine, trouver son âme sœur n’est pas toujours chose aisée et nous le comprenons avec ces deux là.
Ross et Damien, vivent le parfait amour et se révèlent être de bons protecteurs pour la meute.
Bart, Tim et Rachel, vivent un calvaire sentimental, mais peuvent compter sur les membres de la meute et de celle de la Bastide.
Arrive un petit nouveau en fin de roman qui me plait bien, Cynthia n’a qu’à bien se tenir… ou peut-être est-ce lui qui a intérêt à bien s’accrocher ?

Dans ce dernier tome, comme pour le deuxième nous suivons plusieurs personnages à savoir les membres du cœur de la meute. Nous les suivons dans leurs aventures, en sachant que certaines se déroulent simultanément, néanmoins à aucun moment nous perdons le fil, l’auteure indique tout correctement, elle alterne également ces aventures par chapitre et je trouve ça exaltant en fait, l’intrigue se fait tout au long sans jamais qu’on ne se lasse. J’ai également adoré retrouver cette loyauté et cet amour qui règne au sein de la meute. L’ambiance familiale est chaleureuse et réconfortante, on se retrouve tout de suite englobé dans une bulle avec nos loups.

Ce livre, regorge d’informations concernant, les débuts de la meute de la Bastide aux loups sous le « règne » de Joseph, le père et Alpha de Morgan, Hugo et Gabriel. J’ai vraiment aimé en apprendre plus sur lui et Garm, l’Edgir de la meute de la Bastide aux loups. Leur passé les rend plus sages et je suis ravie pour Garm, ce loup a bien assez souffert comme ça, il mérite ce qui lui est tombé dessus. Nous en apprenant également beaucoup sur Tim et Bart qui n’ont pas toujours connu des jours heureux, mais qui restent tout de même de bons vivants, sauf quand l’un d’eux va mal. C’est un tome plein de révélations que nous prenons plaisir à découvrir.
J’ai de nouveau eu plaisir de retrouver quelques membres la meute des De Chânais (de Ysaline Fearfol, si vous ne connaissez pas, foncez !!), je pense que Soraya ne pouvait pas mieux tomber, de plus même si sa famille lui manque quelque peu, elle semble épanouie et heureuse auprès de son loup.

Concernant la plume de l’auteur, comment dire… j’ai lu 60 % du livre en un aprèm et une nuit donc, je pense qu’on peut dire qu’elle est addictive au possible. Comme je le disais, on ne s’ennuie pas, on ne se perd pas dans toutes ces informations et ce n’est pas « trop » non plus. Elena Guimard est une de mes auteures favorites en terme de Bit-Lit, j’ai su dès le premier tome que je pourrais poursuivre la trilogie les yeux fermés (même si c’est mission impossible de lire les yeux fermés lool)

Je recommande donc l’auteure et la trilogie à 200 % et j’attends le tome 4 avec impatience ❤

Avis 5/5 Coup de cœur

☆INTERVIEW☆ Maude Perrier

Hello mes Livrovores ❤

Aujourd’hui je vous retrouve pour l’interview d’une auteure dont j’ai découvert l’univers, l’année dernière. Une auteure avec laquelle je n’ai pas besoin de lire les résumé de ses romans pour savoir que sa plume va me toucher. Il s’agit de Maude Perrier (mon deuxième service presse <3).  Je vous laisse découvrir ses réponses et retrouver quelques infos en bas de page 😉
Je vous souhaite également une belle journée ❤

I.Entre Nous:

Maude Perrier, parle-nous un peu de toi !
Qui es-tu, quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?
Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?
Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

Parler de moi….wow ce n’est pas ce que je préfère mais allons-y.

Qui je suis ? Une femme qui peine à croire que cette année elle aura 40 ans , et la maman d’un petit garçon de 6 ans qui s’est donnée comme mission de lui prouver que les rêves peuvent devenir réalité, qu’il faut s’y accrocher, y croire, et tout faire pour.

Mon premier métier ? Assistante juridique dans un cabinet d’expertise-comptable… Un métier qui ne me ressemble pas vraiment.

Mon parcours s’est fait sans accroc : fac, premier travail dans un cabinet d’avocats, deuxième boulot… là où je suis (depuis 10 ans… mon dieu que ça passe !) La vie est un peu un long fleuve…. boring lol heureusement qu’il y avait ces rêves et que certains sont devenus réalité !!

Je suis née et je vis en Ile de France, j’ai simplement quitté les buildings de La Défense pour m’approcher des grandes oreilles de Mickey.

J’adore écrire évidemment, lire et les voyages. J’ai depuis 12 ans une passion inexplicable pour les Etats-Unis, ce pays m’a toujours fascinée. Etre avec mon fils aussi, l’encourager et le faire marrer. Enfin, le développement personnel. J’ai découvert ça en 2014, et je peux te dire que ça a changé beaucoup de choses.

Mes auteurs préférés ? Jane Austen et Richard North Patterson (certains de ses romans m’ont littéralement captivée)

Le dernier livre acheté et que je suis en train de lire est Le carnaval des illusions de Jo Rouxinol, un gros coup de cœur.
 
II.L’écriture :

Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?
L’écriture est mon meilleur moyen de communication. Je ne me sens jamais aussi à l’aise que devant une feuille blanche, un stylo à la main (ou une page de Word 😊 ). Elle est aussi libératrice et me permet d’être en accord avec mon moi profond. Je ne suis pas née pour parler, chanter ou danser, je suis née pour écrire. C’est une certitude que j’ai en moi depuis toujours.
Outre que j’en avais quasi physiquement besoin, ce sont les gens, la vie, la télé, la lecture…qui m’ont inspirée. Un jour, j’ai eu envie d’inventer des histoires moi aussi, de créer mes propres personnages et de jouer avec eux.

À quand remonte cette passion ?
Oh la la… à très jeune.
Avant j’écrivais des petites nouvelles. Vers 16 ans, j’ai écrit mon premier roman devenu Une rencontre inattendue.

Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?
J’écris quand je le peux. Beaucoup dans le train car j’y passe 3 heures par jour, le soir aussi, parfois au bureau…Il m’arrive aussi de rêver de mes histoires, de voir mes personnages et de trouver une nouvelle scène ; au réveil, hop, je pianote sur mon tel.

Si tu écris sous un pseudo, pourquoi et comment l’as-tu choisi ?
J’écris sous un pseudo oui. D’abord parce que je voulais pouvoir être tranquille, ne pas avoir à me justifier, ne pas être découragée par ceux qui me diraient « mais t’es folle ». Ensuite parce que je suis en partie d’origine nord-africaine et que je redoutais que ce soit un frein à beaucoup de choses. C’est triste à dire mais la réalité est ce qu’elle est.
C’est une collègue à mon travail qui m’a trouvé le pseudo Maude Perrier.

À travers tes romans, quels messages souhaites-tu délivrer ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?
Mon premier message est qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences. Une femme pas sympa peut cacher quelque chose qui vous fendrait le cœur, un couple d’apparence heureux peut dissimuler des horreurs… je n’aime pas les jugements hâtifs sur les gens.

J’aimerais aussi transporter mes lecteurs et leur faire éprouver tout un tas de sensations. Qu’ils aient l’impression, le temps de mon roman, d’être ailleurs, loin de leur quotidien.

Je confesse que j’aimerais aussi aider, inspirer, et donner du courage à celles dont mes héroïnes se font les portes paroles. Les victimes d’inceste, les femmes battues, les femmes victimes de préjugés, celles qui ont fait de la prison… etc

C’est dit sans aucune prétention.  J’écris aussi pour ça, ce qui ne signifie pas que j’y arrive 😊
 
III.L’envers du décor:

Même si j’ai vraiment aimé ton roman « La fin de l’hiver », je préfère porter ma question sur  « Une raison d’espérer » qui m’a énormément remué alors, comment t’es venue cette histoire?
L’histoire est partie très bizarrement, et de manière qui je pense, va surprendre.
Deux choses : Linda Lemay et Face Off
Linda Lemay écrit des textes superbes. Elle en a écrit un « j’ai battu ma fille » que j’ai beaucoup écouté et qui m’a donné envie.  Au départ je pensais écrire sur une mère qui maltraitait ses enfants. Et puis l’idée de la femme qui se faisait battre s’est imposée à moi comme une évidence.
Face Off, c’est une émission de maquillage pour le cinéma, genre télé réalité (mais pas de coucheries)
Bref, il y avait ce candidat, avec son bandana, ses tatouages et son super sourire…j’ai craqué pour lui. Je te le donne dans le mille : il s’appelait Tate.
J’ai tout de suite voulu écrire une histoire dont il serait le gentil. D’ailleurs mon Tate lui ressemble physiquement et tu vois, je n’ai même pas changé son prénom. Un vrai coup de cœur je te dis.
Donc me voilà avec le désir d’écrire sur une femme battue et de faire un personnage qui se prénommerait Tate. Et puisque je n’avais pas encore emmené les lecteurs en Australie et que c’est un pays où je suis allée une fois et qui m’a beaucoup plu, j’ai décidé que Tate serait de là-bas.
C’est comme ça que l’intrigue et le décor d’Une raison d’espérer sont nés. Il ne me restait plus qu’à travailler et oser repousser pas mal de mes limites.

Que préfères-tu dans ton activité d’auteur ? L’avant, le pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ?
J’adore faire des recherches et m’imprégner de l’histoire. Comme je visualise beaucoup mes personnages, plus j’en sais sur où ils sont, ce qu’ils sont et ce qu’ils font, plus c’est facile pour moi.
Néanmoins mon moment préféré reste l’écriture. Parce que je disparais et eux montent sur scène. Pour moi, c’est magique.

Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après la sortie, appréhendes-tu les retours ou autres choses ?
Pour mes premiers romans, je n’avais ni crainte ni appréhension particulière. J’étais même la première surprise de voir une vente ou une critique pour tout te dire.
Ensuite, les critiques un peu négatives (ou totalement négatives) m’ont heurtée mais surtout quand elles faisaient allusion à des fautes ou des coquilles : ça, ça me fâche. Entendons-nous bien : je ne suis pas fâchée des critiques, je suis en colère contre moi. Je n’ai pas le droit de proposer des textes avec des fautes ou des mots qui manquent etc  Je n’en ai pas envie ! Mais voilà, même en relisant, même en faisant relire, il en reste encore… ça, c’est un truc qui me gonfle ☹

Pour ce qui est des critiques sur le fond, elles ne me gênent pas. Pour tout dire, j’ai repris l’écriture au moment où je plongeais tête baissée dans le développement personnel et cela m’a beaucoup servi. Les gens ont le droit de ne pas aimer un roman. Cela ne veut pas dire qu’ils ne m’aiment pas moi. Après tout, il y a des romans que je n’apprécie pas moi aussi ! Chacun a le droit d’avoir son avis et de l’exprimer.
Les critiques constructives sont bonnes à prendre ; celles qui ne le sont pas… aussi. Elles apprennent à encaisser, à garder les pieds sur terre. Si les gens critiques, c’est qu’ils ont ressenti le besoin de le faire.

Je n’appréhende pas trop ça. En revanche, j’ai peur de décevoir. De ne pas être à la hauteur des attentes. Plus j’écris et plus je mets la barre haut. Je me lance des défis, prends des risques. Alors quand le livre sort, je me demande si ceux qui ont aimé mes autres livres seront heureux ou bien déçus.

Je crains la déception en fait, mais je me dis aussi que j’ai tenté quelque chose, que j’ai essayé de faire différent, de sortir ma zone de confort alors, même si je tombe, et bien je me relèverai 😉

Si tu écris uniquement dans un genre précis, es-tu attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?
Oui j’écris dans un genre précis que j’ai du mal à situer. En anglais ce serait contemporary romance with woman issues mais en français… ?

Il y a une chose que j’aimerais faire :  écrire des histoires à quatre mains avec mon fils avec des thèmes liés au développement personnel à destination des enfants (type ne pas renoncer, croire en soi, estime de soi etc)

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, peux-tu en parler ?
Je termine La femme de l’ombre qui devrait sortir en novembre. C’est un défi, surtout après Une raison d’espérer qui a marqué quelques esprits. Le sujet en est l’infidélité ; il se présentera sous la forme de deux points de vue (une première pour moi)

J’ai également commencé à travailler sur celui que j’écrirai après. Comme j’en ai parlé sur mon site je peux te le dire ici : il sera en deux tomes, il traitera en partie de la condition des femmes SDF et nous partirons à Los Angeles.

Merci Maude d’avoir pris le temps de répondre à ces questions qui nous permettent d’en apprendre plus sur toi, j’adore en apprendre plus sur les auteurs 😀

 


A savoir: Vous pouvez retrouver les romans de Maude Perrier sur Amazon, dont son dernier roman La femme de l’ombre qui vient tout juste de sortir. (Il me tarde de le découvrir)
Vous pouvez retrouver mes avis sur : La fin de l’hiver ICI et Une raison d’espérer ICI

Questions mes livrovores, avez-vous lu un des romans de cette auteure ? Qu’en avez vous pensé ?

☆INTERVIEW☆ Frédérique Arnould

Hello mes livrovores ❤

Aujourd’hui, je vous retrouve pour l’interview de Frédérique Arnould, une auteure que j’ai adoré découvrir grâce au site Simplement. Elle est l’auteure des romans « Pour une meilleure vie » tome 1 et tome 2   Un univers dystopique très appréciable et que je vous recommande vivement 🙂

Je vous laisse donc découvrir ses réponses en vous souhaitant une excellente semaine ❤

I. Entre Nous:

Frédérique Arnould, parle-nous un peu de toi !
Qui es-tu, quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?
Bonjour, alors me décrire en quelques lignes. Exercice difficile puisque je n’aime pas particulièrement parler de moi. Disons que je suis une personne comme tout le monde, quoi que un peu timide et en retrait par rapport aux autres, avec deux enfants, un mari et un métier prenant, celui d’assistante maternelle agréée. Je vis dans un petit village de Meuse, à côté du pays de la madeleine. (Aaah pas très loin de chez moi alors^^)

Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?
Une auteure ne serait pas complète si la lecture ne faisait pas partie de ces passions, je dévore donc beaucoup de livre et en ce moment pas mal de romance.

J’adore le jardinage, je passe tout le printemps et l’été à faire pousser et chouchouter des légumes. Récemment, j’ai découvert le tricot et du coup je remplie l’armoire de mes enfants en bonnet et snoods.

Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?
Mon auteur favori, je n’en ai pas vraiment, mais j’aime beaucoup JK Rolling. Mon dernier achat : c’est un moment des éditions Elixyria Un petit truc en plus de Tasha Lann

II. L’écriture :

Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?
La lecture m’a donnée envie d’écrire. La frontière est mince entre ces deux passions et on glisse vite de l’une à l’autre. C’est ce qui s’est passé pour moi.

À quand remonte cette passion ?
Cela fait 9 ans que j’écris. Une grossesse difficile m’a poussée à lire beaucoup et à force, j’ai eu envie de créer mon propre monde ainsi est née Oglasia, deux tome de 400 pages que je n’ai encore jamais proposé à la publication.

Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?
Non pas du tout, je n’ai aucune routine. J’écris quand j’ai le temps, quand je peux et peu importante l’endroit du moment que l’inspiration et là.

Si tu écris sous un pseudo, pourquoi et comment l’as-tu choisi ?
Pas de pseudo pour moi. A vrai dire je ne pensais jamais être publié donc, je n’ai pas songé à en choisir un.

À travers tes romans, quels messages souhaites-tu délivrer ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?
Je n’ai pas de réel message à faire passer. Je souhaite avant tout transporter le lecteur, le faire rire pleurer, rêver. C’est le but de tout bon auteur, enfin je crois.

III. L’envers du décor :

Comment t’es venue l’histoire de tes romans « Pour une meilleure vie » ? Où trouves-tu ton inspiration?
Alors l’idée m’est venue pour un appel à texte de dystopie chez PKJ. Et bien sûr, je n’étonne personne en vous disant que c’est après avoir lu Hunger Games que l’idée est née dans mon esprit. Avant cela, j’ignorais totalement ce qu’était la dystopie. (Lool, ça ne m’étonne pas, en effet.)

Que préfères-tu dans ton activité d’auteur ? L’avant, le pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ?
Écrire, j’adore ce moment, laisser les mots glisser sur le papier pour donner vie à mes idées les plus farfelues. Mais aussi l’après quand certains lecteurs me donnent leur retour. Et je déteste plus que tout les corrections, c’est long, fastidieux, mais malheureusement plus que nécessaire.

Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après la sortie, appréhendes-tu les retours ou autres choses ?
Je suis ravie quand un roman va sortir et en même temps terrifiée par les retours qu’on va m’en faire. J’ai peu confiance en ma plume malheureusement.

Si tu écris uniquement dans un genre précis, es-tu attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?
Je n’ai pas de genre précis, même si l’imaginaire est avant tout mon univers, j’aime me lancer des défis et essayer autres chose. J’ai donc publié de la romance, des livres pour enfants.

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, peux-tu en parler ?
Oui bien sûr un auteur sans projet n’est pas complet. En ce moment, je publie un roman de chik lit sur watpad : https://www.wattpad.com/story/123967742-maladresse-et-petits-tracas
Je vous laisse le résumé : Après une énième rupture douloureuse, Alexandra fait une croix sur les hommes. Elle se consacre à son travail et ses amis. Mais sa maladresse va la conduire vers des situations cocasses qui mettront à mal sa nouvelle résolution et bouleverseront sa vie.

Je dois rééditer ma trilogie « Des amours maudites » et terminer deux autres projets l’un en fantasy et l’autre en fantastique. C’est pour dire que j’ai du boulot.

Merci Frédérique d’avoir pris le temps de répondre à ces questions qui nous permettent d’en apprendre plus sur toi, j’adore en apprendre plus sur les auteurs 😀


A savoir: Vous pouvez retrouver les romans de Frédérique Arnould sur Amazon 

Questions mes livrovores, avez-vous lu un des romans de cette auteure ? Qu’en avez vous pensé ?

Les Farkasok, tome 2 : Lune rouge Elena Guimard

Bit-Lit, Fantastique, Loups. Auto-édition. Prix sur Amazon: numérique: 7.98€, broché: 16.49€ (Cliquez sur l’image)

Hugo est intrigué par le comportement de son cousin Jordan. En effet, celui-ci se glisse subrepticement dans la vieille ville de Manosque pour un rendez-vous mystérieux environ tous les deux jours.
Mais avec le retour de Morgan et Manon avec une partie de leur petit clan il revient vers la bastide, ils lui ont tant manqué qu’il rêve de Manon…

Quel plaisir de retrouver la meute des Farkasok !

Je remercie chaleureusement Elena Guimard d’avoir accepté ma demande pour le service presse de son deuxième tome. ❤ ❤

Contrairement au premier tome qui nous livrait exclusivement l’histoire de Manon et Morgan, celui-ci nous livre principalement deux histoires ainsi que le point de vue de plusieurs membres de la meute. Nous découvrons donc Hugo qui se retrouve plusieurs fois à filer son cousin Jordan (dont Manon à intercepté des pensées pas claires), Hugo sent que quelque chose se trame, mais il n’arrive pas à savoir s’il se fait des idées ou non… nous découvrons également Ross le chasseur de la meute, elle est une jeune louve et se trouve quant à elle empêtré dans une tout aussi drôle d’affaire que Hugo. Si le premier tome n’était pas de tout repos, celui-ci l’est encore moins.

J’ai aimé découvrir Hugo qui comme dans le tome 1 se révèle être un homme bon, sincère et loyal. Il en va de même pour Ross, ce sont des traits de caractères propres aux membres de la meute et encore une fois nous les voyons proches et solidaires. Nous retrouvons la chaleur et la bienveillance que nous avions découvertes dans le premier tome et personnellement j’aime toujours autant ce climat familial. Tous les membres sont liés les uns aux autres et je trouve cela très beau, mais le lien qui unit les frères Farkasok et Manon est plus incroyable encore.

L’auteure pose des intrigues dès le début concernant Ross et Hugo et dévoile les histoires en les entremêlant tout du long, notez qu’elle le fait à merveille puisqu’à aucun moment je n’ai trouvé d’incohérences dans son récit. De plus, sa plume est toujours aussi fluide, addictive et très agréable. J’ai d’ailleurs eu la superbe surprise de voir apparaitre une autre meute connue dans la bit-lit française, j’étais toute folle de les retrouver ici et ça m’a vraiment plu, je suis ravie pour Soraya et j’espère retrouver quelques chapitres d’elle dans le tome 3.

La Lune Rouge voit le jour et ses membres sont fascinants… Hâte de lire la suite.

Avis: 5/5 Coup de coeur

Les Farkasok, Intégrale du tome 1 : La bastide aux loups Elena Guimard

Bit-Lit, Fantastique, Loups. Auto-édition. Prix numérique: 7.90€ Prix broché: 16.49 sur Amazon

Un accident. Et son existence bascule sous une pluie battante. Le réveil est difficile. Plus aucun souvenir de sa vie passée ne perce la brume de son cerveau. Morgan, son sauveur lui octroie le doux prénom de Manon, car après tout, nous sommes en Provence. Cependant, les bizarreries et les non-dits s’enchaînent, tout comme le chant des loups qui s’élève certaines nuits autour de la bastide du même nom. Les souvenirs ou rêves qu’elle fait sont bien trop étranges pour ne pas refléter une partie de la vérité. Son hôte l’attire, mais il la rejette en dépit de ce qu’elle parvient à déchiffrer dans le reflet du miroir. Qui est-il en réalité, et qui est-elle ?

Je n’ai pas dévoré ce roman, non, je l’ai englouti !

Ces derniers temps, j’avais envie d’une Bit-Lit et j’envisageais de relire la série Draicon des éditions Harlequin, mais je suis tombée sur les Farkasok et ils m’ont tout de suite plu, alors j’ai tenté ma chance et je remercie chaleureusement Elena Guimard d’avoir accepté ma demande de service presse sur Simplement.

Dans ce roman, nous rencontrons Manon qui est devenue amnésique à la suite d’un violent accident survenu lorsqu’elle conduisait un jour de tempête. Morgan en entendant le choc de l’accident et Manon crier se précipite sur les lieux et la trouve entre la vie et la mort. Ne se résignant pas à laisser cette inconnue mourir, il bafoue les lois des siens et la sauve d’une certaine façon, mais c’est sans compter sur ces fameuses lois qui la mettent en danger, refusant de laisser les siens choisir si elle doit vivre ou non, il transgresse les règles une nouvelle fois et tente le tout pour le tout, en se condamnant à vivre dans son enveloppe primaire… Mais tout ne se passe pas comme il l’avait prévu et c’est tant mieux j’ai envie de dire !
Il est assez difficile de vous parler du roman sans vous spoiler, alors je préfère m’arrêter là concernant l’histoire.

Les personnages, tout d’abord, Manon, elle est une femme douce et agréable, nous suivons son évolution au fil des pages et j’ai apprécié la voir prendre de plus en plus de force et de confiance en elle.
Ensuite, Morgan, bordel que j’aime cet homme, il est prévenant, protecteur, POSSESSIF (ben ouais, c’est un loup ^^), il grogne à tout bout de champ, mais il est aussi tendre et vrai dans ses sentiments.
J’ai énormément aimé les personnages principaux, leur évolution et ce lien qui les unit depuis l’accident.
Enfin, les personnages secondaires, ils sont tout aussi importants que les principaux et sont tous très attachants. < 3

L’auteure amène l’histoire d’une façon originale (je parle par rapport à Morg) et nous livre à merveille la vie de la meute, si bien qu’on ressent vraiment qu’ils sont proches et tous liés, et surtout qu’ils sont toujours là les uns pour les autres. C’est un des gros points forts du roman. Cette meute est parfaite et son environnement l’est tout autant. J’aime la nature et j’aurai volontiers pris la place de Manon dans cette histoire (enfin pour la meute, Morgan et l’environnement ^^) Elena Guimard, nous livre également un contexte familial opposé à celui des Farkasok et nous comprenons tout de suite pourquoi Manon est tombée sous le charme de cette famille, puisque nous-même lecteurs, nous n’y échappons pas.

Concernant la plume de l’auteure, elle est fluide et très addictive, Elena contrôle l’univers de sa Bit-Lit à la perfection et nous pose ça et là des événements qui poussent l’intrigue et nous tiennent en haleine tout du long. La fin arrive très vite (trop vite) malgré le nombre de pages, c’est dire comme j’ai été captivé par ma lecture^^. Ma foi, il reste encore deux tomes, qu’il me tarde de lire parce qu’on se le dise, les Farkasok sont fascinants !

Bref, un véritable coup de cœur pour cette Bit-Lit que je recommande à 200 %

Avis 5/5 Coup de coeur