Make me bad, tome 1 Elle Seveno

Autrice : Elle Seveno | Édition: Hugo Poche| Genre : Romance | Pages : 436 | Prix Numérique: 7.99€ Broché: 7.60€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Que cela soit au travail ou dans sa vie personnelle, Laure est une gentille fille : dévouée, attentionnée, presque bonne poire. Elle est prête à tout pour faire plaisir aux autres, y compris à s’oublier. Cependant, lorsqu’elle découvre qu’elle est victime de la pire trahison possible de la part de ceux qu’elle aime le plus, deux choix s’offrent à elle : pleurer sur son sort ou laisser exprimer sa colère. Les gentilles jeunes filles ne choisissent pas la seconde option, elles ne décident pas de se venger et elles ne demandent pas à un très mauvais garçon de les aider. Mais si elles le faisaient, jusqu’où seraient-elles prêtes à aller ?

Dans le cadre du Zodiac Lecture Challenge de Late Bloomer Groupe FB , je devais lire un roman traitant de trahison et de vengeance. J’ai donc été faire une petite recherche sur Booknode, et j’ai jeté mon dévolu sur Make Me Bad. À peine commencé, que déjà j’étais plongée dans l’histoire au point de ne plus vouloir lâcher la liseuse. (je l’ai d’ailleurs payé quand le réveil a sonné lol)

Dans ce roman, nous rencontrons Laure, une jeune femme qui découvre que son petit-ami la trompe. Si l’infidélité la peine, connaître l’identité de la maîtresse de son homme l’achève. Alors qu’elle pourrait se morfondre dans sa tristesse, une certaine rage se développe en elle, Laure veut se venger et cet acte ne se fera qu’avec la personne la plus fourbe qu’elle connaisse. Commence alors une aventure incroyable, parce que Make Me Bad va au-delà de la mise en place d’un plan machiavélique. Dans cette histoire, on assiste à une sorte de renaissance, ou une découverte de soi intense, au choix. Cet aspect de la fiction nous tient en haleine, on a hâte de la lire et c’est ce qui m’a tenu en éveil^^

Parlons un peu des personnages, je vais seulement évoquer Laure, Matt et Alex (mais sachez que je trouve Sarah vraiment sympa et agréable.)

Laure… Laure, elle est une jeune femme gentille, serviable, qui laisse beaucoup trop de choses passer… Elle est à l’image même du célèbre « Trop bonne, trop conne » et ce qu’elle vit, fout les nerfs parce qu’elle ne le mérite vraiment pas. De ce fait, la voir se lancer dans une vengeance est appréciable, on a envie qu’elle prenne sa revanche en espérant qu’elle aille jusqu’au bout.
Alors qu’elle met son plan à exécution, nous distinguons un changement se faire, elle se révèle. Laure se laisse aller à qui elle est réellement et la voir se libérer est jouissif parce que malgré ses intentions, je ne trouve pas que son « vrai elle » soit une mauvaise personne. La jeune femme sait comment piquer notre curiosité et elle nous embarque avec brio dans sa vie.

Matt, c’est le fameux petit-ami. Clairement, je le trouve écœurant et je n’ai rien détecté de bien chez lui. Il est au premier abord, un homme charmant, compréhensif, doux, mais tout sonne faux dès le début. C’est typiquement le genre de gars dont on ne se méfie pas, et qui trahit sans aucun scrupule. Au fil des pages, on le découvre de plus en plus hypocrite, et l’envie de lui « couic » son service trois-pièces se fait plus forte encore. Non, vraiment, ce mec est abject, et Laure ne se portera que mieux sans cet abruti dans sa vie.

Finissons avec Alexandre, il est bien tout l’inverse de Matt, mais dans quel sens ? Alexandre est tout ce que l’on fuit quand on cherche l’amour.
C’est un connard, quetard, stratège, manipulateur et j’en passe, mais il assume et ne s’en cache pas. Il est un personnage secret, difficile à cerner, et on le voit calculateur en toutes situations. Une chose est sûre, tout ce qu’il fait a un impact qui va dans son sens et qui va l’arranger. Il est le genre d’homme qu’on n’apprécie pas et qui ne donne pas envie d’aller vers lui, toutefois, je préfère sa façon d’être à celle de Matt. D’ailleurs, j’ai adoré découvrir son personnage.

Parlons du roman dans sa globalité, maintenant. Je vais commencer par la plume de l’autrice qui est addictive, mais ça, je suppose que vous l’aviez déjà deviné. Elle est également fluide et agréable, mais surtout ce qui m’a le plus charmé, c’est sa sensualité infinie qui nous prend dans ses filets pour ne plus nous laisser partir.

Je suis plus que ravie par ma lecture, j’ai aimé me perdre dans chaque mot et en apprendre plus sur les personnages principaux qui nous embarquent dans une aventure secrète, parfois même vicieuse, mais qui nous happe tout du long. À 80 % de mon avancée, je ne savais pas encore qu’il y avait un tome 2 et j’étais déçue de déjà devoir quitter les protagonistes. Maintenant, j’ai juste hâte de les retrouver, d’autant que l’autrice nous laisse sur une fin impossible.

En somme, Elle Seveno m’a conquise et je compte bien me pencher sur ses autres œuvres. Je recommande évidemment Make Me Bad, et si vous le lisez, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à tourner les pages que moi.

Et il a neigé sur le Fjord Laetitia Arnould

Autrice : Laetitia Arnould | Édition: Gloriana Éditions| Genre : Romance| Pages : 360| Prix Numérique: 4.99€ Broché: 17.50€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Quand Léo Mersange est licenciée à moins d’un mois des fêtes de fin d’année, elle choisit de noyer son sentiment d’échec dans un chocolat chaud à la cannelle, faute de mieux. Sa vie professionnelle est un fiasco et elle appréhende déjà le réveillon et les sempiternelles allusions de ses parents sur son statut de célibataire sans emploi. Aussi, lorsque sa meilleure amie lui propose de remplacer au pied levé un employé d’un village de Noël en Finlande, Léo n’hésite pas une seconde. Tout plaquer, échapper au réveillon moralisateur et travailler dans un cadre féerique ? Quelle aubaine ! Bagages sous le bras, elle embarque deux jours plus tard pour la ville lapone de Rovaniemi. Hélas, Léo est poursuivie par la malchance. Des mauvaises conditions climatiques, un détournement d’avion et un malentendu l’empêchent d’arriver à destination et l’obligent à cohabiter avec le serviable et séduisant mais très agaçant Svein Thorsen, un Norvégien polyglotte flanqué de son inséparable shiba inu, Oslo.

 

Et voilà comment j’ai terminé 2019 sur un coup de cœur.

 

Dans ce roman, nous rencontrons Éléonore pendant la période des fêtes de fin d’année. Si l’ambiance ne l’enchante pas plus que ça, la jeune femme se retrouve complètement dépitée à la suite de son renvoi qui lui fait appréhender le réveillon au sein de sa famille. Mais c’est sans compter sur Camille sa meilleure amie qui lui a trouvé une annonce pour un emploi pour le moins surprenant. Léo va devoir quitter la France pour la Laponie Finlandaise, toutefois, les imprévus sont de mise et une aventure incroyable attend la jeune femme…

 

Parlons un peu des personnages, Éléonore, dit Léo, est une femme que je trouve courageuse, elle a du cran. Tout le monde ne laisserait pas son pays pour un emploi saisonnier au fin fond de la Scandinavie. (Moi en tout cas, je ne le ferais pas, pourtant je rêve de ce voyage^^) J’ai trouvé cette jeune femme attachante et son caractère bien trempé m’a souvent fait sourire. Avec Léo nous découvrons Drøbak, chaque ressenti qu’elle nous livre, nous fait vivre son histoire comme si nous étions avec elle.

Svein, Mr Thorsen est aperçu au premier abord comme étant un brin hautain, ou du moins, son sourire… D’ailleurs, Léo nous définira Svein de la sorte à quelques reprises, mais il n’en est rien. Il est un homme chaleureux, doux, altruiste et taquin aussi. (Oui j’ai plus de qualificatifs pour le personnage masculin, mais c’est parce qu’il il est mon coup de cœur : p) Svein aime son pays, son village et sa vie à Drøbak avec sa mère et Oslo, son petit Shiba. Et nous en prenons conscience tout au long de l’histoire lorsqu’il en parle à Léo.

Passons à Freyja, la maman de Svein. Elle est une femme adorable, à vrai dire, je trouve que Svein tient énormément de sa mère. Ils sont accueillants, agréables et bienveillants, ils sont à l’image même que je me fais des Norvégiens. Freyja se fait assez discrète, mais à chaque apparition, elle donne envie d’avoir une personne comme elle dans sa vie. J’ai beaucoup aimé son personnage qui intervient toujours avec sagesse.

Et puis, il y a Oslo, le fameux Shiba. Cette jeune boule de poils est joueuse et de bonne compagnie, la voir dans la romance comme un protagoniste à part entière, le rend aussi attachant que les autres.

 

Passons au roman dans sa globalité, maintenant.
Dès les premières lignes, l’histoire nous aspire que ce soit par la romance, par l’inconnu, la culture, la découverte… elle ne nous lâche plus et ce jusqu’au point final. L’autrice par sa plume addictive, nous conte plus qu’une romance, elle raconte un pays aux paysages à couper le souffle et à la culture formidable (bien différente de la nôtre, selon moi). Le récit, comme les descriptions nous emmènent vraiment à Drøbak, et nous enveloppent tout au long de la lecture dans une sorte de bien-être, que j’associe au Kos (en gros, le Hygge des Norvégiens).

En toute sincérité, si je n’étais pas déjà en amour pour la Norvège, Laetitia Arnould aurait réussi à me la faire adorer.

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce roman, j’aurais voulu qu’il ne s’arrête pas. Et je remercie l’autrice d’avoir écrit une si belle œuvre. Merci de m’avoir fait voyager en Scandinavie d’une façon différente de la mienne. Merci de m’avoir fait quitter mes Lofoten pour l’Oslofjord (ou presque). Merci pour ces personnages qui réchauffent les cœurs.

♡ TAKK ♡

Je vous recommande cette lecture à 200% que ce soit en période hivernale, ou non 😉

Forgive me, tome 1 : Alter Ego Ari Augustin

Autrice : Ari Augustin | Auto-éditon | Genre : Romance| Pages : 356 | Prix Numérique: 3.99€ (l’image est un montage le livre papier n’existe pas) | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

« — Seulement, rappelle-toi que tu ne trouveras jamais une femme plus parfaite que moi, Adam.
Il ricana, amusé.
— Tu es narcissique, ma Beauté.
Vexée, je tapai mon index sur son torse en répétant chaque syllabe pour qu’il enregistre :
— Jamais. »

Lya Emilie James n’est nulle autre que la magnifique épouse du richissime duc anglais, Adam Larry James. Créatrice de mode renommée, femme de caractère, attitude de garce hautaine et un brin folle, on peut très bien croire qu’elle mène une vie de reine.

Seulement, quand on y fait bien attention, on constate qu’elle vit dans les bris du scandale qui emporte peu à peu son mariage vers la dérive. En froid avec son mari qui enchaine les maîtresses et qui refuse le divorce, elle essaye par tous les moyens de retrouver grâce à ses yeux pour se faire pardonner. Jusqu’au prochain coup bas d’Adam…

Mais alors qu’elle lui déclare la guerre, revendiquant ainsi son respect, son trône et ses droits, les choses prennent une tournure différente qui sème le doute dans son esprit.

Qui disait qu’être parfaite rimait à être une bonne épouse ?

Dans ce roman, nous rencontrons Lya et Adam, un couple marié depuis 10 ans. Tout deux traversent une crise qui dure depuis deux ans suite à l’infidélité de Lya. Après l’avoir avoué à Adam, la descente en enfer commence pour elle…

Parlons des personnages, Lya malgré sa tromperie que je ne cautionne pas a su me toucher à de multiples reprises. En effet, elle subit la vengeance d’Adam qui n’hésite pas à s’afficher devant elle avec ses maîtresses. Si elle semble beaucoup encaisser, nous ressentons tout de même comme c’est horrible pour elle de vivre ainsi. Derrière son masque fait d’arrogance et de prétention, qui est présent principalement pour la protéger, j’ai découvert en Lya, une femme attachante, ambitieuse, amoureuse et blessée par la vie et les gens qui l’entourent.

Adam est une ordure ! Et le mot est faible. Il y a une différence entre se venger et briser sciemment une personne. Qu’il ait trompé son biscuit ailleurs une fois, pourquoi pas, même si je trouve ça puéril. Mais agiter ses nanas sous le nez de sa femme et les tripoter sans vergogne, c’est ignoble et détestable. Mais le pire selon moi, c’est le fait qu’il ait fait miroiter plusieurs fois un nouvel avenir pour le couple avant de retomber dans ses travers. Je vous avoue avoir eu des envies de meurtre… Mais à côté de ça, plus on avance dans le récit et plus on découvre à quel point il a été blessé lui aussi. On se rend compte que malgré ses frasques, l’amour qu’il a pour sa femme est bien présent.

Passons au roman dans sa globalité, maintenant. Au cours de l’histoire, nous apprenons énormément de choses sur le couple, nous assistons aussi bien à leur guerre qu’aux périodes de répit qu’ils s’accordent. Nous réalisons également qu’ils jouent un rôle qui leur fait perdre du temps, puisqu’ils sont toujours en amour. J’ai trouvé ça assez déroutant dans le sens où au moment où l’on se dit qu’enfin, ils vont pouvoir se retrouver, un nouvel élément perturbateur apparait et sème la zizanie. De plus, ça entraîne un « Je t’aime moi non plus » parfois irritant (moi ça m’a agacé, en tout cas) de ce fait, je reste assez perplexe concernant cette fiction. Je l’ai appréciée, j’ai pris du plaisir à la découvrir et en même temps, elle m’a tapée sur les nerfs. Néanmoins, j’accorde que les protagonistes ne laissent pas indifférents, c’est d’ailleurs tout le contraire. Et je dois souligner que la plume d’Ari Augustin est agréable, la fluidité de cette dernière et le vocabulaire riche du récit rendent la lecture facile et prenante, et ça je ne peux pas le nier.

Donc voilà, à travers cet avis, je suis certaine que vous ressentez mon indécision face à Forgive Me. En revanche, je suis bluffée par le stupéfiant cliffhanger que l’autrice nous offre et je me demande bien comment ça va se passer dans le tome 2.