Nordie, partie 2 : Deijan Cécile Ama Courtois

Auteur: Cécile Ama Courtois | Édition: L’ivre-book | Genre : romance | Pages : 250 | Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE Sortie en papier le 29 septembre. L’auteur sera présente aux Aventuriales, ce jour-là. Elle pourra envoyer des exemplaire dédicacés à partir du 1er Octobre.


ATTENTION, LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. JE RÉPÈTE : LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. SI VOUS N’AVEZ PAS LU LA PARTIE 1 AVEC GUILENDRIA, NE LISEZ PAS CETTE CHRONIQUE.

Après avoir failli périr dans l’incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d’abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout… la reconquérir.

Mais sera-t-il capable de s’affranchir du passé ? Car ce n’est pas l’amour, qui rend aveugle. C’est la peur de l’amour.

 

Un immense merci à l’auteur pour ce service presse que j’avais hâte de lire.

Je rappelle que la chronique contient du spoile.

Dans cette deuxième partie, nous retrouvons Deijan et les gens du château à l’instant où nous avons quitté Guilendria dans la première. Grâce à ses connaissances du château de Bucail, le valet du comte et Sauge la camériste de la comtesse, arrivent à libérer tous les domestiques des flammes. Puis nous suivons Deijan dans sa convalescence, mais aussi dans son impatience à retrouver et à sortir sa femme des griffes du Ciseleur.

Nous suivons également Guilendria dans son périple avec Ifhoras et ses hommes. Si le Ciseleur se montre « bienveillant » au vu des circonstances, il n’en est pas de même avec ses hommes. Guilendria subit humiliation sur humiliation et pourtant elle n’en reste pas moins digne d’une grande dame.

Dans la première partie de Nordie, nous avions découvert en Deijan, un homme implacable et froid envers sa femme. Nous avions également pu découvrir au fil des pages la raison de son comportement envers elle. Et bien, dans cette suite, Deijan est un homme nouveau. Guilendria a su briser son armure et cela nous le rend beaucoup plus appréciable. J’ai vraiment aimé la façon dont l’auteur amène naturellement le changement d’attitude du personnage. C’est donc avec le « vrai » Deijan et son véritable amour pour son épouse que nous vivons l’histoire de Nordie.

Quant à Guilendria, nous avions découvert précédemment qu’elle était une femme forte et loyale. Qu’elle était prête à supporter énormément pour les gens qu’elle aimait. Ici, l’auteur nous le démontre encore une fois. En effet, la comtesse de par ce qu’elle a vécu et de par ses rencontres bouleversantes, fait à nouveau preuve de grandeur et de bonté d’âme. Cette femme est incroyable, elle arrive à voir dans les gens ce qu’il y a de bon en eux.

Le comte et la comtesse de Bucail s’aiment et sont faits pour être ensemble, c’est indéniable. Toutefois, ça ne plaît pas à tout le monde et un grain de sel s’ajoutant à un autre peut avoir des conséquences désastreuses… Heureusement, Guilendria n’est pas la seule femme bienveillante dans cette histoire. Et même si Deijan peut-être borné, la confiance porte à ses serviteurs saura lui faire ouvrir les yeux afin d’arranger tout ce qui doit l’être.

Concernant le roman dans sa globalité, j’avais buté sur pas mal de mots dans la première partie et j’ai l’impression que l’auteur a simplifié son écriture. J’ai pris grand plaisir à plonger et à vivre chaque ligne de Nordie. La plume fluide de l’auteur nous aspire dans son univers et il est difficile de s’en défaire.
Si dans la première partie, les thèmes abordés étaient difficiles, ici l’auteur joue plus sur le mental, la rédemption, l’accord du pardon, la délivrance, le changement qui aide à atteindre le bonheur.
J’ai beaucoup aimé ce côté de l’histoire, enfin j’ai aimé l’histoire entièrement et je remercie l’auteur de l’avoir écrite.

Avec cet avis, j’ai l’impression de faire un comparatif, mais c’est juste que les deux parties sont complémentaires si bien, qu’elles me font penser au Yin et au Yang.

Je recommande à 200 % cette duologie qui a été un véritable coup de cœur.

 

 

Publicités

Myrihandes, tome 1 : Le secret des Âmes-Sœurs Guilhem Méric

Auteur: Guilhem Méric | Édition: Harmonia-Prod | Genre : Fantasy| Pages : 617| Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Arrachés brutalement l’un à l’autre quand ils étaient enfants, Sisam et Helya se retrouvent dix ans plus tard pour apprendre qu’ils sont des Âmes-Sœurs, capables de s’unir en un seul et même corps aux pouvoirs de légende : un Myrihande.

Leur existence, hélas, est hors-la-loi. Œuvrant sous l’autorité d’un lointain seigneur, les Gouverneurs des Trois Cités exercent depuis toujours une terrible oppression sur les Âmes-Sœurs, afin que nul Myrihande ne renaisse en ce monde.

Pour sauver leur amour, mais aussi libérer toutes les autres Âmes-Sœurs prisonnières des Cités, Sisam et Helya vont devoir tout apprendre du lien secret qui les unit, qui pourrait faire d’eux le plus sage et le plus puissant des Myrihandes…

 

Je remercie chaleureusement l’auteur pour le service presse.

Quand vivre libre est un combat…

Dans ce roman, nous faisons d’abord connaissance avec deux enfants, ils sont pleins de vie et unis par une amitié et par l’amour. Tous deux vivent heureux et libres, jusqu’à ce qu’Helya se fasse enlever sous les yeux de Sisam.
Chacun d’eux vivent séparé et ne se sont pas vu depuis des années, pourtant l’un comme l’autre vit dans l’ombre d’un amour inachevé.
C’est le courage d’Helya  et son refus de plier le genou qui va leur permettre de se retrouver. Hélas, cela ne sera pas sans conséquence et ces retrouvailles déboucheront sur quelque chose de bien plus grand…

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Helya. Elle est une jeune femme un brin rebelle, courageuse comme dit précédemment et surtout elle est ouverte d’esprit. Elle est également posée et réfléchit ce qui fait d’elle mon personnage préféré dans l’histoire.
Quant à Sisam, j’avoue être plutôt mitigée. C’est un jeune homme droit, tantôt passif, tantôt brave. Mais ce qui m’a le plus dérangé, je crois, c’est son scepticisme qui a causé quelques torts. Ma foi, j’ai également conscience que s’il avait tout accepté facilement l’histoire n’aurait pas été aussi rebondissante.
De plus, j’ai bien l’impression que dans la suite des aventures du Myrihande, Sisam saura me conquérir davantage.

Pour ce qui est des personnages secondaires, je les trouve très bien travaillés. Farf, Oros, Nisis et Oriance sont attachants. De plus, chacun a son propre caractère et est essentiel au déroulement de l’histoire.

Parlons du roman dans sa globalité :
L’histoire que nous livre Guilhem Méric est captivante et j’ai vite pris plaisir à vivre l’aventure de nos protagonistes. L’auteur a su donner un bon rythme d’action à son œuvre, ainsi qu’une dose de questionnement qui nous pousse à vouloir en savoir plus et donc à continuer la lecture. J’émets toutefois un léger bémol. J’ai attendu l’affrontement avec impatience et j’ai quelque peu été déçue dans le sens où j’ai trouvé la scène trop rapide par rapport au reste du roman. Évidemment, ça n’engage que moi et je pense que le prochain tome ne manquera pas d’affrontements comme je l’espérais, ici.

Concernant l’écriture, Guilhem Méric possède un style qui me plaît, soit une plume fluide et prenante. Lorsque j’ai vu le nombre de pages sur la liseuse, j’avoue avoir pris peur, mais finalement le roman se lit vite et bien puisque l’auteur nous plonge dans un univers maîtrisé et dépaysant.

Je vous recommande donc cette lecture.

À savoir: Myrihandes possède sa propre bande son  vous pouvez la retrouver ici.
Je vous invite également à visiter le site Harmonia Prod

Exomonde, tome 1 : Perle, le piège du temps Emma Cornellis

 

Auteur: Emma Cornellis | Édition: Éditions HJ | Genre : Science-fiction / fantasy | Pages : 338| Prix Papier: 19,45€ Prix numérique: 5,49€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Année 2323.
Lola est une adolescente comme les autres, qui approche de son dix-septième anniversaire. Elle est aussi l’unique enfant à avoir vu le jour sur Perle, exoplanète identique à la Terre.
Sa mère était membre de l’équipage de l’Explorer I, le tout premier vaisseau habité à s’aventurer hors du système solaire afin d’explorer et étudier ce nouveau monde. Mais à l’approche de leur destination, les astronautes ont été confrontés à une mystérieuse planète dont l’orbite a frôlé celle de Perle. Leur « aplanétage » d’urgence a coûté la vie à la mère de Lola.

Tout d’abord, je remercie les Éditions HJ de m’avoir permis cette découverte.

 

/!\Avertissements : Spoile dans la chronique, je n’ai pas vraiment le choix. /!\

 

Dans Exomonde, nous rencontrons une jeune femme, Lola, lors d’un rêve dans lequel elle retrouve un jeune homme qui était visiblement son ami imaginaire pendant l’enfance. Lola n’est pas une jeune femme comme les autres, elle est née sur Perle, une planète similaire à la Terre, bien que différente, toute sa vie Lola a grandi et vécue avec l’équipage sans rien connaitre d’autre que la vie qu’ils se sont construite en espérant que la Terre ne les a pas oubliés… Les rêves de Lola se font plus présents ces derniers temps, Zven insinue en elle le doute, en lui disant qu’il n’est pas le fruit de son imagination, qu’il est réel. La jeune femme confie ses doutes à ses six parents de substitutions, mais d’après eux, il n’y a aucune civilisation sur Perle. Lola est déterminée et elle se doit de vérifier leurs dires, elle-même. Je n’en dis pas plus ça serait dommage de gâcher toute l’histoire se trouvant derrière mon petit résumé.

 

J’ai vraiment apprécié les deux personnages principaux. Lola est incroyablement intelligente, les grands lui transmettent leur savoir et elle apprend énormément à leur côté. Elle devient une femme et comme toutes Terriennes, elle se pose quelques questions et encore une fois les grands sont présents pour l’accompagner, même si son regard sur eux change peu à peu. Comme dit précédemment, elle est déterminée, elle fait également preuve d’audace, j’ai trouvé le personnage de Lola fort de caractère et courageux. Une héroïne que j’ai pris grand plaisir à suivre.

 

ATTENTION ! ÇA SPOILE PAR ICI. Désolée, je ne pouvais pas écrire la chronique sans en faire…

 

Zven est un jeune homme rejeté par son peuple, il porte la marque du mal. Il est pour eux, l’annonceur du malheur. Fort heureusement, tous ne lui tournent pas le dos, n’ayant pas de parents, son vieil ami Lotte l’a pris sous son aile. Zven est un jeune homme qui n’a pas conscience de sa grandeur et de sa force et c’est bien dommage. Suite à ce rejet de la société, il aurait pu devenir néfaste et chercher à se venger et pourtant, il est un garçon plein de bonté.
Tout comme Lola, j’ai pris plaisir à le suivre.

 

Concernant le roman dans sa globalité, j’ai tout de suite était prise dans l’histoire. J’ai d’abord pensé à une histoire comme le film « The space between us » [superbe film], mais non, l’auteur m’a servi toute autre chose et j’en suis agréablement surprise. En fait, Exomonde renferme deux histoires qui s’entremêlent où science-fiction rencontre fantasy, en effet d’un côté, il y a Lola qui habite une autre planète que la notre, mais qui vit plus ou moins de la même manière que sur Terre. Et de l’autre côté, il y a Zven qui vit dans un monde de fantasy, entre prophétie, langue des âmes, capacités surnaturelles… C’est un cocktail détonnant, qui m’a beaucoup séduit d’autant plus que je n’ai pas vu venir la fin, je m’attendais à toute autre chose. Cette fin m’a perturbé et en même elle soulève la curiosité et le questionnement qu’il faut pour se jeter sur le deuxième tome. L’auteur a très bien su géré son univers, son intrigue nous tient en haleine du début à la fin, sa plume est agréable et fluide quant à cette histoire, elle est captivante.

J’ai passé un excellent moment en compagnie de ces personnages attachants et je vous recommande fortement cette lecture.

Le cycle des pierres protectrices, tome 1 : Pierre de Lune Eloïse Clunet

Auteur: Éloïse Clunet | Édition: Anyway Editions | Genre : fantastique | Pages : 284| Prix broché: 17.90 TTC | La ME ayant fermé ses portes, le roman est disponible en passant par l’auteur dans la limite de ses stocks. Pour commander, il faut remplir ce formulaire: ICI

 

Depuis quelque temps, Morgane King a la poisse. Après s’être vue abandonnée juste avant son mariage, la voilà kidnappée. Elle espérait qu’enfin la chance avait tourné après sa fuite, mais elle se fait attaquer par des bêtes sauvages. En quittant l’hôpital, elle se retrouve sous protection « rapprochée » dans un lotissement trop beau pour être vrai : la résidence Sérénité. Elle rencontre Ethan, son garde du corps attitré, tout droit sorti de ses fantasmes inavoués et Léo, un jeune garçon turbulent qui semble lié de très près au bel Ethan. Morgane découvrira très vite que les conséquences de ses blessures changeront sa vie d’une manière qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

 

Je remercie Eloïse Clunet  d’avoir eu assez confiance en moi pour remettre son roman entre mes mains.

Dans Pierre de Lune, nous rencontrons Morgane, une jeune femme qui se trouve être à un tournant de sa vie. En effet après que son fiancé l’a abandonnée, elle a besoin d’un nouveau souffle, elle décide donc de prendre la route et s’arrête dans un bar où elle rencontre Christopher. L’esprit embrumé par l’alcool elle le suit jusque chez lui, commence alors le début d’un cauchemar… jusqu’à l’arrivée d’Ethan, cet homme qui traque Christopher et sa famille n’a pas pu se résoudre à laisser Morgane pour morte et grâce à lui elle a pu rejoindre un endroit sûr…

Concernant les personnages, Morgane est une femme pleine de surprises, j’ai énormément aimé sa personnalité. Avec tout ce qu’il se passe dans sa vie, elle aurait pu virer folle et pourtant, elle gère à la perfection ses nouvelles conditions de vie et pour cause… Morgane est une femme extrêmement forte et hors du commun.
EthanEthan, bien que têtu, il est homme fort, puissant, loyal aux siens, il a également un cœur en or et comme Morgane, j’ai vraiment aimé son personnage.
Tous deux s’attirent, et rapidement ils cèdent à leur instinct. Je les ai trouvés bien assemblés et complémentaires. Ethan prend son travail très à cœur et ne lâche jamais un membre de sa famille, tandis que Morgane est compréhensive et ne cherche pas à se mettre dans ses pattes, au contraire, elle l’encourage et se débrouille sans lui.
Pour ce qui est des personnages secondaires, certains sont attachants dès le départ, notamment Léo, Tugdual ou même Derek , d’autres le deviennent au fil de la lecture et d’autres encore sont détestables au plus haut point.

Parlons du roman dans sa globalité, maintenant, je me suis pas mal perdue dans « qui est qui » au début, mais j’ai vite trouvé mes repères après quelques chapitres. L’histoire d’Éloïse Clunet est pleine de rebondissements et addictive, je n’ai pas vu le temps passer et je regrette d’avoir fini ce premier tome. Pour ce qui est de l’écriture dans l’ensemble elle est fluide et agréable, en effet, l’auteur a su doser avec justesse la romance, l’action, le suspens et l’horreur en concernant Morgane. Ce premier tome est tout simplement à lire et à dévorer.

Tout en nuances, tome 1 : Hyacinthe Erika Boyer

Auteur: Erika Boyer | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 271| Prix Papier: 14,90€ Prix numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Site de l’auteur

Hyacinthe ne supporte pas de voir son reflet dans le miroir. Il vit loin de tout, isolé, reclus ; il se cache du regard des autres et consacre son existence à son art. Il n’entretient même plus l’espoir d’être un jour aimé.
Pourtant, quand Elea entre dans sa vie, il ne peut s’empêcher d’aspirer au bonheur. Ses regards sont des caresses, ses gestes des mots doux et l’artiste en vient à croire qu’il pourrait avoir un avenir différent de celui qu’il s’était toujours imaginé.
Peut-il être homme et non plus abomination à travers les yeux de cette femme ? Mieux, peut-il l’être à travers ses propres yeux ?

Je remercie infiniment Erika Boyer d’avoir accepté ma demande à chroniquer son roman.
Et quel roman ! Le résumé annonçait déjà une belle lecture et je n’ai pas été déçue bien au contraire. J’ai senti le coup de cœur arrivé dès le premier chapitre.

Dans ce roman, nous rencontrons Hyacinthe, un artiste reclus depuis plusieurs années parce qu’il ne veut pas imposer au gens sa « monstruosité » et parce qu’il ne supporte pas le regards des autres à son égard.  Étant un artiste de renom, Hyacinthe croule sous les commandes des joailliers, c’est pourquoi Alexa sa meilleure amie lui trouve une assistante. Bien qu’il ne veuille pas d’aide, il permet à Elea d’entrer dans sa vie en pensant qu’elle prendra peur et s’enfuira sans demander son reste en le voyant . Toutefois, la jeune femme va le surprendre et cela à maintes reprises…

Hyacinthe est un homme qui m’a énormément touché et ému de par son histoire et sa façon d’être. Au premier abord, il donne l’aspect d’un homme qui semble bourru et asocial,  un homme qui ne se laisse approcher par personne ou très peu. Pourtant il est simplement un homme brisé qui n’a pas confiance en lui par rapport à son physique. Plus encore nous découvrons qu’ilest un homme bon et qu’il a un cœur en or.

Quant à Elea, elle est une jeune femme passionnée manquant de confiance en elle. Elea passe plus ou moins à côté de sa vie, jusqu’à ce son amie Alexa  lui propose de devenir l’assistante de l’artiste qu’elle adule tant.  J’ai trouvé la jeune femme touchante et attachante, elle est de celles qui sont douces, sensibles et qui voient avec le cœur.

Parlons du roman dans son tout maintenant, les personnages  sont extrêmement émouvants, si bien que nous nous attachons à eux dès le début.  Ils ont également une grosse particularité, puisque l’auteur s’est inspirée  des divinités gréco-romaines pour les façonner eux et leur histoire à la sienne. D’ailleurs Erika Boyer allie mythes et réalité à la perfection.
La part de Mythologie est bien présente et pourtant je ne l’ai vue que lorsque l’auteur l’a mentionnée à la fin du roman. (Oui, je ne suis pas spécialement porté sur la Mythologie gréco-romaine) Après quelques recherches sur Wiki, j’ai pu faire le rapprochement de telle ou telle chose et j’’ai trouvé ça fascinant, l’auteur m’a bluffé par son travail.

Pour ce qui est de la plume d’Erika Boyer comme pour « Le langage des fleurs », je l’ai trouvé addictive et douce, mais les mots et l’histoire ont un fort impact sur le lecteur. Si les personnages de « Tout en nuances » m’ont touché, la plume de l’auteur m’a parfois émue aux larmes et je suis ressortie de cette lecture chamboulée par ce que deux êtres peuvent faire par amour.

Je n’ai pas trouvé de points négatifs à ce roman, il est un véritable coup de cœur et je vous le recommande vivement.

Timide petite Lucille Sophie Leseure.

couverture Lucille finifinie
Auteure : Sophie Leseure | Illustration : Flora Duboc|Tranche d’âge : 2 à 6 ans | Genre : Album jeunesse | Prix : 17,50€ (ttc) | POUR ACHETER CET ALBUM, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Lucille, une jeune et timide chenille, rêve de ressembler à ses ennemies les coccinelles, qui volent à tire d’aile.
Ces dernières prennent un malin plaisir à se moquer d’elle.
Jusqu’au jour où Lucille, partira prendre son destin en main.
Mais n’est ce pas nous même qui traçons notre chemin?

Lucille est une petite chenille moquée par les coccinelles, enfin une en particulier qui la rabaisse. C’est alors que Lucille rencontre Agna, l’araignée sorcière qui va l’aider dans sa quête.

Lucille manque cruellement de confiance en elle et cherche à tout pris à être une autre. Mais la nature nous fait tels que nous sommes… Dans ce petit album, Lucille avait simplement besoin d’un peu d’aide pour prendre son envol. Agna, en prétextant un peu de magie aide Lucille à avoir plus d’assurance ce qui lui permet de se transformer en un superbe papillon.

Concernant l’album dans sa globalité, je le trouve très joli. Le texte est simple donc facile à comprendre pour nos minis. Quant aux illustrations de Flora Duboc, elles sont tout simplement superbes. Les couleurs comme les illu sont attrayantes et captent tout de suite l’attention des enfants. De plus, elles sont très représentatives de l’histoire.

Nous avons passé un très bon moment et avec Pipine nous accordons un 4/5 pour ce joli album.

 

N’oublie pas que tu m’aimes, tome 2 : Kiss & Love Elisa Avrain

Auteure: Elisa Avrain | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 386 | Prix Papier: 14,76€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Blog de l’auteure

Grande-Bretagne, 2012.

Son histoire d’amour avec lui n’a été qu’un échec. Il avait réussi à la faire souffrir plus qu’elle ne l’aurait imaginé. Et pourtant, il restait encore au d’elle un espoir, un petit espoir pour qu’il soir encore amoureux d’elle…

Voici le deuxième tome de la saga sentimentale N’oublie pas que tu m’aimes, où romance et amitié se mêlent de nouveau autour d’Aly, Dylan et leur entourage, au fin fond des terres britanniques.

Je remercie encore une fois Elisa Avrain pour sa confiance et pour ce service presse. Merci aussi de m’avoir fait découvrir tes personnages et ton univers.

Après le cliffhanger de folie dans le tome précédent, nous découvrons le dénouement dans celui-ci.
Les vacances d’été arrivent et la bande d’amis part ensemble pour deux mois. Si au début l’ambiance est assez tendue, peu à peu elle s’allège. Nos jeunes ont passé de bons moments et l’heure de reprendre les cours sonne rapidement.(Ça arrive toujours trop vite les rentrées scolaires^^) La rentrée ne se passe pas tout à fait comme prévu. Et quelques tensions réapparaissent, toutefois tout reviendra à la normale et la bande sera de nouveau aussi soudée qu’avant.
Pour beaucoup, c’est la dernière année de lycée,  donc exams pour conclure le tout et questionnement sur l’avenir seront de la partie. Et comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, certains événements vont venir perturber cette dernière année scolaire et une fois encore nous verrons que ces jeunes peuvent compter les uns sur les autres…

Concernant les personnages, nous découvrons un peu plus Lily qui est une jeune femme loyale au caractère bien trempé. Lily est une très bonne amie et prend soins des siens surtout d’Aly.
Passons à Candice, je l’ai trouvé assez détaché de la bande, mais j’ai tout de même apprécié son personnage et j’ai hâte de la retrouver. (Vraiment hâte.)
Diego, bien que Dylan soit son meilleur ami, il n’a pas hésité à lui mettre les points sur les I. Et j’ai beaucoup aimé le fait qu’il soit présent pour Aly, d’autant que son soutien a été bénéfique pour la jeune femme.
Là, où j’ai coincé pas mal, c’est encore avec Dylan. Il a souvent bon fond, je ne peux pas le nier, mais son attitude entre Abby et Aly m’a fortement agacé. L’effet girouette m’a agacé. Moi qui le pensais fort de caractère, je me suis rendu compte que non et en plus, il se permet des réactions inappropriées. Au final, la cote de Dylan a beaucoup baissé et j’avoue me méfier de lui.
Je n’oublie pas les autres personnages, qui me paraissent sympathiques et toujours présents en cas de coup dur.
En ce qui concerne Aly et Oliver, mon avis sur eux est toujours le même. Le frère et la sœur sont mes chouchous.

Parlons du roman dans sa globalité, j’ai de nouveau été prise dans les aventures de ces jeunes gens et j’ai dévoré ce tome 2. L’auteure prend toujours son temps dans l’écriture et encore une fois sans langueurs, au contraire, c’est fluide et très prenant.
J’avais trouvé certaines réactions démesurées dans le premier tome, ça n’a pas été le cas dans celui-ci.
En somme, j’ai pris énormément de plaisir à retrouver la bande et il me tarde de pouvoir lire le tome 3. (prévu pour cette année si j’ai bien compris)
Je me pose beaucoup des questions sur le futur de la bande. Notamment comment va évoluer la relation fraternelle d’Aly et Oliver où à propos du futur de Candice, surtout qu’Elisa Avrain nous laisse encore une fois sur une fin mystérieuse… 🙂

Avis: 5/5 Vraiment très bon

Compass, tome 1 : Heaven Soleano Rodrigues

Auteure: Soleano Rodrigues | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 362 | Prix Numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

« Fuir pour dissimuler ses secrets, il n’y avait que ça à faire… »

À 17 ans, Heaven est une adolescente comme les autres, amoureuse et heureuse malgré ce lourd secret qui pèse sur ses épaules. Mais un jour, tout bascule, la forçant à fuir tout ce qui la définit, y compris celui qui fait battre son cœur.
Sept ans plus tard, elle n’est plus la même, et elle se reconstruit jour après jour auprès de Drew, sans jamais y parvenir complètement.

Il est toujours présent, là, quelque part dans ses rêves.

Alors, à l’heure où le jour et la nuit se croisent, son passé et son présent se heurtent violemment lorsque ses yeux rencontrent à nouveau les siens. Le retour de cet homme va raviver de bien vieilles et douloureuses blessures, mettant en péril le fragile équilibre de cette nouvelle vie…
Amour ou désir ? Raison ou folie ? Heaven va devoir faire des choix, qui s’avéreront bien plus compliqués qu’elle ne le pensait.
Rien n’est simple lorsque les sentiments ressurgissent. Encore moins quand ces sentiments menacent de révéler au grand jour des secrets qu’elle s’efforce de garder enfouis depuis tant d’années…

« Un premier amour ne se remplace jamais… »
Honoré de Balzac.

 

Pour commencer, je remercie chaleureusement Soleano pour le service presse et surtout pour sa confiance. Environ 488 jours après avoir dévoré Compass sur Wattpad, j’ai eu le plaisir de l’avoir dans les mains quelques jours avant sa sortie et j’ai adoré retrouver ses personnages.

Dans ce roman, nous rencontrons Heaven, une jeune femme plutôt tranquille (du moment qu’on ne la cherche pas). Elle a une vie rangée et file un bel amour avec Drew, cet homme parfait qui pourtant ne fait pas battre son cœur comme cet autre homme qu’elle a connu dans son passé… Par amour pour Drew, Heaven accepte de loger « Jacks » pour quelque temps, mais qu’on se le dise, elle le fait à contrecœur. Lorsqu’elle rencontre son nouveau colocataire, Heavy n’en revient pas, alors qui est cet homme qui va vivre sous son toit ? Arrivera-t-elle à le supporter ? (Je vous vois venir, là…)

Heaven est une femme torturée par un passif extrêmement lourd, néanmoins cette dernière camoufle tout ça sous un masque et ne laisse rien entrevoir. J’ai trouvé en Heaven, une femme forte et courageuse. Certains penseront peut-être qu’elle a été lâche, mais ce n’est pas mon cas. J’aime son personnage, elle est à la fois posée et rentre dedans. Une femme de caractère. En général dans ce genre de situation, j’ai du mal avec l’indécision du personnage féminin, mais là encore Heaven fait exception. Peut-être parce que dès le départ nous connaissons ses sentiments et qu’un amour inachevé et fort ne s’oublie pas.

Drew est un homme doux et attentionné avec Heaven, il est un homme à l’image de son côté calme. Il la rend plus ou moins heureuse dans cette nouvelle vie qu’elle se construit, mais selon moi, il n’est pas et n’a jamais été l’homme qu’il fallait à notre petite tornade. Aussi parfait soit-il, il ne lui correspond pas et ils sont aux antipodes sur bien des points. En fait avec lui, elle n’est pas totalement elle et elle brime certains de ses côtés.

Quant à Jared, Bordel, Jared ! Ce gars est un sacré phénomène. Il m’a parfois tapé sur les nerfs notamment au début avec son comportement de nana et ses sautes d’humeur. Mais j’avoue aussi que tout en lui m’attire, même ça. C’est contradictoire, j’en ai bien conscience et pourtant c’est bien le cas. Il a mauvais caractère, il monte très vite en pression, un simple mot peut le faire partir en vrille (il est moi au masculin, c’est tout), il a tout du typique BAD BOY, mais derrière cette facette ce cache un homme blessé et un homme qui cache lui aussi quelque chose qui le ronge.

Concernant le roman dans sa globalité, je l’avais dévoré en 2016 sur Wattpad, j’avais été bluffée par l’auteure que je découvrais. Il y a quelques jours, je replongeais dans Compass comme si je ne l’avais jamais lu. J’ai dévoré chaque page même en connaissant les secrets de nos deux torturés. L’écriture de Soleano est fluide et captivante, elle mène l’intrigue de son histoire à la perfection. Elle joue avec les sentiments de ses personnages comme ceux de ses lecteurs pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin où elle nous offre un cliffhanger à hurler de frustration. Si ce premier tome nous livre beaucoup sur Heaven, des questions concernant nos deux protagonistes persistent et nous poussent à en vouloir plus et pour cela, il faudra attendre le tome 2 😉

 

Avis 5/5 Le coup de cœur est toujours présent  ❤

Un portable, un chat roux et un inconnu Aurore Chatras

 

La journée de Maddie avait été parfaite : une réussite professionnelle et un rendez-vous avec le type le plus mignon du bureau.

Mais voilà qu’à quelques heures de sa soirée mémorable, elle casse son téléphone. Désemparée, elle tombe sur une vente de smartphone exceptionnelle. Mais son nouveau portable lui réserve bien des surprises. Entre un chat roux diabolique, une mère farfelue, une sœur nombriliste et une meilleure amie qui fait ce qu’elle peut, Maddie va-t-elle réussir à percer le mystère de son téléphone ?

Tout d’abord merci aux éditions After Real et Amélia Varin pour le roman lu à l’occasion d’un blog tour. (Je trouve l’idée vraiment sympa, du coup Amélia si tu en organises d’autres, je suis partante 😉 )

Dans ce roman, nous rencontrons Maddie une jeune femme, en quête du grand amour. Après une excellente journée au bureau et une proposition de rendez-vous avec l’homme qui lui plait, elle se voit contrainte de lui « poser un lapin ». La raison ? Son chat, ce matou roux que personne n’aime, mais qui m’a beaucoup plu, et la chute de son téléphone. Après quoi, elle se rachète un téléphone (enfin, le démon roux l’aide pas mal lol) et quel téléphone… Ce dernier lui réserve bien des surprises ! Maddie va vivre une situation étrange au possible, qui va la mettre dans tous ses états. Saura-t-elle tirer au clair toute cette histoire ? Rien n’est moins sûr…

Maddie est célibataire, sa mère et sa sœur s’entêtent à vouloir lui présenter des hommes, mais chaque rendez-vous se termine de la même façon. Personnellement, je compatis avec le personnage, après tout elle a bien le droit de vouloir un homme qui lui correspond. Ces dernières m’ont parfois agacée, heureusement son père et sa meilleure amie sont totalement différents et d’un bon soutien pour elle.
J’ai énormément apprécié le personnage de Maddie et j’avoue m’être beaucoup retrouvée en elle. Elle est simple, discrète et surtout elle a la POISSE !! Un personnage que j’ai trouvé réel et vraiment bien travaillé. Un personnage auquel nous nous attachant rapidement et que nous suivons avec plaisir.

En me lançant dans cette histoire, je ne pensais pas qu’elle serait aussi légère et pétillante, pourtant la couverture en elle même le sous-entend^^. Bref, avec ce roman, nous ne nous ennuyons pas une seconde. La plume de l’auteur est fluide, agréable et captivante. Si bien que j’ai tout de suite été prise par l’intrigue ainsi que par les péripéties de Maddie et de son petit démon roux. Je recommande donc cette chick-lit rafraîchissante, qui se glisse à la perfection entre deux grosses lectures ou pas d’ailleurs 😉

Avis 4/5 Très bon

Dessine-moi… Ton monde idéal Victor de Coster

Auteure : Victor de Coster | Illustration : Maxim Savva| Date de parution : Mars 2018 | Genre : Album jeunesse | Prix : 7€ (ttc) | POUR ACHETER CET ALBUM, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Ils ont entre 5 et 10 ans et ne manquent pas
d’imagination quand il s’agit de dessiner la planète
qui les inspire. Voici leurs aspirations, le monde tel
qu’ils l’espèrent, eux qui le porteront bientôt.
Écologie, partage, famille… sont autant de
valeurs que les enfants ont naturellement mis
au cœur de leurs rêves. Si ce livre garde toute
la légèreté – et l’humour – d’une parfaite histoire
du soir, il est aussi plein d’espoir. Celui de voir
la bienveillance et la douceur de nos conteurs d’un
jour envahir pour de bon le monde de demain.

Pipine et moi remercions Les éditions du Rêve pour ce service presse très intéressant.

Cet album renferme le monde idéal de vingt enfants âgés de 6 à 10 ans. Je trouvais intéressant de partager avec Pipine la vision du monde idéal des autres enfants et surtout je trouvais intéressant de voir le monde à travers leur innocence.

Dans le monde idéal de ces enfants, plusieurs thèmes reviennent comme la pollution, l’écologie, le racisme, les voyages, l’entraide, le partage, la violence et la bienveillance.

Chaque enfant a un monde idéal bien à lui. Certains supprimeraient l’école, d’autres la laisseraient, mais iraient avec modération. Certains voudraient manger au fast-food tous les jours alors que d’autres voudraient manger plus sainement. Certains voudraient des voitures qui volent, tandis que d’autres préfèrent la marche et les vélos. Certains aimeraient que l’argent disparaisse et que tout soit gratuit, d’autres aimeraient que ceux qui ont le plus d’argent aident ceux qui n’en ont pas ou peu… Mais tous ou presque, souhaiteraient éradiquer la violence. Plus de méchants, mais des personnes qui s’aident. Plus d’attentats, plus de guerres, mais de la bienveillance.

Avec Pipine nous avons chacune un monde idéal préféré, pour elle c’est celui de Célia, fêter Noël trois fois par an, c’était sûr que ça lui parlerait à ma mini ^^ Pour ma part, je me vois bien dans celui de Blanche.

Concernant l’ouvrage dans sa globalité, c’est un album attrayant autant par les images que par les textes qu’il renferme. La retranscription des mondes est simple et il y a une illustration correspondante à chaque monde idéal.

Je recommande la lecture de cet album avec vos minis qui réagiront à coup sûr à chaque monde idéal 🙂

À la fin de notre lecture, j’ai demandé à Pipine de me dessiner son monde idéal… Voici le sien :

Dans mon monde idéal, on ramasserait les déchets dehors. Les SDF vivraient comme nous et plus dans la rue.

Dans mon monde idéal, je voudrais faire du vélo tout le temps et aller au parc. Je voudrais manger plein de glace et me faire un tatouage Mickey Mouse. Je voudrais lire des tonnes de livres comme maman et faire beaucoup de jardinage avec papa pour manger des fruits et des légumes meilleurs. J’aimerais jouer tous les jours avec mes copains après l’école et je voudrais que toutes les maîtresses soient comme maîtresse Céline et qu’elles apprennent toutes comme elle.

Par contre dans mon monde idéal, il n’y aurait plus d’insectes. Ils sont embêtants et ils me font peur. Je ne voudrais pas grandir, ni que mes parents vieillissent. Dans mon monde idéal, nous ne mourrions pas. Et puis, il n’y aurait pas de méchants, non plus et les gens s’aideraient et surtout il n’y aurait plus de guerres, je n’aime pas la guerre, ça fait peur.

Pipine, 6 ans

 

Avis Pipine et maman: 4/5