Galénor, tome 2 : Le dernier gémini

Autrice : Audrey Verreault | Genre : Fantasy, Young Adult | Pages : 374 | Prix Numérique: 3.99€ Broché: 14.76€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Et si vous étiez liés à quelqu’un… quelque part…

« Asmodée est de plus en plus radical avec sa politique anti-inferniths… Il veut qu’on les envoie tous à la prison d’Astheroth pour les interroger et les pister… Puis il y a ces magiciens avec leurs masques en forme de têtes de corbeaux qui rôdent à travers Galénor et attaquent des villages. Personne ne sait d’où ils viennent. Ni ce qu’ils veulent. Moi je m’en doute. Ils ont assassiné mes parents adoptifs… Je pense qu’ils cherchaient ce qu’ils m’ont légué… J’essaie de chasser tout ça de mes pensées…

Nous avons presque tout épuisé nos réserves de poudre d’artanis et nous, magiciens, ne pourrons bientôt plus exercer notre magie.

Asmodée a mis la main sur une pierre de Kartane qui pourra peut-être remplacer l’artanis et mettre fin à la pénurie magique qui plane sur notre monde. Or, le Kartane figure parmi les substances les plus convoitées de l’univers…

Nous avons été mandatés, moi et les autres géminis pour protéger cette pierre jusqu’à ce que les alchimistes aient terminé leurs recherches.

Nous sommes en fonction. Cette nuit, j’ai la pierre, dissimulée sur moi. La fête bat son plein. La salle est bondée. Un homme encapuchonné franchit la porte d’arche. Des ailes noires pendent à son dos. Il sort du lot, mais il y a autre chose… »

– Daphnée

Avant de commencer, je vous invite à lire mon avis concernant le premier tome. Galénor, tome 1 : Le livre des portes

Bien… une fois encore, quelle aventure !

Si le premier tome était principalement centré sur JudyAnn, celui-ci concerne Daphnée, sa sœur gémini. Nous retrouvons donc Kyle, Tom, Vincent (qui n’est pas un gémini), JudyAnn et Daphnée pour une nouvelle mission : protéger la pierre de Kartane. Comme le dit le résumé, elle est très convoitée ce qui signifie que leur tâche ne sera pas aisée… Loin de là même.  En effet, le Ténébreux, un magicien-corbeau, sait où se trouve la pierre et la veut en sa possession. Lors d’une soirée où Daphnée a la charge de veiller sur le Kartane, « Le Ténébreux » fait une entrée fracassante avant de se téléporter avec la jeune femme qui ne se laisse pas intimider par l’homme. Tous deux comptent récupérer la pierre, mais dans leur bataille, la substance se libère et se répand dans leurs corps. Commence alors une aventure pleine de rebondissements…

 

Dans ce deuxième tome, nous faisons plus ample connaissance avec Daphnée. C’est un personnage intelligent, posé, très agréable et positif. Qu’importe ce qui arrive, elle tente toujours ou presque de trouver du bon dans ce qui l’entoure. C’est une jeune femme qui se préoccupe beaucoup des personnes qui l’accompagnent, mais aussi des inconnus. Daphnée a un fond pur, et il ressort tout au long de l’histoire. J’ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir et à la suivre durant toute cette aventure.

Nous faisons également la connaissance de ce fameux magicien-corbeau. « Le Ténébreux » est un personnage mystérieux qui se révèle au fil des pages. Malin et doté de pouvoirs très utiles, il est lui aussi intelligent et expérimenté. Si bien qu’on ne sait pas toujours sur quel pied danser avec lui. On ne sait pas quand il est sincère où quand il se joue de ses interlocuteurs et il n’est pas simple de lui accorder notre confiance. Techniquement, c’est le genre de personnage qui m’agace et pourtant, je me suis rapidement attaché à lui.

Pour ce qui est des autres protagonistes, j’ai trouvé Vincent très protecteur envers JudyAnn et ça m’a beaucoup plu, il est également très méfiant en ce qui concerne « Le Ténébreux » et personne ne peut le lui reprocher.
Tom a une soif d’apprendre inassouvissable ce qui fait qu’il a toujours le nez dans les bouquins.
JudyAnn s’inquiète pour Daphnée et pour elle-même puisqu’elles sont liées. Elle refuse de laisser sa sœur gémini affronter seule ce qu’elle doit affronter pour extraire le Kartane en elle.
Kyle, je l’ai malheureusement trouvé effacé, même si certains moments avec lui sont sympathiques.
Quant à Mérindol, ce dernier fait toujours aussi preuve de sagesse et ce n’est pas vraiment étonnant au final.
Quoi qu’il en soit, tout ce beau monde forme une bande soudée qui veille les uns sur les autres et tous se préoccupent du sort de Daphnée.

 

Passons au roman dans sa globalité. Je n’y connais pas grand-chose, mais le point de vue narratif entre les deux tomes a changé. Ici, nous sommes en interne.  Je le mentionne, mais ça n’a gêné en rien ma lecture.

J’ai dévoré le premier tome en novembre 2017, néanmoins sans l’avoir relu, je me suis très vite replongée dans l’histoire et n’ai eu aucun  mal à me souvenir de ce qu’il s’était passé. (Et ce malgré ma mémoire de poisson rouge, hein.)

J’ai pris grand plaisir à retourner à Galénor et à revoir la bande. De plus, les péripéties se multiplient et s’emboîtent comme il le faut pour tenir le lecteur en alerte. Et si je devais choisir les moments que j’ai préférés, ça serait sans aucun doute les rêves de Daphnée qui sont comme des instants de répit.

Concernant la plume de l’autrice, je la trouve toujours aussi captivante et créative. Une fois encore, les descriptions qu’elle offre permettent au lecteur de s’immerger dans son univers et à vivre pleinement sa fiction.

Le dernier des géminis, c’est un tome aux révélations surprenantes, certaines plus que d’autres ; des événements émouvants (Trop parfois ! Si j’ai chouiné ? Je l’avoue, mais ça reste entre nous) et une jeune femme qui jusqu’au bout montre sa force de caractère.

J’ai hâte de lire la suite, je me demande ce que l’autrice nous mijote surtout avec tout ce qu’il s’est passé. Je me demande également qui le tome concernera et malgré tout, je conserve l’espoir fou d’un miracle. (Oui, les miracles n’existent pas, mais dans un monde de magie, on ne sait jamais… Laissez-moi rêver, tranquille^^)

 

Je recommande et le premier et le deuxième tome de Galénor.

Sculpt me Koko Nhan

Autrice : Koko Nhan | Édition: Cherry Publishing | Genre : Romance | Pages : 356| Prix Numérique: 4.99€ Broché: 15.82€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Il y a des amours qui ne prennent pas le temps de s’épanouir, ni de mûrir.

C’était le cas du nôtre. Le coup de foudre, je n’y croyais pas, mais il nous a percutés de plein fouet. Le choc fut si violent qu’on n’a pas eu le temps de se rattraper avant de chuter.

Je lui aurais tout donné, je me serais damnée et maudite, s’il l’avait fallu. Mais les mystères qui entouraient « le Prince de l’Argile » étaient si nombreux que je n’en suis pas sortie indemne.

Il a éveillé ma sensualité, mon art, mais aussi ma jalousie et mon besoin d’inconditionnel.

Il avait raison…

Je n’aurais pas dû le suivre.

Tout d’abord, je remercie Koko Nhan pour le service presse, ainsi que pour sa confiance. Sculpt Me est une romance captivante et enivrante, mais aussi un joli coup de cœur.

Dans ce roman, nous rencontrons Evy et Eliot, elle est étudiante en art, lui est un maître en la matière. Alors qu’une alchimie lie les deux personnages, Eliot propose un stage à Evy. Commence donc une histoire pleine d’art, de passion, de sensualité, de mystère et de secrets.

 

Parlons des protagonistes…

Au premier abord, Eliot est un sculpteur sur argile de renom, beau comme un Dieu, charismatique et sûr de lui, mais plus on fait connaissance avec lui, plus on découvre un homme avec ses failles. Il a deux visages et nous apprenons à les aimer en même temps qu’Evy.
Eliot est mystérieux, il intrigue et attise la curiosité. Il émeut et attendrit. Il dissimule et blesse. Malgré ça, nous avons envie de le découvrir, de connaître chaque partie de lui, et ce jusqu’aux tréfonds de son âme. Eliot est un personnage complexe qui attire et qu’on ne peut pas laisser de côté.

Evy, comment ne pas aimer ce petit bout de femme ? Elle est un coup de cœur pour moi. Étudiante en art, plus précisément en sculpture, Evy est relativement réservée. Elle est une « suiveuse » comme elle le dit, pourtant dès le début, j’ai vu en elle une femme incroyable. Elle m’a tout d’abord charmée avec ce petit côté de défiance qu’elle a naturellement en elle. Puis, elle m’a séduite avec sa maturité, sa compréhension et sa douceur. Enfin, elle m’a conquise avec son petit caractère de cochon qu’elle dégaine pile quand il le faut. Evy est attachante et tout ce que l’on espère pour elle, c’est le bonheur.

 

Parlons maintenant du roman dans sa globalité. (Je ne sais même pas par où commencer lol)

Je reviens sur les protagonistes afin de faire un point sur eux. Ils sont impressionnants, ils se complètent et rendent le roman si réel qu’à travers leurs émotions et leurs sentiments, nous vivons leur histoire avec une intensité déconcertante. J’ai pris un énorme plaisir à les voir lutter contre ce qu’ils ressentaient et à les voir baisser les armes. À un moment, Evy dit qu’elle tombe amoureuse d’Eliot… Ben, je peux vous dire qu’à cet instant précis, je l’étais aussi.

Je passe maintenant au décor et à l’univers du roman. J’ai aimé plonger dans le milieu artistique, en effet, l’art me fascine, même si je n’y connais rien (en dehors de la photo), et je trouve que l’autrice a très bien su nous le dépeindre. J’ai adoré lire et visualiser la collaboration entre nos personnages, mais aussi tous les autres moments où la sculpture est décrite. Koko Nhan nous partage ces moments avec tant de précision et d’intensité que j’ai même réussi à sentir l’argile glisser sous mes doigts. C’était une impression grisante et ressentir ce genre de chose est souvent synonyme de coup de cœur chez moi, et ça n’a pas loupé !

Concernant la plume de l’autrice, je dirais qu’elle est envoutante, elle nous aspire du premier jusqu’au dernier mot, si bien que les pages défilent sans qu’on s’en rende compte.
Koko Nhan a su m’embarquer entièrement dans sa fiction et plus encore, elle a réussi à me transmettre les émotions de ses personnages sur l’instant T. Elle a su rendre la passion qui lie Elliot et Evy à couper le souffle. D’ailleurs, on en vient souvent à retenir le nôtre, afin de ne pas gâcher le moment intime de nos deux compagnons. (Et par intime, je ne parle pas que du plan sexuel, bande de coquinettes^^). De plus, l’autrice m’a surprise. En effet, alors que j’étais focalisée sur un éventuel événement perturbateur, je n’ai absolument pas vu venir celui que Koko Nhan propose. J’aime bien me faire avoir comme ça  🙂

En somme, Sculpt me est une merveille, et il me tarde de plonger dans le tome 2 pour revoir nos protagonistes.

 

 

Forgive me, tome 1 : Alter Ego Ari Augustin

Autrice : Ari Augustin | Auto-éditon | Genre : Romance| Pages : 356 | Prix Numérique: 3.99€ (l’image est un montage le livre papier n’existe pas) | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

« — Seulement, rappelle-toi que tu ne trouveras jamais une femme plus parfaite que moi, Adam.
Il ricana, amusé.
— Tu es narcissique, ma Beauté.
Vexée, je tapai mon index sur son torse en répétant chaque syllabe pour qu’il enregistre :
— Jamais. »

Lya Emilie James n’est nulle autre que la magnifique épouse du richissime duc anglais, Adam Larry James. Créatrice de mode renommée, femme de caractère, attitude de garce hautaine et un brin folle, on peut très bien croire qu’elle mène une vie de reine.

Seulement, quand on y fait bien attention, on constate qu’elle vit dans les bris du scandale qui emporte peu à peu son mariage vers la dérive. En froid avec son mari qui enchaine les maîtresses et qui refuse le divorce, elle essaye par tous les moyens de retrouver grâce à ses yeux pour se faire pardonner. Jusqu’au prochain coup bas d’Adam…

Mais alors qu’elle lui déclare la guerre, revendiquant ainsi son respect, son trône et ses droits, les choses prennent une tournure différente qui sème le doute dans son esprit.

Qui disait qu’être parfaite rimait à être une bonne épouse ?

Dans ce roman, nous rencontrons Lya et Adam, un couple marié depuis 10 ans. Tout deux traversent une crise qui dure depuis deux ans suite à l’infidélité de Lya. Après l’avoir avoué à Adam, la descente en enfer commence pour elle…

Parlons des personnages, Lya malgré sa tromperie que je ne cautionne pas a su me toucher à de multiples reprises. En effet, elle subit la vengeance d’Adam qui n’hésite pas à s’afficher devant elle avec ses maîtresses. Si elle semble beaucoup encaisser, nous ressentons tout de même comme c’est horrible pour elle de vivre ainsi. Derrière son masque fait d’arrogance et de prétention, qui est présent principalement pour la protéger, j’ai découvert en Lya, une femme attachante, ambitieuse, amoureuse et blessée par la vie et les gens qui l’entourent.

Adam est une ordure ! Et le mot est faible. Il y a une différence entre se venger et briser sciemment une personne. Qu’il ait trompé son biscuit ailleurs une fois, pourquoi pas, même si je trouve ça puéril. Mais agiter ses nanas sous le nez de sa femme et les tripoter sans vergogne, c’est ignoble et détestable. Mais le pire selon moi, c’est le fait qu’il ait fait miroiter plusieurs fois un nouvel avenir pour le couple avant de retomber dans ses travers. Je vous avoue avoir eu des envies de meurtre… Mais à côté de ça, plus on avance dans le récit et plus on découvre à quel point il a été blessé lui aussi. On se rend compte que malgré ses frasques, l’amour qu’il a pour sa femme est bien présent.

Passons au roman dans sa globalité, maintenant. Au cours de l’histoire, nous apprenons énormément de choses sur le couple, nous assistons aussi bien à leur guerre qu’aux périodes de répit qu’ils s’accordent. Nous réalisons également qu’ils jouent un rôle qui leur fait perdre du temps, puisqu’ils sont toujours en amour. J’ai trouvé ça assez déroutant dans le sens où au moment où l’on se dit qu’enfin, ils vont pouvoir se retrouver, un nouvel élément perturbateur apparait et sème la zizanie. De plus, ça entraîne un « Je t’aime moi non plus » parfois irritant (moi ça m’a agacé, en tout cas) de ce fait, je reste assez perplexe concernant cette fiction. Je l’ai appréciée, j’ai pris du plaisir à la découvrir et en même temps, elle m’a tapée sur les nerfs. Néanmoins, j’accorde que les protagonistes ne laissent pas indifférents, c’est d’ailleurs tout le contraire. Et je dois souligner que la plume d’Ari Augustin est agréable, la fluidité de cette dernière et le vocabulaire riche du récit rendent la lecture facile et prenante, et ça je ne peux pas le nier.

Donc voilà, à travers cet avis, je suis certaine que vous ressentez mon indécision face à Forgive Me. En revanche, je suis bluffée par le stupéfiant cliffhanger que l’autrice nous offre et je me demande bien comment ça va se passer dans le tome 2.