Different Livi Dreem

Autrice : Livi Dreem | Édition: Lips & co| Genre : Romance| Pages : 419| Prix Numérique: 5.99€ Broché: 17.99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Shade est différente, et dès le lycée les autres ont toujours pris soin de le lui rappeler. Cette jeune femme, dont l’anomalie génétique fait d’elle une albinos, a pourtant connu l’amour, avant qu’il ne lui soit arraché lors d’un tragique accident de voiture.

Heureusement, elle a pu compter sur le soutien sans faille de son demi-frère, toujours prêt à mettre sa vie entre parenthèses pour la soutenir.

Huit ans plus tard, au cours d’un rencard arrangé, elle rencontre le sosie de son premier amour. Perturbée, la jeune femme hésite à se lancer dans cette nouvelle histoire. Doit-elle y voir un signe du destin ou bien s’en méfier ?

Il faut dire que cela pourrait lui apporter la stabilité dont elle a toujours rêvé ou, une fois de plus, détruire sa vie…

Dans ce roman, nous rencontrons Shade, une jeune fille particulière, et elle l’est sous tous rapports. Depuis des années, les gens la montrent du doigt, se moquent d’elle et la rejettent, il n’y a qu’auprès de Nathan et Giulia qu’elle se sent acceptée et elle-même.
Nathan, son demi-frère et meilleur ami, est très protecteur envers elle. Ils vivent une relation fusionnelle, mais lorsque Liam débarque, leurs vies prennent un tournant qu’ils ne pensaient pas possible.
Si Nate plonge dans un calvaire, Shade connait enfin le bonheur, du moins jusqu’à ce le destin le lui enlève…

Je vais vous parler des personnages incroyables que j’ai découverts dans cette histoire.

À commencer par Nathan qui est dépeint comme étant parfait aux yeux de la jeune fille, mais très vite nous nous rendons compte que c’est un personnage complexe et parfois assez sombre. Au fil des chapitres, nous apprenons une vérité le concernant. Il s’agit de quelque chose qui ne se contrôle pas et qui nous consume de l’intérieur lorsque nous luttons contre. Lutter, il l’a fait du mieux qu’il le pouvait et c’est justement pour cela que nous le découvrons torturé, possessif et un brin connard. Cependant, malgré ses agissements et quelques-unes de ses paroles, il nous est impossible de le détester parce que Nate sait nous toucher à sa manière.

Hugo (ah, Hugo !), je n’ai pas résisté à son charme et me suis entichée de lui. L’évolution de son personnage est celle qui m’a le plus étonnée. En effet, dans un premier temps, nous découvrons un homme pas très sûr de lui et un peu gauche, ça le rend mignon et ça change vraiment des bad boys. Puis, les pages défilent et nous en apprenons plus sur lui, c’est un protagoniste simple au caractère bien trempé.
Son manque d’assurance laisse peu à peu place à un homme qui sait ce qu’il veut et déterminé à l’obtenir. J’ai aimé Hugo que ce soit dans son quotidien tranquille, dans ses colères, mais surtout dans ses superbes déclarations d’amour. (Comment ça, je suis une guimauve ? Vous le saviez déjà, non ? ^^)

Et je termine par Shade. Mon Dieu cette femme… Elle est de loin mon coup de cœur en termes de personnages féminins.
Bien que malmenée par la vie, elle est là, debout face à ce monde qui ne cesse de la montrer du doigt. Alors certes, elle est abimée, voire complètement fracassée et autodestructrice, mais CETTE TORNADE, je la vois comme une battante au cœur fragile.
Shade a une vision d’elle-même tellement erronée qu’à plusieurs reprises, j’ai voulu la prendre dans mes bras. À toujours penser qu’elle possède moins de valeur qu’autrui, elle ne se rend pas compte qu’elle est un centre de gravité pour ceux qui l’approchent. Alors oui c’est vrai, elle est indéniablement différente des autres puisqu’à l’inverse d’eux, elle est unique. Je vous ai dit qu’elle était mon coup de cœur ? Eh bien, je vous le redis. Je suis tombée en amour pour ce petit bout de femme.

Parlons du roman dans sa globalité, maintenant.

Dans cette histoire, l’autrice nous plonge dans un univers réel où elle pointe du doigt les diktats d’une société dans laquelle nous devons rentrer dans le moule, ou dans des cases (au choix). Sous prétexte qu’elle est albinos, la jeune femme est considérée comme différente, pas normale, mais en quoi ne l’est-elle pas ? Et puis qu’est-ce que c’est qu’être normal, d’ailleurs ? Les moqueries qu’a subies Shade à cause de son physique, on les a tous vus, vécus et peut-être même proférés au cours de notre vie, mais au nom de quoi ?

Cet aspect du roman donne à réfléchir sur nos agissements et les souffrances qu’ils peuvent engendrés sur une personne.

Pour ce qui est de la plume de l’autrice, c’est une merveille. La fluidité et les tournures rendent le récit agréable à lire. Avec Different, Livi Dreem sait nous surprendre lorsqu’on s’y attend le moins. Elle nous offre une histoire addictive qui nous tient en haleine du début à la fin. Ainsi qu’une palette d’émotions qui nous absorbent, nous captivent, et nous touchent en plein cœur. J’ai pris un grand plaisir à lire et relire ce roman que j’ai englouti sans me lasser une seule seconde. Et selon moi, il est impossible de rester insensible et indifférent à cette fiction.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un énorme coup de cœur pour Different et je vous recommande vivement ce roman.

Mission Échouée Anouk Langel

Autrice : Anouk Langel | Édition: Auto-Édition | Genre : Romance sur fond d’action | Pages : 526| Prix Numérique: 4.99€ Broché: 17.94€ TTC | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

À bientôt trente ans, le danger plane en permanence autour de Caleb. Il sillonne le monde sans attache, avec pour seul objectif : obéir aux ordres. Léonie est pleine d’ambition et vient d’obtenir un poste haut placé à l’Hôtel Kronenhof, en Suisse.

Alors qu’il séjourne dans cet hôtel, la jeune femme attire son attention. Sans s’en rendre compte, Léonie finit par franchir le mur qu’il s’est construit pendant de longues années d’isolement.

Intrigué, tenté, Caleb cède à cette liberté condamnée.

Léonie devient sa faiblesse. Il l’a repérée. La partie ne fait que commencer. Il sera son seul espoir et elle, sa dernière mission.

*Ce roman contient des passages pouvant heurter la sensibilité.*

 

Je remercie chaleureusement, Anouk Langel pour sa confiance et ce service presse.

Dans cette histoire, nous faisons connaissance avec Léonie, une jeune Suissesse à la vie bien rangée qui se dévoue à sa carrière. Toutefois, sa rencontre avec Caleb risque de faire voler en éclat toute son existence…

Léonie est une femme intelligente, elle a du caractère et ne se laisse pas marcher dessus, même quand elle est en mauvaise posture. Malgré tout ce qu’elle a vécu, elle reste forte et solide. En ça, Léonie m’inspire de la sympathie et du respect, et ses mésaventures m’ont énormément touchée.

Quant à Caleb, il est un homme mystérieux et sans égal. J’ai aimé le contraste de sa personnalité dans son métier et dans sa vie avec Léonie. En effet, bien qu’il se montre impitoyable dans ses fonctions, nous découvrons en lui, un être bon et tendre avec la femme qui a brisé les remparts qu’il avait érigés.

Concernant les personnages secondaires de cette fiction, ils ont une grande importance, surtout April. Cette jeune femme sait rapidement gagner le cœur des lecteurs. (ou du moins, le mien^^)

En bref, les protagonistes sont travaillés comme il faut. Certains sont attachants alors que d’autres sont détestables. Toutefois, chacun a son propre caractère et cela est très plaisant.

Parlons maintenant du roman dans sa globalité.

J’ai découvert Mission Échouée sur Wattpad, puis je l’ai relu lors d’une précédente réécriture et enfin dans sa version finale. S’il y a quelque chose qui m’a étonné avec cette fiction, c’est que malgré mes lectures, j’ai replongé dans le récit comme si c’était la première fois.

Bref ! Ici, l’histoire suit un schéma crescendo. En effet, l’autrice pose d’abord le cadre gentiment, et prend le temps de nous faire découvrir son pays (sa Suisse qui m’envoie du rêve ^^). Puis sans qu’on s’y attende, mais avec cohérence, elle nous embarque dans une fiction remplie d’action, de rebondissements, et parfois de douceur qui n’est pas de refus.
Parce que oui, Mission Échouée n’est pas une lecture de tout repos. Certains passages sont difficiles et encore une fois, mon cœur a saigné pour Léonie.

Le roman a indéniablement évolué. L’histoire en elle même s’enchaîne très bien, les idées, les actions, et les sentiments sont tous liés, et montrent que l’intrigue a été travaillée. Quant aux descriptions, elles nous permettent d’imaginer sans mal les scènes qui se jouent dans le roman. Que ce soit les meilleures comme les pires. De plus, l’autrice a développé et ajouté certains passages avec justesse afin de captiver davantage son lecteur.

J’ai également pu constater une vraie amélioration en ce qui concerne l’écriture. Les phrases sont beaucoup plus fluides et rendent le récit plus addictif. Anouk sait exactement où elle veut nous emmener et elle le fait avec brio. Commencer sa fiction, c’est ne plus pouvoir l’arrêter.

Petite note de fin parce que j’ai suivi en coulisse la réécriture, je tiens à féliciter Anouk Langel pour le travail qu’elle a fourni, mais aussi pour s’être lancée dans l’auto-édition.

Si je vous recommande Mission Échouée, ce n’est pas dû à mes rapports avec l’autrice, mais bien parce que cette romance change de celles que j’ai l’habitude de dévorer. Et puis, je suis certaine que Léonie et Caleb ne vous laisseront pas indifférents. =)

***

Cette semaine, j’ai effectué un blog tour  (revisité) pour Mission échouée, je vous laisse ici les liens vers:

La présentation du roman : https://bit.ly/2rso6L3
Petite interview de l’autrice: https://bit.ly/2KPWhTU
Un extrait: https://bit.ly/35AhEAq
Petite interview du personnage féminin principal: https://bit.ly/2rs9JGA
Les premières ligne de Mission Échouée: https://bit.ly/37JOVLy
Présentation de J-1 : https://bit.ly/2R0i3IH

 

 

Reviens-moi Tome II Amandine Mataga

Auteure: Amandine Mataga | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 312 | Prix Numérique: 4,99€ Broché: 17,50€| POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Elena avait coutume de dire que j’étais la lumière dans ses ténèbres. Elle n’avait rien compris. C’est ensemble qu’on s’illuminait, se guidant l’un l’autre vers la clarté.

J’ai cru qu’enfin elle me revenait, qu’elle m’appartenait. Je me trompais. Mais rien ni personne ne pourra m’empêcher de la récupérer, car je ne l’abandonnerai plus, je serais là.

Ethan a lutté. Contre elle, contre ses sentiments jamais effacés. Mais comment délier deux âmes résolues à s’aimer ? Aujourd’hui, alors que le cœur d’Elena a sombré dans l’oubli, Ethan est bien décidé à se battre pour la faire sienne à jamais. Sur son chemin se dresseront de nombreux ennemis, des vérités depuis longtemps tues, des trahisons au goût amers, mais le plus dangereux sera les ombres enfouies au fond de lui.

Pourra-t-il renier ce qu’il est ? Sera-t-il capable de faire ce que l’on attend de lui ? Jusqu’où sera-t-il prêt à aller pour elle ? Et ça, sans se perdre au passage.

Êtes-vous prêt pour cet ultime combat ?

 

Tout d’abord, je remercie Amandine Mataga pour le service presse et sa confiance. Ensuite, je vous invite à lire : mon avis sur le premier tome et ma semaine découverte concernant ce deuxième tome.

Dans cette suite, nous retrouvons un Ethan effaré, un Ethan enragé, mais aussi un Ethan anéanti. Et pour cause, le beau aux iris orageux encaisse coup après coup et ses émotions ne cessent de le tourmenter. Entre les souvenirs de notre Rose Noire défaillants et ce soldat qu’il ne supporte pas, sa vie est sens dessus dessous. Rongé par la colère, bouffé par la rage et impuissant face à ce monde dont il ne fait pas partie, Ethan doit apprendre à se canaliser s’il veut  pouvoir retrouver sa belle et lui offrir la vie qu’elle mérite.

Parlons des personnages…

Elena, cette femme est juste incroyable. Elle est une héroïne badass à souhait. Une femme aux multi facettes, mais qui sont toutes réelles et qui font un tout qui l’a font, elle. Reine d’un monde noir où règnent le mal et la souffrance, elle sait se montrer impitoyable quand il le faut et son instinct ne la trompe JAMAIS, peu importe la situation dans laquelle elle se trouve. En parallèle, elle sait être une femme douce, aimante et bienveillante, toujours prête à donner sa vie pour ceux qui lui sont chères. Elena est un oxymore, elle est forte et fragile à la fois. Son personnage est mon favori, elle m’a conquise dès les premières lignes du tome précédent.

Ethan ! Ah Ethan… Je reste mitigée encore une fois. Il a sa part d’ombre et c’est quelque chose que j’ai aimé chez lui. Il pénètre dans un univers qu’il ne connaît pas, ou chaque homme et femme croisés est capable de le tuer à mains nues et en moins de temps qu’il faut pour le dire. Et pourtant, il ne se démonte pas, même s’il est parfois effrayé, il ne recule jamais, surtout lorsque la vie de son amour est en jeu. En ça, je l’ai apprécié, vraiment. (Et encore plus à la fin, mais je ne dirai rien d’autre : p) Et puis, il est parfois à côté de ses pompes et là, j’avoue, je le giflerai bien. Ethan fonctionne aux émotions, il les laisse prendre le pas sur ses actions et bien souvent ça se retourne contre lui. Dans ces moments là, il m’a agacé, mais en même temps c’est ce qui le caractérise et c’est comme ça qu’Elena l’aime alors bon…

Alessio, mon chouchou ! Cet homme est impressionnant, même au travers des mots de l’autrice. J’aime particulièrement son dévouement envers Elena. En effet, il est le bras droit de cette dernière, peu importe le sang qui doit couler sur ses mains, ou s’il met sa vie en danger, seule la protection de sa Reine compte. D’apparence impassible, il est un homme d’action à qui rien n’échappe. Il contrôle tout, notamment ses émotions, pourtant quand Elena se retrouve en péril, sa carapace se fêle parfois et nous permet d’apercevoir l’affection et toute l’estime qu’il porte à la jeune femme. Il est certes un homme dangereux, mais surtout il est loyal.

J’ai beaucoup apprécié la relation d’Ethan et Alessio, il y a tout un monde qui les sépare et pourtant pour Elena, ils coopèrent. Bon, c’est souvent électrique, mais qu’ils deviennent les meilleurs amis n’aurait vraiment pas été cohérent. D’ailleurs, chaque personnage a un rôle précis et justement chacun agit avec cohérence que ce soit les principaux comme les secondaires.

Parlons maintenant du roman dans son ensemble… Et commençons avec le prologue qui d’entrée de jeu annonce la couleur. Une couleur que nous ne pouvons pas accepter, qui nous amène tout de suite au questionnement, du genre : « Quoi ? =o Qu’est-ce que c’est ce délire ? Mais, non, je ne peux pas y croire, pas elle… » Voilà ma réaction à ce prologue. L’autrice pique instantanément notre curiosité et nous pousse à lire la suite sans attendre.

L’intrigue, elle tient en haleine tout du long. Nous nous demandons ce qu’il va advenir d’Elena ? Comment Alessio, Ethan et Sophia (la meilleure amie d’Elena, une nana badass aussi ^^) vont réussir à la sortir de sa situation ? Si le cœur de la Reine des Glaces a réellement sombré dans l’abîme de l’oubli ? Petit à petit, les pièces du puzzle s’assemblent, d’autres questions surviennent et Amandine y répond en temps et en heure avec des révélations et des réactions surprenantes parfois.

La plume de l’autrice, qu’on se le dise, elle est addictive ! Commencer à lire Amandine, c’est ne plus pouvoir s’arrêter et je n’exagère pas. Le vocabulaire simple et varier rend son récit fluide, si bien qu’à aucun moment, je n’ai dû reprendre une phrase ou un passage pour le comprendre. De plus, se mettre dans la peau des personnages est facile, tant Amandine retransmet les leurs émotions avec brio. Tourner (glisser) les pages de ce deuxième tome a été pour moi un plaisir.

 

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré retrouver Elena et les autres et je vous recommande vivement cette duologie où l’autrice mêle action et romance à la perfection.

Océane Rose Maude Perrier

 

Autrice: Maude Perrier | Édition: Auto-Édition | Genre : Romance | Pages : 208 | Prix Numérique: 2,99€ Papier: 11,60€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Et si de nos plus grandes tragédies, naissaient nos meilleures chances de bonheur ?

Il y a quatre ans, Malia perdait tout : son fiancé, sa jambe, ses illusions. Aujourd’hui, grâce à sa volonté et à ses amies, elle s’est reconstruite.

A la tête d’une petite entreprise, elle est aussi devenue Océane Rose, l’autrice d’une saga qui passionne les foules. Star de la plateforme en ligne où elle publie, Malia est ainsi régulièrement approchée par les éditeurs. Mais s’ils sont fans d’Océane Rose, aucun n’est réellement emballé par Malia.

Cependant tout pourrait bien changer lorsqu’elle fait la connaissance de Connor Martin et Fabien Darchet. Les deux hommes seront-ils prêts à miser autant sur Océane Rose que sur Malia ? Et si en plus, l’amour s’en mêlait ?

Océane Rose est une fiction féminine romantique qui changera peut-être votre manière de voir la vie et ses coups durs.

 

    Premièrement, je remercie Maude Perrier pour le service presse et pour sa confiance.
Je découvre sa plume pour la quatrième fois et Océane Rose me confirme ce que je savais déjà… Je suis fan et je fonce tête la première quand il s’agit de cette autrice.

Dans ce roman, nous rencontrons Malia Ndongo alias Océane Rose. Une autrice qui fait parler d’elle sur Plumesinspirées avec sa fiction Maudite Succube. Une femme qui rêve de faire éditer son histoire et qui fait de l’œil aux maisons d’édition en tant qu’Océane Rose, mais qui ne fait pas l’unanimité en tant que Malia Ndongo. Elle n’entre pas dans les codes, selon elle, son handicap gêne et beaucoup de réactions qu’elle affronte au quotidien tendent à lui prouver qu’elle a raison… ou pas. =)

Parlons des personnages, Malia a subit énormément entre la perte de son fiancé, la perte d’une vie avec lui et la perte de sa jambe. Pourtant c’est une femme forte, autonome et indépendante que nous découvrons. En plus d’être Océane Rose, Malia est une working girl qui se donne cœur et âme dans ce qu’elle entreprend et qui gère une petite boutique de chaussettes pour moignons, So Socksy. Elle est également une femme de caractère qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui a un bon répondant. Mais derrière cette femme forte, on la découvre parfois vulnérable, notamment face à l’amour, mais également aux comportements d’autrui qui peut parfois la blesser. Ce personnage est attachant, elle force le respect, elle donne envie de se battre pour ce que l’on croit. Malia est le genre de personne qui pousse les autres vers le haut et de par son vécu, elle nous livre le message de vivre pleinement notre vie de profiter de cette dernière parce qu’elle est fragile. J’ai eu un immense coup de cœur pour cette femme et son histoire.

Parlons maintenant de Connor Martin, une personne adorable qui ne fait pas ressentir à Malia sa « différence ». Ayant eu un père handicapé, la jambe en titane de Malia ne lui fait aucun effet. Tout ce qui l’intéresse, lui, c’est l’or que Malia a au bout des doigts. Il croit en Maudite Succube et au talent d’Océane Rose et il compte bien faire de la trilogie de la jeune femme, un best-seller. Connor Martin est un personnage auquel on s’attache aussi facilement qu’à Malia.

Et puis, il y a Fabien Darchet, un homme exécrable, un personnage qu’on bafferait bien aux premiers abords, mais qu’on apprend à apprécier, malgré ses changements récurrents d’attitudes au fil des pages. Il n’est pas facile à cerner, il est parfois très énervant et inconvenant et pourtant, il y a ce quelque chose chez lui qui ne nous le rend pas détestable.

Pour finir avec les personnages, Malia est entourée de deux, trois amis, dont Carole et Emmeline. L’une est son associée et coach, l’autre une jeune-femme handicapée qui s’est battue pour vivre son rêve, une jeune femme tout aussi admirable que Malia. Toutes deux encouragent Malia lorsqu’elle doute, lorsqu’elle recule et hésite à sortir de sa zone de confort. Elles sont d’un soutien sans faille et Malia a la chance de pouvoir compter sur elle.

Parlons du roman dans sa globalité, maintenant. Vous l’aurez compris les personnages m’ont conquise, mais ils ne sont pas les seuls. En effet, Maude Perrier nous plonge dans un univers où la différence est montrée du doigt, en parallèle, elle nous plonge dans l’univers de l’édition. Et autour de tout cela, il y a ce message qui nous pousse à croire en nous, en nos rêves, et comme je l’ai dit plus haut, à vivre notre vie à fond parce qu’elle ne tient qu’à un fil. Il est important de faire ce que nous aimons et de ne laisser personne nous dire que c’est impossible parce que justement tout est possible.

Une fois de plus, la plume de Maude Perrier m’a transporté, j’ai vécu les expériences de Malia et Océane Rose comme si elles étaient les miennes. J’ai pris un plaisir immense à voir cette jeune femme avancer dans le milieu littéraire que Maude a rendu très réel. Comme toujours, je me suis rapidement glissée dans la peau de l’héroïne et comme pour « La fin de l’hiver », « Une raison d’espérer » et « La femme de l’ombre » l’aventure s’est terminée trop vite tant elle m’a absorbée.

Je remercie l’autrice et sa jolie plume pour ces pépites qu’elle nous livre. Je la remercie de nous permettre de nous identifier aux femmes de ses romans. Je la remercie pour « Une femme, un destin » qui me séduit chaque fois un peu plus.

 

Et il va de soi que je recommande vivement Océane Rose.

Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige Juliette Bonte

https://www.amazon.fr/vrais-amis-sembrassent-sous-neige/dp/2280394170/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1548145569&sr=8-1&keywords=les+vrais+amis+ne+s%27embrassent+pas+sous+la+neige
Auteur: Juliette Bonte | Édition: Éditions &H | Genre : romance| Pages : 368 | Prix Papier: 6,90€ Prix numérique: 5,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Dans le cadre du Cold Winter Challenge, je viens de lire, Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige de Juliette Bonte. Je ne regrette pas mon choix de lecture.

J’ai adoré ce roman et la plume de l’auteur m’a complètement transportée.

Pour commencer, nous découvrons Allison, une jeune serveuse dans un café qui entretient « une relation » avec un célèbre architecte de Manhattan. Les amis de la jeune femme ne voient pas ladite relation d’un bon œil et pour cause, Carl (l’architecte) ne s’implique pas comme le ferait un homme amoureux. Alli encaisse sans brancher, mais Carl devrait savoir que rien n’est acquis dans la vie… Je n’en dis pas plus^^

Allison est une femme pétillante et pleine de joie de vivre, toutefois elle a son petit caractère et elle sait ne pas se laisser faire.

J’ai vraiment beaucoup aimé son personnage dans le sens où elle est une personne simple à laquelle on s’identifie facilement. (Ouais, je suis du genre à aimer boire une petite bière devant la téloche, en fin de journée, même si je ne me pose pas devant les Kardashian xD) Vous l’aurez compris Alli déchire et elle est très attachante.

Carl, bordel, Carl. Ce mec est une plaie à maintes reprises, je lui aurais collé des baffes. Il n’a pas conscience de la chance qu’il a d’avoir une petite amie comme Alli, au contraire il se montre parfois odieux et hautain. Heureusement, Allison a du caractère et même si parfois ses choix m’ont irrité, la voir reprendre du poil de la bête au fil des pages a été très appréciable.

Luke est l’associé et le meilleur ami de Carl. Nous le rencontrons, en même temps qu’Allison, après quelques pages. D’entrée de jeu, il apporte de la légèreté et de l’humour à l’histoire. C’est un homme adorable et bienveillant, il est aussi très taquin et un brin moqueur.
Tout comme Allison, son personnage est m’a tout de suite plu. Il s’avère que Mr Peterson est tout aussi attachant que Mlle Walker.

Concernant les personnages secondaires comme Syd, Trev et Darrell, ils ont une part importante à l’histoire, Syd et Darrell apportent… Ils sont complètement tarés et j’ai adoré les lire. Quant à Trev, il est le sérieux qui n’hésite pas à réprimander ses serveuses quand elles jurent. Il est également présents et à l’écoute pour elle est c’est agréable à lire.

Pour parler du roman dans sa globalité, j’ai eu un coup de cœur pour cette histoire.
Bien sûr, c’est du déjà vu, mais l’auteur mène si bien la chose qu’on se laisse vite prendre par la fiction. Juliette Bonte a su aborder plusieurs thèmes dans son roman sans pour autant partir dans des langueurs, sa plume est restée légère et agréable.

C’est le premier roman que je lis de Juliette Bonte et je ne suis pas déçue, il me tarde d’ailleurs de lire ses autres œuvres.

 

À savoir : Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige a été réédité par Harlequin pour la période des fêtes. Sachez donc qu’il existe ou existait sous le nom de Because of you

Chroniques célestes Marie-Sophie Kesteman

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Oh Seigneur !! (Il est adapté à l’histoire^^)

J’ai récemment lu le premier livre de Marie-Sophie Kesteman « Chroniques célestes : Les clés du paradis »

Ayant eu un coup de cœur pour ce premier tome, je me suis lancée dans la suite en espérant que ce coup de cœur se poursuive… Sauf que je n’ai pas eu de coup de cœur, non, non, c’est bien plus que ça. Je n’ai même pas les mots pour décrire mon ressenti devant ces « Chroniques célestes ». Toutefois, je sais que « coup de cœur » est trop faible.

Voilà bien longtemps que je n’avais pas fini folle en découvrant une saga et bon Dieu que ça m’a fait du bien. Enfin oui et non, parce que vouloir hurler et sauter partout à 2 h 20 du matin pendant que tout le monde dort et donc ne pas pouvoir laisser libre cours à mes envies, ce n’est pas bon pour ma santé mentale. ^^

Bref, parlons un peu de cette saga.

Nous faisons la rencontre d’Eleanor, une jeune humaine au destin tracé et incroyable, mais surtout un destin des plus important. Sur ses épaules repose une lourde tâche.
Eleanor est celle qui doit sauver l’Edénie et notre monde, des Enfers.
C’est avec l’aide d’Abrahel, un jeune ange (d’une centaine d’années, quand même^^) qu’elle part apprendre à combattre. Son voyage ne sera pas aisé, toutefois avec Abrahel à ses côtés, j’ai l’impression que rien ne pourra lui arriver…

Voilà comment débute l’histoire. Au fil des tomes, nous découvrant l’évolution d’Eleanor comme sa formation au combat, son intégration dans ce monde qui n’est pas le sien, mais aussi son ressenti par rapport à cette prophétie dont elle est le centre. Nous suivons également l’évolution des personnes qu’Eleanor a pu rencontrer, comme le Seigneur, le prince de l’Edénie, Oonel, un ange sylve ou encore Abrahel, cet ange au mauvais caractère. Nous suivons également les événements qui mènent l’Edénie et les Enfers à une guerre inévitable.

Je dois dire que l’auteur m’a époustouflée. Elle a su insérer des rebondissements là où il le fallait, poussant le lecteur à  se poser mille questions Elle a su surprendre (j’ai chialé ma race xD), elle a su apporter le suspens et la joie. Marie-Sophie Kesteman a également su incorporer à son récit l’amitié et mêler un soupçon de romance qui ajoute de la douceur dans son univers qu’elle contrôle à la perfection.

Quant aux compagnons d’Eleanor, peu importe le rôle qu’ils ont, ils sont tous intéressants et ils ont tous une certaine importance dans cette histoire. J’ai apprécié leur compagnie tout du long et j’ai été ravie de revoir certaines têtes après un moment d’absence.

Pour ce qui est d’Eleanor, j’ai aimé la voir devenir la femme qu’elle est devenue au fur et à mesure que les pages se tournaient. De simple humaine, elle est devenue une héroïne incroyable avec ses propres faiblesses. Son côté curieuse, un brin rebelle, puis son côté posé me l’ont rendue vraiment très attachante.

Je ne peux pas parler en profondeur d’Abrahel, mais il est le personnage que je préfère dans cette saga. Dès le départ, j’ai senti que j’allais l’adorer et ça n’a pas loupé.

Le duo que forment Eleanor et Abrahel est captivant, tandis que le trio qu’ils forment avec Oonel est divertissant, voire drôle. J’ai eu du mal a les quitter et j’avoue être tentée de relire la saga ^^

Je remercie et félicite l’auteur pour cette merveilleuse histoire qu’elle nous offre.

Je pense que je n’ai pas besoin de vous dire que je recommande les « Chroniques célestes », c’est une évidence. Je vous souhaite cependant une superbe lecture et j’espère que vous l’aimerez autant que moi : D

Si vous souhaitez vous procurer la saga, je vous invite à aller sur le site des Éditions HJ

Nordie, partie 2 : Deijan Cécile Ama Courtois

Auteur: Cécile Ama Courtois | Édition: L’ivre-book | Genre : romance | Pages : 250 | Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE Sortie en papier le 29 septembre. L’auteur sera présente aux Aventuriales, ce jour-là. Elle pourra envoyer des exemplaire dédicacés à partir du 1er Octobre.


ATTENTION, LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. JE RÉPÈTE : LA CHRONIQUE CONTIENT DU SPOILE. SI VOUS N’AVEZ PAS LU LA PARTIE 1 AVEC GUILENDRIA, NE LISEZ PAS CETTE CHRONIQUE.

Après avoir failli périr dans l’incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d’abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout… la reconquérir.

Mais sera-t-il capable de s’affranchir du passé ? Car ce n’est pas l’amour, qui rend aveugle. C’est la peur de l’amour.

 

Un immense merci à l’auteur pour ce service presse que j’avais hâte de lire.

Je rappelle que la chronique contient du spoile.

Dans cette deuxième partie, nous retrouvons Deijan et les gens du château à l’instant où nous avons quitté Guilendria dans la première. Grâce à ses connaissances du château de Bucail, le valet du comte et Sauge la camériste de la comtesse, arrivent à libérer tous les domestiques des flammes. Puis nous suivons Deijan dans sa convalescence, mais aussi dans son impatience à retrouver et à sortir sa femme des griffes du Ciseleur.

Nous suivons également Guilendria dans son périple avec Ifhoras et ses hommes. Si le Ciseleur se montre « bienveillant » au vu des circonstances, il n’en est pas de même avec ses hommes. Guilendria subit humiliation sur humiliation et pourtant elle n’en reste pas moins digne d’une grande dame.

Dans la première partie de Nordie, nous avions découvert en Deijan, un homme implacable et froid envers sa femme. Nous avions également pu découvrir au fil des pages la raison de son comportement envers elle. Et bien, dans cette suite, Deijan est un homme nouveau. Guilendria a su briser son armure et cela nous le rend beaucoup plus appréciable. J’ai vraiment aimé la façon dont l’auteur amène naturellement le changement d’attitude du personnage. C’est donc avec le « vrai » Deijan et son véritable amour pour son épouse que nous vivons l’histoire de Nordie.

Quant à Guilendria, nous avions découvert précédemment qu’elle était une femme forte et loyale. Qu’elle était prête à supporter énormément pour les gens qu’elle aimait. Ici, l’auteur nous le démontre encore une fois. En effet, la comtesse de par ce qu’elle a vécu et de par ses rencontres bouleversantes, fait à nouveau preuve de grandeur et de bonté d’âme. Cette femme est incroyable, elle arrive à voir dans les gens ce qu’il y a de bon en eux.

Le comte et la comtesse de Bucail s’aiment et sont faits pour être ensemble, c’est indéniable. Toutefois, ça ne plaît pas à tout le monde et un grain de sel s’ajoutant à un autre peut avoir des conséquences désastreuses… Heureusement, Guilendria n’est pas la seule femme bienveillante dans cette histoire. Et même si Deijan peut-être borné, la confiance porte à ses serviteurs saura lui faire ouvrir les yeux afin d’arranger tout ce qui doit l’être.

Concernant le roman dans sa globalité, j’avais buté sur pas mal de mots dans la première partie et j’ai l’impression que l’auteur a simplifié son écriture. J’ai pris grand plaisir à plonger et à vivre chaque ligne de Nordie. La plume fluide de l’auteur nous aspire dans son univers et il est difficile de s’en défaire.
Si dans la première partie, les thèmes abordés étaient difficiles, ici l’auteur joue plus sur le mental, la rédemption, l’accord du pardon, la délivrance, le changement qui aide à atteindre le bonheur.
J’ai beaucoup aimé ce côté de l’histoire, enfin j’ai aimé l’histoire entièrement et je remercie l’auteur de l’avoir écrite.

Avec cet avis, j’ai l’impression de faire un comparatif, mais c’est juste que les deux parties sont complémentaires si bien, qu’elles me font penser au Yin et au Yang.

Je recommande à 200 % cette duologie qui a été un véritable coup de cœur.

 

 

Chroniques célestes, tome 1 : Les clés du paradis Marie-Sophie Kesteman

Auteur: Marie-Sophie Kestman | Édition: Éditions HJ | Genre : fantasy| Pages : 336 | Prix Papier: 18,45€ Prix numérique: 4,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Eleanor menait une vie paisible jusqu’à ce qu’une mystérieuse missive fasse tout voler en éclat. La jeune fille se trouve alors projetée dans un monde qui lui est inconnu.

Le paradis, les enfers, les anges et les démons ébranlent ses croyances. Le roi des cieux lui fait alors une terrible demande : « Deviens le plus puissant guerrier que ce monde ait porté, et combats à nos côtés ». Ce choix changera sa vie à jamais.

Loin au nord, au cœur des Plaines sauvages, les grands maitres de l’Edénie demeurent, n’attendant que de lui enseigner ce qu’elle devra maitriser. Le voyage aurait été aisé, si le conseil des archanges ne lui avait imposé le pire compagnon qui soit : Abrahel. Un angelot aussi détestable qu’habile au combat. Mais pour la protéger, Eleanor ne peut compter que sur lui.

Plongée au cœur d’une bataille ancestrale, où s’affrontent les deux plus grandes puissances de ce monde, Eleanor devra transcender ses faiblesses. Et devenir celle que tous attendent.

Je remercie les éditions Hélène Jacob pour ce superbe service presse.

Dans ce récit, nous faisons la rencontre d’Eleanor, une jeune humaine au destin tracé et incroyable, mais surtout un destin des plus important. Sur ses épaules repose une lourde tâche.
Eleanor est celle qui doit sauver l’Edénie et notre monde des Enfers.
C’est avec l’aide d’Abrahel, un jeune ange (d’une centaine d’années, quand même^^) qu’elle part apprendre à combattre. Son voyage ne sera pas aisé, toutefois avec Abrahel à ses côtés, j’ai l’impression que rien ne pourra lui arriver…

J’ai énormément apprécié le personnage d’Eleanor. Elle est vraie et entière. J’ai aimé sa curiosité tout au long du roman, qui nous permet d’en apprendre davantage sur sa quête et sa mission. Eleanor n’a rien d’une combattante, elle est même froussarde (qui ne le serait pas lol), mais elle est courageuse et plus l’histoire se déroule plus elle prend confiance en elle.

Quant à Abrahel, il est si brut que parfois c’en est impressionnant. Il a tout du personnage que nous détestons en règle générale, il est : hargneux, agressif et sarcastique. Un angelot qui tient du démon. Et pourtant derrière tout cela nous percevons qu’il est plus que ça. Que ce côté néfaste n’est qu’une carapace. J’ai pour ma part adoré Abrahel au moins autant qu’Eleanor.

Concernant le roman, j’ai dévoré les pages qui le constituent et j’ai été déçue de devoir tourner la dernière page (heureusement que deux tomes suivent celui-ci). L’auteur a une écriture fluide et épurée qui nous rend ces chroniques célestes encore plus agréables à lire.

Les aventures d’Eleanor et Abrahel suivent un fil conducteur précis et les rebondissements qu’ils vivent rendent le récit addictif. Ajoutez à cela, un cliffhanger à en faire pleurer de frustration et vous obtenez un coup de cœur. (Enfin, ce dernier point ne concerne que moi ^^)

Il me tarde donc de retrouver nos protagonistes pour la suite de leur expédition. En attendant, je vous recommande vivement de lire ce roman.

Exomonde, tome 1 : Perle, le piège du temps Emma Cornellis

 

Auteur: Emma Cornellis | Édition: Éditions HJ | Genre : Science-fiction / fantasy | Pages : 338| Prix Papier: 19,45€ Prix numérique: 5,49€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Année 2323.
Lola est une adolescente comme les autres, qui approche de son dix-septième anniversaire. Elle est aussi l’unique enfant à avoir vu le jour sur Perle, exoplanète identique à la Terre.
Sa mère était membre de l’équipage de l’Explorer I, le tout premier vaisseau habité à s’aventurer hors du système solaire afin d’explorer et étudier ce nouveau monde. Mais à l’approche de leur destination, les astronautes ont été confrontés à une mystérieuse planète dont l’orbite a frôlé celle de Perle. Leur « aplanétage » d’urgence a coûté la vie à la mère de Lola.

Tout d’abord, je remercie les Éditions HJ de m’avoir permis cette découverte.

 

/!\Avertissements : Spoile dans la chronique, je n’ai pas vraiment le choix. /!\

 

Dans Exomonde, nous rencontrons une jeune femme, Lola, lors d’un rêve dans lequel elle retrouve un jeune homme qui était visiblement son ami imaginaire pendant l’enfance. Lola n’est pas une jeune femme comme les autres, elle est née sur Perle, une planète similaire à la Terre, bien que différente, toute sa vie Lola a grandi et vécue avec l’équipage sans rien connaitre d’autre que la vie qu’ils se sont construite en espérant que la Terre ne les a pas oubliés… Les rêves de Lola se font plus présents ces derniers temps, Zven insinue en elle le doute, en lui disant qu’il n’est pas le fruit de son imagination, qu’il est réel. La jeune femme confie ses doutes à ses six parents de substitutions, mais d’après eux, il n’y a aucune civilisation sur Perle. Lola est déterminée et elle se doit de vérifier leurs dires, elle-même. Je n’en dis pas plus ça serait dommage de gâcher toute l’histoire se trouvant derrière mon petit résumé.

 

J’ai vraiment apprécié les deux personnages principaux. Lola est incroyablement intelligente, les grands lui transmettent leur savoir et elle apprend énormément à leur côté. Elle devient une femme et comme toutes Terriennes, elle se pose quelques questions et encore une fois les grands sont présents pour l’accompagner, même si son regard sur eux change peu à peu. Comme dit précédemment, elle est déterminée, elle fait également preuve d’audace, j’ai trouvé le personnage de Lola fort de caractère et courageux. Une héroïne que j’ai pris grand plaisir à suivre.

 

ATTENTION ! ÇA SPOILE PAR ICI. Désolée, je ne pouvais pas écrire la chronique sans en faire…

 

Zven est un jeune homme rejeté par son peuple, il porte la marque du mal. Il est pour eux, l’annonceur du malheur. Fort heureusement, tous ne lui tournent pas le dos, n’ayant pas de parents, son vieil ami Lotte l’a pris sous son aile. Zven est un jeune homme qui n’a pas conscience de sa grandeur et de sa force et c’est bien dommage. Suite à ce rejet de la société, il aurait pu devenir néfaste et chercher à se venger et pourtant, il est un garçon plein de bonté.
Tout comme Lola, j’ai pris plaisir à le suivre.

 

Concernant le roman dans sa globalité, j’ai tout de suite était prise dans l’histoire. J’ai d’abord pensé à une histoire comme le film « The space between us » [superbe film], mais non, l’auteur m’a servi toute autre chose et j’en suis agréablement surprise. En fait, Exomonde renferme deux histoires qui s’entremêlent où science-fiction rencontre fantasy, en effet d’un côté, il y a Lola qui habite une autre planète que la notre, mais qui vit plus ou moins de la même manière que sur Terre. Et de l’autre côté, il y a Zven qui vit dans un monde de fantasy, entre prophétie, langue des âmes, capacités surnaturelles… C’est un cocktail détonnant, qui m’a beaucoup séduit d’autant plus que je n’ai pas vu venir la fin, je m’attendais à toute autre chose. Cette fin m’a perturbé et en même elle soulève la curiosité et le questionnement qu’il faut pour se jeter sur le deuxième tome. L’auteur a très bien su géré son univers, son intrigue nous tient en haleine du début à la fin, sa plume est agréable et fluide quant à cette histoire, elle est captivante.

J’ai passé un excellent moment en compagnie de ces personnages attachants et je vous recommande fortement cette lecture.

Tout en nuances, tome 1 : Hyacinthe Erika Boyer

Auteur: Erika Boyer | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 271| Prix Papier: 14,90€ Prix numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Site de l’auteur

Hyacinthe ne supporte pas de voir son reflet dans le miroir. Il vit loin de tout, isolé, reclus ; il se cache du regard des autres et consacre son existence à son art. Il n’entretient même plus l’espoir d’être un jour aimé.
Pourtant, quand Elea entre dans sa vie, il ne peut s’empêcher d’aspirer au bonheur. Ses regards sont des caresses, ses gestes des mots doux et l’artiste en vient à croire qu’il pourrait avoir un avenir différent de celui qu’il s’était toujours imaginé.
Peut-il être homme et non plus abomination à travers les yeux de cette femme ? Mieux, peut-il l’être à travers ses propres yeux ?

Je remercie infiniment Erika Boyer d’avoir accepté ma demande à chroniquer son roman.
Et quel roman ! Le résumé annonçait déjà une belle lecture et je n’ai pas été déçue bien au contraire. J’ai senti le coup de cœur arrivé dès le premier chapitre.

Dans ce roman, nous rencontrons Hyacinthe, un artiste reclus depuis plusieurs années parce qu’il ne veut pas imposer au gens sa « monstruosité » et parce qu’il ne supporte pas le regards des autres à son égard.  Étant un artiste de renom, Hyacinthe croule sous les commandes des joailliers, c’est pourquoi Alexa sa meilleure amie lui trouve une assistante. Bien qu’il ne veuille pas d’aide, il permet à Elea d’entrer dans sa vie en pensant qu’elle prendra peur et s’enfuira sans demander son reste en le voyant . Toutefois, la jeune femme va le surprendre et cela à maintes reprises…

Hyacinthe est un homme qui m’a énormément touché et ému de par son histoire et sa façon d’être. Au premier abord, il donne l’aspect d’un homme qui semble bourru et asocial,  un homme qui ne se laisse approcher par personne ou très peu. Pourtant il est simplement un homme brisé qui n’a pas confiance en lui par rapport à son physique. Plus encore nous découvrons qu’ilest un homme bon et qu’il a un cœur en or.

Quant à Elea, elle est une jeune femme passionnée manquant de confiance en elle. Elea passe plus ou moins à côté de sa vie, jusqu’à ce son amie Alexa  lui propose de devenir l’assistante de l’artiste qu’elle adule tant.  J’ai trouvé la jeune femme touchante et attachante, elle est de celles qui sont douces, sensibles et qui voient avec le cœur.

Parlons du roman dans son tout maintenant, les personnages  sont extrêmement émouvants, si bien que nous nous attachons à eux dès le début.  Ils ont également une grosse particularité, puisque l’auteur s’est inspirée  des divinités gréco-romaines pour les façonner eux et leur histoire à la sienne. D’ailleurs Erika Boyer allie mythes et réalité à la perfection.
La part de Mythologie est bien présente et pourtant je ne l’ai vue que lorsque l’auteur l’a mentionnée à la fin du roman. (Oui, je ne suis pas spécialement porté sur la Mythologie gréco-romaine) Après quelques recherches sur Wiki, j’ai pu faire le rapprochement de telle ou telle chose et j’’ai trouvé ça fascinant, l’auteur m’a bluffé par son travail.

Pour ce qui est de la plume d’Erika Boyer comme pour « Le langage des fleurs », je l’ai trouvé addictive et douce, mais les mots et l’histoire ont un fort impact sur le lecteur. Si les personnages de « Tout en nuances » m’ont touché, la plume de l’auteur m’a parfois émue aux larmes et je suis ressortie de cette lecture chamboulée par ce que deux êtres peuvent faire par amour.

Je n’ai pas trouvé de points négatifs à ce roman, il est un véritable coup de cœur et je vous le recommande vivement.