☆INTERVIEW☆ Soleano Rodrigues

Hei 🙂

Aujourd’hui, je vous retrouve pour l’interview de ma copinaute Soleano, cette femme est tout simplement adorable et douée qui plus est (oui, ses romans n’ont rien à envier à nos auteures favorites et je dis ça en tout objectivité)
Je vous laisse découvrir ce petit bout de femme en espérant que vous lirez ses romans ;)

 

I. Entre Nous:

Soleano, parlez-nous un peu de vous !
Bien sûr ! Je m’appelle Solenne, j’ai bientôt 27 ans (Bouh! Je me sens vieille d’un coup), je vis en région parisienne avec mon mari et notre fils de bientôt 4 ans. Je suis une grande nerveuse impatiente, mais je suis surtout une grande pipelette qui ADORE parler.

Qui êtes-vous, quel est votre premier métier, votre parcours, votre lieu de vie ?
J’ai fait des études qui n’ont strictement rien à voir avec ce que je fais aujourd’hui. J’ai un BEP CSS (sanitaires et sociales) et un Bac Pro SPVL (services de proximités et vie locale). Petite, je voulais être vétérinaire, mais je n’avais pas un assez bon niveau scolaire (et oui ça m’apprendra à dormir au lieu d’écouter les profs ou de sécher). Je me suis donc redirigé vers la petite enfance pendant 4 ans, mais pour des raisons personnelles, j’ai arrêté ce travail juste avant de tomber enceinte de mon fils. Depuis je suis maman au foyer. Le plus beau métier du monde !

Quelles sont vos passions en dehors de l’écriture ?
Mon fils, ça compte ?
Non plus sérieusement, je dirais la lecture avant toute chose. J’aime lire et m’évader dans un autre monde.
J’aime aussi beaucoup le hockey sur glace, tu me verrais à un match, une vrai groupie LOL.
Je suis plutôt du genre casanière depuis un peu plus d’un an alors hormis ma famille, mes amis, mes livres et le hockey je ne fais pas grand-chose de spéciale (déçue ? Désolée mais la vie d’auteur n’est pas ce qu’on s’imagine).

Quels sont vos auteurs préférés et quel est le dernier livre que vous avez acheté ?
Mes auteurs préférés… Piouf! J’en ai beaucoup, mais je vais essayer de faire court :

Stephenie Meyer
Anna Todd
Colleen Hoover
Magalie Inguimbert (ma petite CoHo frenchie)

Le dernier livre que j’ai acheté, alors voyons… En papier c’était Losing Hope de Colleen Hoover ainsi que The Score de Elle Kennedy et en numérique My only infinite de Delinda Dane.

 

II. L’écriture :

Que représente l’écriture pour vous ? Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?
En janvier dernier, je traversais une très mauvaise passe psychologiquement. Je me noyais de plus en plus dans la lecture jusqu’au soir où j’ai pris mon téléphone et commencé à écrire des idées qui me passaient par la tête. Puis j’ai continué et demandé l’avis à une copine qui a adoré alors j’ai continué, encore et encore jusqu’à finir mon premier livre « Loving Can Hurrt » en 2 mois. Mais ce n’était pas assez et j’avais encore des milliers d’idées à coucher sur le papier alors je me suis lancée dans Compass qui me prend beaucoup plus de temps à écrire parce que j’y mets vraiment mes tripes et mon âme.
Écrire, c’est un peu comme voir un thérapeute pour moi, ça m’aide chaque jour à me vider la tête de tout un tas de chose qui me noircissent le cerveau, mais c’est surtout devenu un réel besoin, une passion dont je n’arrive plus à me passer.

À quand remonte cette passion ?
Répondu au-dessus.

Quand écrivez-vous ? Avez-vous des moments propices, des routines ou même des horaires ?
Sur ce point, j’interdis à quiconque de se moquer !
J’écris principalement le soir après le coucher de mon fils et parfois le matin quand il est à l’école. Mais c’est réellement le soir, posée dans ma voiture (vous avez promis de pas rire !!!) avec pour seule compagnie ma musique et ma tablette que j’arrive à m’isoler dans ma petite bulle et à faire vivre un personnage. Il me faut absolument être seule et au calme pour écrire sinon j’ai l’impression d’écrire de la M****. D’où la voiture !

Si vous écrivez sous pseudo, pourquoi et comment l’avez-vous choisi ?
Alors oui, j’écris sous le pseudo « Soleano ». Au début, c’était uniquement parce que personne de mon entourage ne savait que j’écrivais et que je voulais voir si mes histoires pouvait plaire à d’autre personne que mes proches et amis. Puis c’est resté.
J’ai choisi ce pseudo, car c’est un mix de mon prénom, celui de mon fils et de mon mari et je compte le garder comme nom de plume, car je l’aime d’amour ce petit pseudo 🙂

À travers vos romans, quels messages souhaitez-vous délivrer ?
Ouille! Elle est dure cette question là ^^. Je n’ai pas vraiment de message particulier à faire passer dans chacun de mes livres, même s’il m’arrive de parler de sujet très délicat comme le suicide, l’alcool et la drogue, les cœurs brisés, le manque de confiance en soi, les relations pas toujours facile avec les parents et j’en passe.
Le hic (enfin si on peut appeler ça comme ça) c’est que chacun de mes bébés à sa part de vrai. Certes, ça reste de la fiction, mais je m’inspire énormément de ma propre vie, mes erreurs et mes sentiments pour écrire ce qui donne un coté un peu plus « poignant » à certains passages.

 

III. L’envers du décor :

Comment vous est venue l’histoire de Compass avec le beau Jared (Yeah Team Jared ^^)?
Aaaaahhh Jared ! Il en aura marqué des esprits celui-là ^^.
Si je te dis que cette histoire m’est venue un peu comme ça, tu me crois ou pas ?
Je bossais encore sur Loving à l’époque, mais j’avais tellement d’idées que j’ai fini par me faire un fichier « Idées livres ». Au fur et à mesure, l’histoire de Compass s’est dessinée sous mes yeux et j’ai laissé libre cours à mon imagination pour la mettre en place et vous faire rêver ;)
Jared quant à lui, je l’avoue, je me suis inspiré du caractère incompréhensible de mon meilleur ami et j’ai tenté au fil des pages de vous rendre accro à lui (pari réussit AHAH) mais aussi à Heaven qui reste un personnage tout aussi fort que Jared même si c’est lui qui marque le plus (On se demande bien pourquoi ^^).
Je suis partie d’office avec un sacré handicap avec Compass parce que les triangles amoureux, je n’y connais strictement rien et que souvent, c’est à double tranchant pour les lecteurs : ça passe ou ça casse. Soit tu aimes les personnages et les comprends, soit tu les détestes et je ne voulais absolument pas que ça arrive à Heaven, Jared ou encore Drew.

Que préférez-vous dans votre activité d’auteur ? Avant, pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ?
Ce que j’aime le plus, c’est l’échange avec mes lecteurs. Je suis carrément accro à nos discussions – qui peuvent durer des heures – concernant mes histoires. L’avantage avec Wattpad c’est que j’ai leur avis sur chaque chapitre et savoir qu’elles en redemandent encore et encore ça me fait tellement KIFFER !!
J’aime aussi le fait que depuis que j’écris, j’ai réussi à prendre du recul sur énormément de chose de la vie quotidienne. Je ne suis plus aussi sensible qu’avant quand il m’arrive tel ou tel chose. J’ai réussi à m’endurcir avec le temps et j’en avais bien besoin (un peu comme Heaven ou Ashley de Loving)
Par contre, je HAIS le moment où je suis sur le point de finir un roman parce que bordel de M**** je me sens tellement mal à ce moment là. Faut quand même se rendre compte que par exemple pour Compass, cela va bientôt faire 1 an que je bosse dessus et que je vis avec mes personnages alors finir tout ça… Seigneur, je vais pleurer, je le sens 😦

Qu’éprouvez-vous à chaque publication d’un chapitre ? Crainte, réjouissance ? Et après ?
On ressent toujours un certain sentiment de crainte, c’est obligé, parce que même si j’écris avant tout pour moi, le but est aussi que ça plaise et que mes lectrices soit contentes (bon sauf quand je joue les sadiques-là, elles me détestent).
Une fois que j’ai publié mon chapitre, j’attends avec grande impatience les premiers avis, mais jusqu’à maintenant – et je touche du bois pour que ça continue – je n’ai eu aucun retour négatif sur mes chapitres.
Le « et après » de ta question, je pense à « édition » et ce simple mot me filerait presque de l’urticaire. Plus j’avance dans ce monde livresque, plus je tombe de haut. L’édition est un monde de requin qui me fout la trouille alors « et après ? » Ben, on verra. L’avenir nous le dira ;)

Si vous écrivez uniquement dans un genre précis, êtes-vous attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?
NON !
Ouais, c’est direct comme réponse, mais en même temps quand je vois les pavés que j’ai écrit pour répondre jusqu’à maintenant, je me dis qu’il faut que j’arrête de raconter ma vie parce que personne ne va lire ^^
Je suis une véritable mordue de romance. Je suis incapable de lire un livre s’il n’y a pas une histoire d’amour dedans alors écrire autre chose, c’est inconcevable pour moi.

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?
T’es bien curieuse di donc ^^
Oui, j’ai d’autres projets sur le feu comme ont dit dont un déjà dévoilé il y a quelques semaines qui parlera d’une patineuse artistique et d’un hockeyeur dont le prologue est déjà en ligne sur Wattpad.
Je suis en plein dans l’écriture des derniers chapitres de Compass alors pour le moment, c’est la seule histoire qui occupe mes pensées, mais une fois terminé, je compte reprendre la réécriture de Loving Can Hurt et surtout écrire Without You parce que je sens que cette histoire va encore me mener là où je ne m’y attends pas.
Et j’ai aussi quelques petites idées bien au chaud pour de futurs projets alors disons que je ne pense pas arrêter l’écriture de sitôt 🙂

Merci ma belle d’avoir répondu à mes questions et de nous permettre d’en apprendre plus sur toi :)


A savoir:  Soleano a répondu à l’interview il y a quelque temps et que son roman Compass tome 2 est en correction sur wattpad ;)

Questions mes livrovores, avez-vous lu un des romans de Soleano ? Qu’en avez vous pensé ?

 

☆INTERVIEW☆ Julien Valat

Hei =)

Je vous retrouve ce soir, pour une interview concernant un auteur auto-édité, il s’agit de Julien Valat. Je suis ravie qu’il m’ait contacté en 2016 pour son roman, Vagabonds. J’aime beaucoup son univers et c’est avec plaisir que je le partage avec vous d’autant que le tome 2 de Vagabonds, Omni sort le 14 avril…
Je vous laisse donc découvrir cet auteur 😉

I. Entre Nous:

Julien Valat, parlez-nous un peu de vous !

Qui êtes-vous, quel est votre premier métier, votre parcours, votre lieu de vie… ? 
Quelles sont vos passions en dehors de l’écriture ?
Quels sont vos auteurs préférés et quel est le dernier livre que vous avez acheté?
 Je suis né à Montpellier, j’ai étudié à Lyon pour devenir ingénieur agronome, puis j’ai vécu en banlieue parisienne lorsque j’ai décroché mon premier travail : manager chez Auchan! Mais ça, c’était dans une première vie. En réalité, ce qui me définit le mieux, c’est mon histoire d’amour avec le Québec, et avec le Canada plus largement. J’ai mis le pied dans la Belle Province la première fois lors d’un échange étudiant, et à partir de ce moment, je n’ai plus voulu la quitter. La culture, l’ouverture d’esprit, la gentillesse de ce peuple… Je suis tombé sous le charme. Et dès cet instant, je me suis senti chez moi à Montréal plus que partout ailleurs. En 2010, j’ai donc franchi le pas, et je me suis installé au Québec pour de bon. Depuis, j’ai même obtenu la nationalité! Et en 2017, pour changer d’air et relever de nouveaux défis, j’ai pris la décision de partir vivre à Toronto.
Très honnêtement, j’aime la lecture mais je ne suis pas un grand lecteur. Surtout lorsque je suis en processus de création, en périodes d’écriture, j’ai du mal à lire les autres. J’ai la sensation que ça vient parasiter mon imaginaire. Et comme j’ai commencé à sérieusement travailler sur mon premier roman «Vagabonds» en 2015, je ne me suis pas plongé dans beaucoup de romans depuis. Les derniers que j’ai lu et qui m’ont marqué sont «World War Z» et la trilogie «Maze Runner» côté anglophone, parce que je lis en anglais autant que possible. D’ailleurs, mon premier livre anglophone était le sixième tome d’Harry Potter : un excellent moyen de se perfectionner dans la langue de Shakespeare! Côté francophone, j’ai un assurément faible pour Amélie Nothomb et Frank Thilliez, avec leurs styles bien à eux.

 

II. L’écriture:

Que représente l’écriture pour vous ? Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?
À quand remonte cette passion ?
Quand écrivez-vous ? Avez-vous des moments propices, des routines ou même des horaires d’écriture ?
Si vous écrivez sous pseudo, pourquoi et comment l’avez-vous choisi ?
À travers vos romans, quels messages souhaitez-vous délivrer ?
 Dans ma tête, ça n’arrête jamais. Depuis toujours. Si je marche seul dans la rue, que je suis dans le métro, que j’attends quelqu’un au café, tu ne me verras jamais avec un casque sur les oreilles à écouter de la musique, par exemple! Je n’ai pas besoin de ça pour passer le temps, parce que mon imagination part sans cesse dans tous les sens. La plupart de ces pensées ne mènent à rien. Elles ne sont qu’un délire passager. Et d’autres m’amènent à écrire. En fait, l’écriture est un moyen de figer ces pensées. Donc je n’ai pas vraiment de routine par rapport à ça, mais lorsque j’écris, il faut que je puisse m’enfermer dans ma bulle, pour jouer le film dans ma tête et mettre des mots sur ces images.
La première fois que j’ai compris que je pouvais raconter des histoires, ça remonte à mes onze ans, lors de mon entrée en sixième. Ça fait un petit moment déjà! Ma professeure de français était toute jeune, nous étions ses premiers élèves, et c’est elle qui m’a encouragé à lire du Stephen King et du Maupassant, mais surtout à écrire. Je n’ai jamais vraiment poursuivi cette passion par la suite, et ce n’est qu’à l’âge adulte, après mes vingt ans, que j’ai recommencé à écrire de plus en plus : critique ciné, blogs, et autres récits qui ne sont jamais sortis de mon ordinateur… L’écriture est devenue vraiment quelque chose de sérieux pour moi quand je suis arrivé au Québec, et que j’ai commencé à écrire pour des blogs d’entreprises et pour mes propres blogs. J’ai compris que pas mal de personnes appréciaient mon style et la façon dont je racontais les choses, même lorsque les sujets étaient censés être sérieux! Ça m’a donné confiance en moi, et c’est à partir de là que j’ai commencé à envisager l’écriture de romans.

 

III. L’envers du décor:

Comment vous est venue l’histoire de « Vagabonds » ?
Que préférez-vous dans votre activité d’auteur ?  L’avant, le pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ? 
Qu’éprouvez-vous avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après ?
Si vous écrivez uniquement dans un genre précis, êtes-vous attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?
D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?

Il m’est difficile de dire à quel moment l’univers de «Vagabonds» a germé dans mon imagination. Ça remonte à de nombreuses années, mais ça m’a pris du temps avant d’oser me lancer. J’écrivais quelques notes par-ci par-là, rien de bien avancé ni de très concret. Puis je suis parti voyager pendant plus d’un an en Europe et en Asie, et il y a eu ce déclic qui m’a permis d’écrire un premier tome, puis un deuxième dans la foulée.

Mon moment préféré lorsque j’écris, c’est cet instant où j’ai mis «sur papier» les pièces de l’histoire que je veux raconter, et que je sais exactement comment toutes ces pièces vont s’imbriquer les unes aux autres. En général, à ce moment-là, rien n’est vraiment rédigé, ce sont des idées, des parties de dialogues, des phrases hors contexte, des remarques… Cela me permet de visualiser la ligne directrice de l’histoire, de savoir ce que vont devenir les personnages, pourquoi ils agissent ainsi.
Lorsque j’ai pris la décision de publier le premier tome de «Vagabonds», en août 2016, je l’ai fait dans le plus grand des secrets. J’ai mis le roman en ligne sur la boutique Kindle d’Amazon sans le dire à personne, ni à mon conjoint, ni à ma famille, ni à mes amis. Personne. Et j’ai vraiment choisi de faire ça dans le même état d’esprit qu’un blogueur qui lance son blog : je n’ai même pas cherché à trouver d’éditeur. Je voulais garder cette indépendance du blogueur qui raconte ce qu’il souhaite, sans contrainte. Honnêtement, je ne savais pas quoi pensé de ce roman que j’avais écrit. Je l’avais lu et relu tellement de fois que je n’avais aucune idée de ce que les autres en diraient. Alors je ne stressais pas et je l’ai lâché dans la nature, comme ça, sans rien dire. La majorité des retours furent positifs. Et tous, ou presque, furent constructifs pour moi. Maintenant, avec la sortie du deuxième tome, c’est sûr que j’ai un peu plus la pression, parce que certains l’attendent, mais je sais que je suis resté fidèle à moi-même et ce que j’avais envie de raconter. Alors je n’appréhende rien. Je fais ça avant tout pour le plaisir de toute façon!
Côté projets… Difficile à dire! J’aime lorsque le fantastique flirte avec une réalité terre-à-terre, j’aime parler de façon banale de ce qu’on croit être des «différences», j’aime l’opposition entre la complexité et la simplicité de l’être humain, et j’aime la noirceur que nous avons en chacun de nous. Alors je vais certainement continuer sur ce chemin. Peut-être un troisième tome de «Vagabonds» avec les mêmes personnages? Ou bien dans le même univers, mais avec d’autres histoires ou à une autre époque? Rien de concret pour le moment, mais j’y réfléchis.
Merci Julien, d’avoir répondu à mes questions et de nous permettre d’en apprendre un peu plus sur toi.

A savoir: Vous pouvez retrouver les romans de Julien Valat sur Amazon, vous pouvez également retrouver l’auteur sur Facebook

Question mes livrovores, avez-vous lu un des romans de Julien Valat? Si oui, qu’en avez vous pensé ?

 

☆INTERVIEW☆ Faë Storm

Hei =)

Aujourd’hui, je vous retrouve pour une nouveauté sur le blog, il s’agit d’un entretien avec Faë Storm. Première auteure auto-éditée qui m’a accordé sa confiance pour chroniquer ses romans : Renaissance et Black Rose.

D’ailleurs, son quatrième tome de Renaissance est en cours de correction et comme elle le sait, j’ai hâte de l’avoir entre les mains. Go!

 

 

I. Entre Nous:

Faë Storm, parlez-nous un peu de vous !

Qui êtes-vous, quel est votre premier métier, votre parcours, votre lieu de vie… ?
Je suis un auteur de fantasy, d’origine Franco-Libanaise. Je suis née à Beyrouth en 1970. J’ai étudié dans une école de stylisme sur Paris car j’aimais le dessin et la création de vêtements. Pendant quelques années, j’ai aussi aidé aux prestations itinéraires de mes amis fauconniers.

Pendant ce temps, de ma propre initiative, je me suis formée aux arts graphiques. J’ai donc étendu ma passion du dessin traditionnel au numérique avec des mandalas, des fractales, de la photo manipulation, à la peinture énergétique, qui est une forme de canalisation intuitive à travers l’art. De nature indépendante et introvertie, j’ai fait mon propre parcours en autodidacte. Maintenant, je travaille à mon compte en tant qu’auteur et artiste indépendante.

J’ai vécu mon enfance entre le Liban et la France à cause des évènements de guerre. Et depuis 1983, je me suis établie en France. J’ai donc eu un parcours scolaire assez chaotique puisque je passais d’une école privée catholique au Liban, à une école publique en France avec tous les changements que cela implique.

J’ai vécu avec ma mère en Seine Saint-Denis, ensuite j’ai déménagé en Seine-et-Marne où j’ai travaillé et vécu à Disneyland Paris. Puis j’ai déménagé sur Provins, car j’ai passé quelques mois à travailler à la volerie des aigles. Actuellement, je vis dans un petit village entouré d’une forêt. C’est un lieu paisible, exempté de stress, qui me permet d’écrire et de vivre en toute sérénité

Quelles sont vos passions en dehors de l’écriture ?

L’écriture, l’écriture, l’écriture ! lol ! Le dessin, la peinture, la sculpture, les arts numériques, la lecture et toujours la fauconnerie !

Quels sont vos auteurs préférés et quel est le dernier livre que vous avez acheté?
Sir Tolkien, Anne Robillard, Anne Rice, JV. Jones, Terry Pratchett pour l’humour, Oscar Wilde, Jane Austen, Émile Zola dans les classiques. J’en ai pas mal, je ne peux tous les citer ici !

Le dernier livre que j’ai acheté : Il faut que je regarde sur mon Kindle, je ne m’en souviens plus ! lol !

 

II. L’écriture:

Que représente l’écriture pour vous ? Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?
L’écriture est pour moi vitale, c’est un moyen d’expression qui me permet de construire des mondes, d’exprimer un ressenti particulier surtout à travers la poésie, et de partager cela autour de moi à travers mes livres. En tant qu’introvertie, j’ai plus de facilité à m’exprimer par l’écrit. Cela m’est plus naturel. Étant fille unique, je pense que c’est ce qui a contribué au fait de ma volonté de toujours faire les choses par moi-même, et d’être constamment dans un autre monde : celui de mes constructions mentales. Pour moi, écrire a toujours été une évidence, le fait de raconter des histoires, et de faire rêver a toujours été important. Je suis une grande rêveuse, et rien ne me fera changer ce bonheur-là !

À quand remonte cette passion ?
À l’enfance : Toute petite, j’écrivais des poèmes sans queue ni tête, à la fois loufoques et surréalistes que j’accompagnais de dessins. Puis des ébauches d’histoires sont venues couvrir mes cahiers de mathématiques parce que je m’ennuyais à mourir, et que les maths, ça a toujours été la pire des choses à apprendre pour moi. Paradoxalement, je possède une très bonne mémoire pour les chiffres. Je trouve cela assez ironique !

J’ai écrit ma toute première nouvelle vers 17 ans (une histoire fantastique d’extra terrestres), que j’ai fini de taper sur une vieille machine à écrire, qui avait des allures de belle époque. Je l’ai terminée à 18 ans. Au total : 83 pages de travail avec du blanc pour cacher les fautes et les corriger… j’avoue que ma bravoure à l’époque dépassait les bornes ! Je possède encore ce manuscrit dans mon placard à travail… et je ris bien en le lisant, car je vois combien mon écriture a évolué avec le temps, et combien, il faut de travail sur un manuscrit pour « approcher » la perfection !

Quand écrivez-vous ? Avez-vous des moments propices, des routines ou même des horaires ?
J’écris en fin de matinée et/ou vers 16 h pour finir souvent tard le soir.
Des moments propices ? L’inspiration ne se commande pas, mais se déclenche aussi quand on se met au travail !
Des routines : Du café au lait, écrire avec mon portable sur les genoux, allongée sur le canapé.

Si vous écrivez sous pseudo, pourquoi et comment l’avez-vous choisi ?
Mon nom de plume est parti de mon d’artiste qui est Faëdou, (voir ma galerie deviant art). Je souhaitais conserver ce nom pour mon écriture, afin que l’on me reconnaisse aussi à travers les couvertures que je crée. Donc j’ai scindé mon pseudo en Faë Storm : qui veut dire : Fée tempête.

À travers vos romans, quels messages souhaitez-vous délivrer ?
Du rêve, de l’amour et de l’évasion avant tout ! Un message d’espoir suivant le thème du livre bien entendu, et une part de spiritualité.

III. L’envers du décor:

Comment vous est venue l’histoire de « Renaissance » ?
Renaissance est une longue histoire, datant de 2002, car le sujet de l’hérésie et des hérétiques était mon thème principal, dû à mes recherches intérieures et tâtonnement entre ma foi chrétienne, et mes croyances païennes. J’ai vite plongé dans un monde où je voulais tenter de comprendre ce qui avait poussé l’inquisition à chasser et à tuer des gens à cause de leurs foi et de leurs différences. Je me suis donc intéressée aux cathares, templiers et sorcières. Par la suite, la graine de Renaissance a germé, et cela devait conclure sur un roman historique parlant de sorcières et d’hérésie. Mais vu le nombre de livres écrits sur le sujet, j’ai bifurqué vers la fantasy où j’ai vraiment trouvé le bon milieu pour que toutes ces idées qui naissaient dans mon esprit prennent racine au fantastique. Ceci m’a laissé plus de liberté dans mon écriture… J’ai toujours aimé le fantastique et la fantasy, alors j’avais trouvé mes thèmes de prédilection.

Que préférez-vous dans votre activité d’auteur ? Avant, pendant, après l’écriture ? D’autres moments ?
Ce que je préfère dans mon activité d’auteur ? L’imagination j ! Mettre en scène mes personnages, les sentir, les voir grandir et évoluer dans leurs vies.
Avant et pendant : j’adore ! Quand toutes les idées fusent dans mon esprit et que je commence à écrire mes premiers jets.
Après : Le travail de correction est très long, et je suis très exigeante envers moi-même… donc je trouve ce moment là, plus difficile.

Qu’éprouvez-vous avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après ?
Avant la sortie d’un roman : l’excitation, la joie !
Après la sortie : l’anticipation des retours ! J’ai toujours hâte de voir l’effet que mes livres produisent sur le public…

Si vous écrivez uniquement dans un genre précis, êtes-vous attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?
Mes thèmes de prédilections sont la fantasy et le fantastique, mais j’aimerais bien essayer la science-fiction en y ajoutant une touche spéciale de ma plume !

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, pouvez-vous en parler ?
Oh que oui ! Il y en a… Mais je ne parle jamais de mes futurs ouvrages. Je préfère vous réserver la surprise à la sortie du livre. 😉

Merci d’avoir le temps de répondre à mes questions et de nous permettre d’en apprendre plus sur  Faë 😀


À savoir : vous pouvez retrouver les ebooks de Faë Storm sur Kobo, Amazon, Fnac, Iggybooks. Et surtout en ce moment, le premier tome de Renaissance : Les enfants du Nüd, est disponible gratuitement. Il était d’ailleurs n°1 dans le top 100 des ebooks gratuits sur Amazon en février dernier.

 

Question mes livrovores, avez-vous lu un des romans de Faë Storm ? Qu’en avez vous pensé ?

[Nouveauté] Les interviews

Hello mes livrovores 😀

J’espère que tout va bien pour vous ?

Aujourd’hui, je vous retrouve avec un article un peu spécial, en effet, j’aimerais vous proposer chaque mois une interview, d’auteurs auto-édités ou non… C’est une idée qui me trottait dans la tête depuis quelque temps et je la partage enfin avec vous.
L’interview est un bon moyen pour en apprendre plus sur ces personnes qui nous font voyager alors je me lance (Et je vous avoue que j’ai un peu les chocottes :D )
Ce mois-ci, je vous propose de découvrir Faë Storm une auteure auto-éditée dont j’adore l’univers. L’article sera publier demain vers 17:00 alors Stay Tuned ^^

J’espère que l’idée vous plaira et vous donnera envie de découvrir les auteurs questionnés ;)

Bonne soirée et bonne lecture 🙂