Tout en nuances, tome 1 : Hyacinthe Erika Boyer

Auteur: Erika Boyer | Édition: Auto-édition | Genre : Romance| Pages : 271| Prix Papier: 14,90€ Prix numérique: 3,99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Site de l’auteur

Hyacinthe ne supporte pas de voir son reflet dans le miroir. Il vit loin de tout, isolé, reclus ; il se cache du regard des autres et consacre son existence à son art. Il n’entretient même plus l’espoir d’être un jour aimé.
Pourtant, quand Elea entre dans sa vie, il ne peut s’empêcher d’aspirer au bonheur. Ses regards sont des caresses, ses gestes des mots doux et l’artiste en vient à croire qu’il pourrait avoir un avenir différent de celui qu’il s’était toujours imaginé.
Peut-il être homme et non plus abomination à travers les yeux de cette femme ? Mieux, peut-il l’être à travers ses propres yeux ?

Je remercie infiniment Erika Boyer d’avoir accepté ma demande à chroniquer son roman.
Et quel roman ! Le résumé annonçait déjà une belle lecture et je n’ai pas été déçue bien au contraire. J’ai senti le coup de cœur arrivé dès le premier chapitre.

Dans ce roman, nous rencontrons Hyacinthe, un artiste reclus depuis plusieurs années parce qu’il ne veut pas imposer au gens sa « monstruosité » et parce qu’il ne supporte pas le regards des autres à son égard.  Étant un artiste de renom, Hyacinthe croule sous les commandes des joailliers, c’est pourquoi Alexa sa meilleure amie lui trouve une assistante. Bien qu’il ne veuille pas d’aide, il permet à Elea d’entrer dans sa vie en pensant qu’elle prendra peur et s’enfuira sans demander son reste en le voyant . Toutefois, la jeune femme va le surprendre et cela à maintes reprises…

Hyacinthe est un homme qui m’a énormément touché et ému de par son histoire et sa façon d’être. Au premier abord, il donne l’aspect d’un homme qui semble bourru et asocial,  un homme qui ne se laisse approcher par personne ou très peu. Pourtant il est simplement un homme brisé qui n’a pas confiance en lui par rapport à son physique. Plus encore nous découvrons qu’ilest un homme bon et qu’il a un cœur en or.

Quant à Elea, elle est une jeune femme passionnée manquant de confiance en elle. Elea passe plus ou moins à côté de sa vie, jusqu’à ce son amie Alexa  lui propose de devenir l’assistante de l’artiste qu’elle adule tant.  J’ai trouvé la jeune femme touchante et attachante, elle est de celles qui sont douces, sensibles et qui voient avec le cœur.

Parlons du roman dans son tout maintenant, les personnages  sont extrêmement émouvants, si bien que nous nous attachons à eux dès le début.  Ils ont également une grosse particularité, puisque l’auteur s’est inspirée  des divinités gréco-romaines pour les façonner eux et leur histoire à la sienne. D’ailleurs Erika Boyer allie mythes et réalité à la perfection.
La part de Mythologie est bien présente et pourtant je ne l’ai vue que lorsque l’auteur l’a mentionnée à la fin du roman. (Oui, je ne suis pas spécialement porté sur la Mythologie gréco-romaine) Après quelques recherches sur Wiki, j’ai pu faire le rapprochement de telle ou telle chose et j’’ai trouvé ça fascinant, l’auteur m’a bluffé par son travail.

Pour ce qui est de la plume d’Erika Boyer comme pour « Le langage des fleurs », je l’ai trouvé addictive et douce, mais les mots et l’histoire ont un fort impact sur le lecteur. Si les personnages de « Tout en nuances » m’ont touché, la plume de l’auteur m’a parfois émue aux larmes et je suis ressortie de cette lecture chamboulée par ce que deux êtres peuvent faire par amour.

Je n’ai pas trouvé de points négatifs à ce roman, il est un véritable coup de cœur et je vous le recommande vivement.

On regrettera plus tard & De tes nouvelles Agnès Ledig

Auteure: Agnès Ledig | Édition: Albin Michel | Genre : Littérature générale | Pages : 320| Prix Numérique: 7.99€ Broché: 19.50€ Poche: 6.95€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

L’irruption d’Éric et d’Anna-Nina un soir d’orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif vosgien, est un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu’un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée.

Je devais découvrir l’auteure avec « Pars avec lui », mais je n’ai pas su résister au résumé de « On regrettera plus tard ».

 

Dans ce roman, nous rencontrons Valentine un soir de gros orage. C’est armé de sa poêle la plus lourde qu’elle s’apprête à accueillir le forcené qui frappe à sa porte, sauf qu’en ouvrant sa porte elle fait face à un papa tenant sa fille malade dans les bras. Tous deux sont trompés et Valentine s’empresse de les faire rentrer au chaud, et appelle le docteur en urgence. Elle propose à l’homme de s’installer jusqu’à ce que la fillette aille mieux et qu’il ait fini les réparations de leur roulotte… Un arrêt de deux ou trois semaines peut-il changer toute une vie ?

J’ai trouvé en Valentine, une femme charmante, bienveillante et seule. Elle aimerait s’attacher à un homme parce que sa solitude lui pèse, mais sa peur l’en empêche, en effet aimer un homme et partager sa vie lui donne l’impression d’étouffer et fuit donc toute relation.
Bien que ce soit pour combler un manque, un vide, j’ai aimé la voir aussi active, ou plutôt, j’ai aimé vivre toutes ces activités auxquelles elle s’adonne à travers les chapitres.

Éric, cet homme bourru qui parle peu, reclus de la société avec Anna-Nina, sa fille depuis sept ans, m’a énormément touché derrière son asocialité. En effet, il vit plus ou moins avec le fantôme de sa femme et ne s’autorise pas à aller de l’avant. Sa vie avec Anna-Nina, c’est tout ce qui lui reste, c’est la seule chose qui le fait tenir debout, alors quand la fillette découvre près de Valentine un monde nouveau, il se renferme un peu plus de peur de perdre sa fille pour qui il donne tout.

Anna-Nina, quelle jeune fille adorable elle est ! Sensible, douce, réceptive ces mots la caractérisent à la perfection. Anna-Nina est incroyable et fait preuve d’une telle maturité de par ses analyses de la vie qui donne à réfléchir.

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ces personnages.

Parlons du roman dans sa globalité, l’auteure nous livre dans « On regrettera plus tard », deux histoires. Une en 2010 l’autre en 1944, si au début nous nous demandons pourquoi un tel saut dans le passé, l’histoire se tisse et le rapprochement se fait au fur et à mesure. En effet, l’une ne va pas sans l’autre et toutes deux ont su me captiver.

Concernant la plume de l’auteure, elle répond totalement à l’idée que je m’étais faite. Elle est douce et remplit d’émotion ce qui la rend puissante.

L’auteure traite de sujets auxquels nous pouvons tous être confrontés et elle le fait superbement bien. C’est un récit qui nous rappelle la vie, un récit qui fait du bien et j’ai adoré me perdre dans chaque mot d’Agnès Ledig.

Je ne regrette absolument pas d’avoir découvert l’auteure avec ce roman, au contraire, il me tarde de lire « De tes nouvelles » qui est la suite. (Je pense même qu’il sera mon prochain roman) En somme, « On regrettera plus tard » est un coup de cœur, même s’il me manque la réponse d’Éric. < 3

 

De tes nouvelles

Auteure: Agnès Ledig | Édition: Albin Michel | Genre : Littérature générale | Pages : 352 | Prix Numérique: 13.99€ Broché: 19.80€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

J’ai poursuivi l’histoire de Valentine, d’Éric et Anna-Nina  parce que je ne voulais pas abandonner ces personnages. J’avais envie de les retrouver et maintenant que j’ai tourné la dernière page de cette suite, je reste… Je ne sais pas, je n’ai pas de mots pour qualifier mon état. Ce que je sais en revanche c’est que ce roman tout comme le précédent m’a énormément ému et qu’il est lui aussi un coup de cœur.

Dans cette suite, nous retrouvons Valentine plus sereine dans sa vie en général, moins speed et moins fuyante face à sa relation avec Éric. Quant à lui, après avoir lu la lettre de Valentine et discuté avec son ami, il est moins froid avec elle, un peu plus démonstratif et il s’ouvre plus au fil des pages de ce deuxième roman.
Anna-Nina, retrouve Valentine, Gaël et Gustave avec grand plaisir, elle passe d’ailleurs énormément de temps avec ce dernier et Sébastien, un jeune garçon présent seulement le week-end qui vient d’emménager avec son père….

J’ai aimé découvrir Agnès Ledig dont les mots, les pages sont remplis de toutes sortes d’émotions. Sagesse, tristesse, envie, liberté, doute, passion, joie, amour… Tout y passe et elle sait nous surprendre lorsque nous nous n’y attendons pas.

De plus, ce sont deux romans porteurs de plusieurs leçons de la vie. Des romans feel good en quelque sorte. Des romans qu’il fait bon de lire tant les messages livrés sont essentiels et parfois oubliés.

Au moment où j’écris mon ressenti, j’ai le cœur qui BOUM et l’œil humide alors merci à l’auteure de m’avoir autant chamboulé.
Avis: 5/5 Coup de cœur pour les deux.

Les affamés Bérénice Courrège

Auteure: Bérénice Courrège | Édition: KDP Amazon Publishing | Genre : contemporain| Pages : 190 | Prix Numérique: 2.99€ Broché: 18.99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Une histoire du rock’n’roll parisien. C’est comme ça que Roméo aurait voulu que je résume nos frasques et nos errances nocturnes, tissées d’ivresse et de débauche. Bien sûr c’est cela. Mais c’est surtout l’histoire de nos vies entremêlées, sur fond de guitares saturées et d’ambition musicale, de cocktails mondains et de liberté.

Nous avions l’estomac creux et faim de tout, de rock, de sexe et de succès. J’avais faim de lui et lui de moi.

Je remercie chaleureusement Caroline Meyer pour ce service presse que j’ai pris plaisir à lire.

Dans Les affamés, nous rencontrons Bérénice et Roméo, tous deux côtoient le milieu de la musique, ils vivent pour le Rock’n’roll et pour la liberté comme ils l’entendent, Roméo et Bérénice se ressemblent et sont en osmose. Nous suivons leurs traces à travers les années et nous voyons Bérénice « se ranger » dans une vie dite « normale ». Une vie dans laquelle, elle oppresse, où seuls les moments qu’elle passe avec Roméo et leurs amis la font revivre. Chasse le naturel et il revient au galop, qu’on dit…

Les personnages de ce roman, aussi bien les principaux que les secondaires, refusent de vivre comme tout le monde et d’entrer dans une case. J’ai vraiment aimé cet aspect du livre. Ils se lèvent le midi (ou plus tard, souvent plus tard, mais jamais avant midi^^) pour faire ce qu’ils aiment, pour vivre une vie qu’ils choisissent et refusent de se plier aux normes de la société. J’ai également apprécié la relation de Roméo et Bérénice, hors-norme, inconditionnée et à leur image. C’est donc avec plaisir que j’ai suivi les personnages dans les rues de Paris. J’en suis même venue à trouver un certain charme à cette ville qui pourtant ne m’attire pas, mais voir et vivre Paris avec leurs yeux a été libérateur. Je leur ai envié toute cette liberté que l’auteure a su nous transmettre avec brio.

Tout au long du roman, nous prenons conscience qu’il faut profiter de chaque moment parce que la vie est trop courte et que nous devons tout faire pour qu’elle nous soit agréable. Cette prise de conscience se renforce avec les attentats du Bataclan, aussi j’ai aimé la façon dont Roméo conclut ce roman, j’ai aimé qu’il veuille vivre encore plus fort, j’ai aimé qu’il veuille entraîner avec lui Bérénice qui depuis cet événement tragique, est au plus bas. Et j’espère sincèrement qu’il y est parvenu. Ne laissons ni nos peurs ni les fous diriger nos vies. Vivre encore plus fort, c’est la meilleure façon de vivre. (enfin pour moi en tout cas)

Concernant la plume de Bérénice Courrège, j’ai adoré me perdre dans ses pages, dans ses écrits, dans cette rythmique qu’elle impose. Sa plume est aussi rock’n’roll que ses personnages. Et gros plus pour toutes les références musicales présentes dans le roman, ça nous permet de nous projeter dans leur univers.

Je recommande cette lecture agréable et mouvementée.

Avis 5/5 Vraiment très bon